Archives mensuelles: juin2013

5 raisons de retourner au boulot un lundi ensoleille!


Bon, je sais, c’est dimanche soir, il a fait beau (enfin!), vous êtes encore en short et maillot à 21h00, le barbecue fume encore des brochettes de ce soir, les enfants sont excités et ont envie de jouer encore dehors, et pourtant, il faut se faire une raison, demain c’est lundi! Pas la possibilité de freiner la course des heures, il faut accepter!

Alors comme ce blues du dimanche soir, nous le connaissons toutes, essayons de lister 5 raisons qui vont nous aider à filer au boulot un lundi ensoleille. Ces bonnes raisons valent ce qu’elles valent, mais elles vous aideront certainement un peu.

1- je vais pouvoir mettre ma robe achetée en soldes samedi, celle sur laquelle je louchais depuis quelques semaines déjà. Et puis, sans oublier mes sandales compensées trop sympas qui restaient planquées dans le placard à chaussures cause saison des pluies depuis deux mois!

2- je vais retrouver ma collègue Cath avec qui on taille de sacrés bavettes à la pause café! C’est bien connu, les filles font et refont le monde des milliers de fois dans une journée. Rien que pour retrouver les collègues, c’est bon d’être lundi!

3- je vais manger avec mes collègues préférés le midi et comme d’habitude on va “déconner” à max et se détendre SANS PARLER BOULOT! C’est interdit!
Et puis, entre nous (vous dites rien, ok?), je vais enfin manger un truc pas cramé parce que moi, je ne suis pas un cordon bleu! Mes enfants me le rappellent à leur façon en me disant combien c’est bon à  la cantine! Bon, on peut pas être une maman parfaite sur tous les plans!

4- je vais barrer et fluorer sur mon calendrier de bureau la semaine dernière passée au bureau et comme ça les vacances vont me paraître encore plus proche en regardant le calendrier!

5- je vais me dire que plus vite on démarre la semaine, plus vite on arrivera au vendredi soir!

Bon, ça vaut ce que ça vaut, mais vous voyez 5 raisons, c’est déjà pas mal!
Je vous assure que je voulais vous en donner 10 bonnes raisons de retourner au boulot un lundi ensoleille, mais….je n’en ai pas trouvé 5 de plus!!!
Bah oui!
Désolée!

A toi Momo, Mon Ami…


Toi Momo, Marocain, Musulman pratiquant, traditionaliste et moi Chris Française, sans confession, femme ouverte et libérée, nous sommes amis. La vie vous fait faire parfois des rencontres extraordinaires, et met sur votre chemin des personnes qui vous sont opposées complètement, mais qui vous apportent tellement. L’une de ces personnes que le destin a mis sur ma route se prénomme Mohammed, il est à la base mon collègue et est devenu maintenant en quelques mois un ami discret et cher à mