Archives mensuelles: mars2013

On vous propose de remplacer une actrice de Sex & the City, laquelle ?

Juste pour rire :
Vous connaissez la  bande de copines New-Yorkaises de Sex and the City?
A laquelle pourriez-vous le plus ressembler ? Quel rôle voudriez -vous jouer dans la série si on vous proposait un remplacement ?
Aucune, peut-être me direz-vous !
Et c’est votre choix !

Je vous rappelle leurs personnages:

Carrie Bradshaw, la fashion victime, chroniqueuse amoureuse du beau Mr Big.
Elle est la voix de la série car chaque épisode est structuré autour de sa pensée pendant qu’elle écrit sa rubrique hebdomadaire, Sex and the City pour le journal factice The New York Star. Étant membre de la jet set de New York, elle fréquente assidûment les clubs, bars et restaurants de la ville. Elle est reconnue pour son sens unique de la mode, mélangeant ensemble divers courants vestimentaires dans une même tenue.Se proclamant elle-même fétichiste de la chaussure, elle consacre la majeure partie de son temps (et de son compte bancaire) à des chaussures de créateurs. Dépassant souvent ses limites financières lors d’emplettes, il n’est pas vraiment expliqué dans la série comment le revenu modeste d’une chroniqueuse pourrait soutenir un tel penchant, mais dans les saisons ultérieures, elle regroupe ses essais dans un livre et devient pigiste pour le magazine Vogue, à 4,50 USD le mot, ce qui lui assure des revenus complémentaires. Une autre source de fierté est son appartement : un studio dans un immeuble de l’Upper East Side, qu’elle finira par acheter au moment de sa séparation d’Aidan, achat qu’elle réussit à effectuer grâce à l’argent que lui prête Charlotte.

Miranda Hobbes : la working girl, avocate hyperactive
« Je ne peux pas me permettre d’avoir un bébé. Je pourrais à peine trouver le temps de programmer cet avortement. » (« I can’t have a baby. I could barely find time to schedule this abortion. »)

Elle est avocate et sa carrière a la place la plus importante dans sa vie. Elle a des points de vue extrêmement cyniques sur les relations amoureuses et sur les hommes. Diplômée de l’université Harvard, elle vient de Philadelphie. Elle est la meilleure amie, la confidente et la voix de la raison de Carrie. Dans les premières saisons, elle est décrite comme étant masculine et pratiquement misandrique, mais cette image disparaît au cours des saisons, en particulier lorsqu’elle tombe enceinte de son ex-petit ami, Steve Brady, avec lequel elle finit par se marier. La naissance de son fils, Brady Hobbes, l’amène vers de nouvelles perspectives (elle est accro au travail) : elle trouve bientôt une manière d’équilibrer sa carrière et sa maternité.

Charlotte York : l’épouse parfaite, un peu « coincée » dans son aristocratie
C’est une marchande d’art ayant reçu l’éducation bourgeoise du Connecticut. Elle est celle qui a le plus de tabous et qui a la façon de penser la plus traditionnelle du groupe. Elle met la plupart du temps l’accent sur l’amour par opposition à la luxure, et sur la recherche de son Prince Charmant. Souvent en conflit avec les actions plus libertines présentes dans la série (principalement celles de Samantha), elle a une attitude plus droite au sujet des rapports amoureux et sexuels, basés sur des règles de l’amour et du rendez-vous. En dépit de ses idées conservatrices, elle a fait des concessions (quand elle était mariée) qui ont étonné ses amies, sexuellement plus libres. Elle renonce à sa carrière peu de temps après son premier mariage, divorce à cause de différences inconciliables autour de la question de la fécondation in vitro et reçoit un appartement sur Park Avenue dans le règlement du divorce. Elle se remarie par la suite à l’avocat qui s’est occupé de son divorce, Harry Goldenblatt, après s’être convertie au judaïsme.

A Samantha Jones : la plus âgée du groupe, très “libérée”
Elle est attachée de presse, indépendante et s’avère être une séductrice inconditionnelle qui évite de s’impliquer avec ses partenaires, en maintenant ses relations avec eux au niveau sexuel, tout en satisfaisant chaque désir charnel possible et imaginable.

Je suis naturellement sûre que si certaines ont un petit côté « Samantha », elles ne le diront pas, mais tant pis, on la met quand même dans le test !

 A moi de répondre:
Je suis embêtée car j’aurais envie d’interpréter les deux rôles celui de Carrie car je suis plutôt romantique, féminine, j’adore écrire, et sa chevelure, whaou ! mais j’ai un côté Miranda, toujours speed, qui bosse tout le temps, qui ne prend le temps de rien.
Donc avec deux perruques différentes, je veux bien faire un mi-temps Carrie Bradshaw et un mi-temps Miranda Hobbes !

Et vous ? 

Week-end de 3 jours, on essaie de prendre du temps pour nous ?

Ce week-end de Pâques compte 3 jours, si on en profitait pour prendre le temps de faire des choses qu’on repousse toujours et qui nous manquent tant ?
Voyons voir, piochons parmi les idées ci-dessous !

De faire sécher mon vernis sur les pieds sans être obligée de tout enlever tellement c’est moche parce que j’ai remis mes pantoufles trop tôt parce qu’un gamin m’appelait !

De faire un câlin à mes enfants

De passer boire le café chez une amie seule qui a besoin de remontant

De me remettre à mon roman préféré abandonné si bien que je ne vais plus savoir qui est qui !

De réfléchir sur ma vie, mon job, mes envies  seule dans le bain avec une petite musique douce. Hummmm…

D’aller marcher dans les bois me ressourcer, même si c’est avec un parapluie et une écharpe !

De regarder ce DVD que m’a passée ma cop’ et que je ne lui ai toujours pas rendu depuis…..6 mois

D’appeler mon amie Allemande qui est tellement bavarde qu’à la fin j’ai la tête comme une citrouille. Mon cerveau a du mal à fonctionner dans la langue de Goethe non-stop plus d’une heure

De faire un super gâteau qui régalera toute la famille !

De me faire mon soin capillaire que je ne fais jamais et qui bientôt sera bon à jeter car la date limite de consommation sera passée

De répondre  à mes mails d’amis en retard

D’inviter des amis

- De passer plus de temps avec vous  (c’est là que vous me répondez, au nom, elle nous saoule !!!)

Bon ben si j’arrive à faire tout cela, c’est déjà pas mal !

Vous avez d’autres idées ?
Dites-nous, il y en aura peut-être une qui nous séduira toutes ? 

“shopper” un homme !

Le 11 septembre dernier ouvrait à Paris dans le 1er arrondissement une boutique itinérante d’un genre bien particulier.
Il s’agit d’une boutique éphémère créé par le site de rencontre Adopte un mec.com, restée 10 jours sur Paris avant de Partir pour Bruxelles,  Lausanne, Toulouse et Lyon qui proposait aux femmes de venir  « mettre dans leur caddie » un homme pour une nuit, pour la vie, au choix !

Les hommes ayant joué le jeu basé sur la dérision en totale adéquation avec le style décalé, loufoque du site adopte un mec.com étaient plus de 1000 à être fichés en rayon par profil – aventuriers, romantiques, bruns, barbus, moustachus, grand, musclés……
Les plus audacieux étaient placés en « tête de gondole » derrière une vitre….. Il fallait  oser, hein !

L’entrée comme dans toute épicerie était gratuite. On mettait le prétendant dans son chariot et un lounge prévu à cet effet se tenait là pour faire connaissance. Si cela ne le faisait pas entre vous, hop, vous remettiez en rayon, et poursuiviez votre shopping !

Même si j’ai tendance à penser et je l’ai déjà dit haut et fort que la femme était beaucoup trop considérée comme un objet dans notre société, ce concept me fait sourire mais quelque part me surprend.
Je ne sais pas si je serais capable d’aller « acheter » même gratuitement un être humain… Où est la magie de l’amour ?
Mais finalement, n’est-ce pas la même chose que les rencontres internet elles-mêmes ? Sauf que là, excusez-moi l’expression, « la marchandise », vous la voyez tout de suite et en vrai ! Vous ne lui parlez pas derrière un écran, alors finalement…..

Si certaines sont toujours célibataires en 2013 et trouvent le concept rigolo pour s’y rendre entre amies, peut-être que l’opération sera renouvelée cette année, je ne sais pas.

Bon, ça vous inspire quoi ?

Et si on en demandait trop ?

Chacune de nous, surtout celles qui ont une activité professionnelle à l’extérieur, gère ses enfants, ses lessives, ses courses, son ménage selon une organisation bien ficelée en adéquation avec son emploi du temps de dingue.
Chaque créneau horaire est minuté, chaque chose a sa place, et chaque place a sa chose. Pas beaucoup de place pour l’imprévu.

Malheureusement, cet ordre que chacune essaie d’établir à la maison est bien mis à mal avec les petits qui laissent tout trainer (les grands aussi d’ailleurs), les évènement non prévus (le petit dernier à amener chez le pédiatre), l’amie qui a accouché et que vous allez voir à la maternité, le petit en 6ème qui vous ramène un compte rendu à faire sur les Romains et qui vous pique 2h de recherche dans sur Google, devenu votre meilleur ami.
Et malgré cela, il faut garder le cap !
Ne pas criser, arborer son super sourire quand chéri d’amour rentrera du boulot !

Parfois, les hommes pourtant tentent de nous surprendre en faisant une petite action, mais des fois je me dis, il y a deux probabilités :

La première, soit, ils ne sont pas câblés comme nous et ne voient pas les choses comme nous, mais alors du tout, quand par exemple
- Ils décident de laver un pull en laine à 60° ou à faire tourner le blanc et la couleur ensemble,
- Ils décident de nettoyer le lavabo de la salle de bain avec l’éponge de la vaisselle,
- Ils décident de passer la serpillère et ne trouvant pas le produit à sol d’utiliser du produit vaisselle
- Ils décident de repasser un chemisier en nylon en laissant le fer sur coton et qu’ils vous le « crâme » !
- Ils décident de laisser les petits faire de la peinture, du travail manuel sur la table du salon sans protection sur la table et que vous rentrez avec des tâches de colle, de la peinture sur le tapis, enfin la catastrophe quoi !

La Deuxième, soit ils le font exprès pour que l’on ne soit pas satisfaites et qu’on les supplie de ne plus jamais tenter de faire un truc à la maison ?

Ou alors, peut-être qu’il y en a une troisième et que finalement on est jamais contentes et on leur en demande trop !

Si ça se trouve, on est vraiment des « chieuses » les filles ! Il faut que ce soit fait « comme on veut », et on doit réussir à les dégoutter de nous aider !
Vous en pensez quoi ?

Ma plus grosse gaffe

Je vous raconte la mienne après c’est à vous.
Accrochez, vous, c’est du lourd.
Voilà, après des mois et des mois d’intérim il y a une dizaine d’années, je venais enfin d’obtenir une promesse d’embauche. J’étais alors seule avec mes deux enfants, donc autant vous dire que c’était une grande nouvelle.

Le jour de la signature du contrat arrive enfin, fin décembre, je me souviens bien, le dernier jour avant la fermeture de l’établissement en question pour les Fêtes de Noël.
J’avais à l’époque un bon collègue, un ami Patrick, à qui j’écrivais de temps en temps par messagerie instantanée dans l’entreprise.
Je me rends donc au bureau de la Responsable RH, une femme crainte par le personnel, pas jolie du tout, les cheveux gras, très costaude que nous appellerons Isabelle Durand.
Je signe mon contrat ravie dans une ambiance très très froide. Ce n’était pas lié à ma personne. Elle était ainsi très froide de nature.

Folle de joie, je ressors avec mon fameux sésame en poche, et je m’empresse d’écrire un message par messagerie instantée à mon collègue et ami qui disait en substance : “ouf, ça y est, j’ai signé. La RH est vraiment froide comme nana, pas agréable du tout, mais bon, ça y est, c’est fait !”

J’appuie sur “envoyer”, et comme à chaque fois, il y avait l’option accusé de réception automatique en fonction.

Quelques instants plus tard, je reçois un accusé de réception “votre message a bien été délivré à Isabelle Durand”
Oh, l’horreur, je m’étais trompée de destinataire et j’avais envoyé mon message à la RH elle-même au lieu de l’adresser à Patrick.
Mon sang ne fait qu’un tour, je me précipite sur mon téléphone pour appeler la RH pour m’excuser quand celui-ci sonne.
Je réponds.
C’était elle.
Elle me dit : “Je vous attends dans mon bureau tout de suite”.
Vous rendez-vous compte ? Je venais de signer mon contrat après presque deux ans d’intérim et je commets l’irréparable : écrire à une RH qu’elle est froide, et pas agréable du tout.
J’ai envisagé le pire et pensé qu’elle allait déchirer ce contrat sur le champ et me renvoyer.
Elle m’ouvre la porte de son bureau après que j’ai frappé en tremblant.
Elle me demande de m’asseoir en souriant.
Je m’exécute, et là, elle me sort “Alors comme ça, je suis quelqu’un de froid ?”
Je réfléchis, et tourne sept fois ma langue dans ma poche avant de parler, et réponds “bah, un petit peu, Madame”.
“Ah bon” me dit-elle “Je l’ignorais”.
Je lui présente mes excuses les plus plates et lui dis que je comprendrais qu’elle dénonce le contrat que nous venions de signer.
Elle sourit encore, m’ordonne de me retirer et me dis “Tâchez d’être plus vigilante à l’avenir quand vous envoyez un mail”. C’est tout ! Elle ne me renvoie pas à coup de pieds aux fesses ! J’hallucine.
Je ne demande pas mon reste; je sors de son bureau et m’éloigne rejoindre mon poste à grandes enjambées sans me retourner.

Depuis ce jour, je peux vous dire qu’avant d’appuyer sur le bouton “envoyer”, je m’assure que le destinataire est bien le bon….

Et vous, quelle est votre plus grosse gaffe ?
Y a t-il eu des conséquences graves ou avez-vous eu beaucoup de chance comme moi ?

Racontez-nous !

Les cloches arrivent !

Dimanche matin, les cloches devraient déposer des chocolats dans les jardins ou les balconnières. Mais, ça c’est pour  la plus grande joie des enfants  surtout!
Bien sûr, on va chausser nos plus belles bottes en caoutchouc, et sous la pluie certainement, on va braver le froid et munies de notre petits paniers partir à la chasse aux oeufs.

Et si nous, les femmes, les mamans, comme nous sommes un peu privées de chocolat à cause des beaux jours qui arrivent et des cms à la taille à perdre, on avait le droit de demander à ce qu’elles déposent une petite bricole en plus des petites poules en chocolat des enfants, vous demanderiez quoi ?

Bon, pas un truc trop gros, parce qu’il faut que les cloches arrivent à le cacher dans les herbes du jardin ou sous les premiers crocus qui pointent sur le balcon, mais une petite surprise.

Moi,  folle de bijoux, je crois que je demanderais aux cloches une petite paire de boucles d’oreilles ou un petit bracelet, ou alors un CD d’Adèle, ou une petite carte cadeau pour chez le coiffeur !
Ce serait cool, non ? Et vous ?

Double personnalité ?

L’autre jour, je vous parlais des hommes au volant de leur grosse voiture, ce jour, je vais vous parler de moi et de mon cas sur lesquels les psys devraient peut-être se pencher !!!

Je suis je dirais une petite nana simple, plutôt douce et gentille, mais quand même bélier ascendant taureau, donc mon caractère bien forgé quand même.
Dans la vie, je suis généreuse, polie, docile. J’aime donner (et un peu recevoir aussi ! j’avoue)

Je suis plutôt polie et respectueuses des règles.
Mais au volant, quand un c… me double ou me colle au c…, je deviens comme un autre personnage, j’aboie toutes sortes de noms d’oiseaux dans ma voiture, je me métamorphose en Dédé le routier ! Moi-même, je ne me reconnais pas !

J’ai honte ! Je ne supporte pas les types qui te klaxonnent, te font une queue de poisson ou les papys dans leur voiture sans permis sur une voie express à 30 à l’heure alors que toi tu files au bureau et que t’es pressée !

Comme si une autre Christine se réveillait en moi et prenait le dessus sur l’autre. Comme “possédée” par une diablesse qui s’insurgent contre les chauffards, les lents,  les “c…”. Un vrai dédoublement de personnalité !

Puis, une fois arrivée à destination, je me gare, je passe les mains dans mes cheveux, réajuste ma tenue, et je redeviens une petite femme normale et douce comme un petit chaton !
Incroyable ce truc ! La diablesse se rendort au fond de mon être pour se réveiller à la prochaine occasion dès qu’un imbécile surgira d’une façon peu cavalière sur ma route !

J’ai honte !
Mais bon, faute avouée est à demi-pardonnée, n’est-ce-pas ?

Et vous, calmes au volant ?
toutes patientes, toutes douces comme des agneaux ? ou de vraies furies “contre les chauffards, les mous qui roulent à 10 à l’heure ?

 

YES, j’ai réussi à dire NON !

Trop gentille de nature, depuis toujours,  j’étais jusqu’à peu encore un peu la bonne copine qui répond toujours présente, qui dit toujours OUI, qui débarque en pleine nuit chez une amie en souffrance pour la soutenir.
Pourquoi ? Je pense que par rapport à mon histoire, c’était par gentillesse certes, mais aussi souvent par peur d’être rejetée en cas de refus.
Ce fichu besoin d’amour, d’affection qui quand tu l’as pas eu au départ te poursuit toute ta vie.

Un peu d’argent à prêter, un coup de main avant le déménagement pour la mise en carton et pendant le déménagement à se casser les reins en montant les cartons de livres qui ne seront jamais relus au 5è étage sans ascenceur, une soirée à organiser que personne ne voulait organiser, cela finissait toujours par « ben, oui, bien-sûr j’arrive,  laisse, je vais m’en occuper ».

Et puis les années se sont écoulées, les coups durs sont passés par là aussi.  Des coups même très durs, divorce, maladie, perte d’un parent et j’en passe.  Les personnes à qui tu as donné, prêté, que tu as aidées  avaient disparus de la circulation ces moments-là. Etrange.
Même depuis l’ouverture de mon site Femmes & Compagnie, ce projet qui me tenait tant à coeur, le temps m’a manqué parfois et j’aurais besoin d’aide pour les enfants, pour les démarches, mais personne n’était au rendez-vous, ou des personnes que tu n’attendais pas du tout. De belles surprises par contre de gens vraiment désinteressées.

Alors face au silence de ceux que tu prenais pour tes amis, tu reçois une douche froide, tu es écœurée, en colère et puis par la force des choses tu te dis que finalement, tu ne dois rien à personne.  Le OUI n’est pas obligatoire à chaque fois.

Cela me fait bizarre car le non, je ne l’employais quasiment jamais en terme de services à rendre,  en terme de dons de mon temps ou de ma personne à mes ami(e)s, mes collègues.

Depuis que je sais dire NON, et bien je me sens soulagée d’un gros poids. Je fais les choses quand j’ai envie vraiment et non par obligation.
Et vraiment, c’est bon !
Je suis libre, et je n’en ai jamais mauvaise conscience.
Si je rends un service, c’est avec mon cœur et non forcé.

Et vous, réussissez-vous à dire NON parfois ?

Les “emmerdeuses” (tant pis, le mot est lâché !)

On a tous dans notre entourage une nana qu’on regrette un peu que le bon Dieu l’ait mis sur notre chemin ! Je sais pas, on a dû faire une mauvaise action, et on doit la supporter pour se repentir peut –être !
J’ai répertorié plusieurs type de copines vraiment casse-pieds.

La pire à mon sens, celle qui se plaint toujours de sa maladie, de son mec, de ses gosses, de  son job. Résultats, tu bois un café avec elle, tu ressors, t’es déprimée  à mort ! Elle t’a empêchée de te détendre, de te ressourcer. Surtout celle-ci l’éviter à la cantine ou le samedi après-midi.

Il y a la fille qui critique tout ce qui bouge : les mecs, les nanas, les enfants du voisin, la gardienne, l’institutrice. Tout le monde y passe.
Alors là, c’est gavant, parce que toi tu es bien avec tout le monde, tu conjugues, tu fais avec, et tu entretiens de bonnes relations cordiales avec tes congénères. Avec  ses conneries, elle va finir par te faire avoir des soucis. Toi, tu veux juste la paix ! T’as pas envie d’avoir des histoires ! T’es tranquille, pénarde. Des soucis, tu en as déjà assez !

Dans le genre casse-bonbons aussi, il y a la fille qui te raconte sa vie dans les moindres détails. T’arrives même à connaître le jour où elle a eu ses règles le mois dernier, et la position dans laquelle elle a fait l’amour la dernière fois. Tu sais aussi que son mec a eu des hémorroïdes  il y a quelques semaines, tu sais que sa fille à 15 ans a couché pour la première fois avec son copain, un mec génial……Enfin, elle te raconte  un milliard de trucs dont te fiches carrément, et qui te fichent carrément mal à l’aise!

Il y a la fille qui te bombarde de SMS à toute heure du jour et de la nuit parce qu’elle est célibataire et qu’elle s’emm… sauf qu’elle a pas compris que de temps en temps tu peux lui répondre, mais qu’il y a des fois où tu es avec tes gamins, ton mec, et que tu n’es pas forcément dispo. Cela ne veut pas dire que tu t’en fous, mais tu vis ta vie aussi tout simplement.

Enfin, je dirais qu’il y a la soit-disant copine qui n’a jamais un rond. Tu vas à la machine à café au bureau, et là étrangement, elle n’a jamais la monnaie, que des billets dit-elle. Et bien, si tu osais, tu lui rétorquerais « écoute, file moi  tes 10 euros, cela fera pour les 2 mois de cafés que je te paie depuis 2 mois que t’as pas de monnaie ! », mais naturellement, vous n’osez pas.
Dans le même style, celle qui lorsque vous faites un cadeau commun à un ami te dit “tu m’avances, je te rembourserai” et qui ne rembourse jamais !

Ah si, j’oubliais. Il y a les moralisatrices, les donneuses de  leçons. Elles ont tout raté, mais elles t’apprennent la vie ; J’adore !
Surtout, vous l’aurez compris, ne pas suivre leurs conseils.

Bon, ben j’ai fini le tour.
Je suis désolée.
C’est pas toi Angélique, Gaelle, Pascale (les deux), Véro, Cath, Laila, Emma, Annie, Céline….etc…..vous vous êtes cool et faites partie de ma vie comme d’adorables trésors ! Je vous dirais pas qui c’est mais peut-être que  quelque unes se reconnaitront….et deviendront des copines sympas et agréables à fréquenter ! Na !

L’apparence, y a que ça qui compte….

Je situe le tableau :
Je suis en week-end, tenue cool, jeans, petit chemisier sympa un brin sexy, petites ballerines, décontractée quoi !
Je flâne en ville, et dois me rendre à la parfumerie car je n’ai plus de parfum et parce que je recherche ce fameux fond de teint que mon amie m’a conseillé qui me fera une peau veloutée m’a t-elle garanti !

Je pénètre dans la parfumerie, et là, 4 paires d’yeux tous plus fardés, crayonnés les uns que les autres me mitraillent, me dévisagent de la tête au pied.,Ca y est, je perds mes moyens !


Mon problème à moi, c’est le manque de confiance et d’estime de moi.
Ces 4 nanas vraiment bien balancées me déstabilisent complètement. C’est à chaque fois pareil.
L’impression d’être une bergère ou fille de la ferme du bout du monde qui pénètre dans un lieu qui n’est pas pour elle.  Un peu comme Cendrillon quand elle observait les filles de la noblesse venues pour tenter de séduire le Prince.
J’ai toujours été très impressionnée, et je me suis toujours sentie diminuée par ces nanas hyper sophistiquées qui t’exposent leur beauté, leur raffinement en pleine face, et qui quelque part en jouent souvent.
Je ne sais pas pourquoi cela me fait cela, mais c’est vraiment déstabilisant.

Pourtant, j’ai bien conscience de ne pas être une souillon. Je prends soin de moi, j’ai les ongles faits, mais je ne sais pas m’expliquer pourquoi ces nanas coiffées, maquillées, fardées, parfumées et vêtues parfaitement me déstabilisent à ce point.
Comme si la valeur d’un être se jaugeait à son apparence !

Je crois que c’est le problème de la société actuelle.
L’apparence est ce qui se voit en premier. On ne cherche plus à creuser, on jauge ce qui se voit et on juge.
Les magazines sont en partie responsables de ce phénomène.
Tu n’es plus aux yeux des autres une âme, un cerveau bien rempli, un coeur, tu es un corps bien ou mal balancé, bien ou mal vêtu !

C’était mon coup de gueule de la journée !
Et vous, êtes-vous parfaitement à l’aise face à ces nanas super sophistiquées ?
Ou c’est juste moi qui ai un gros problème d’estime de moi !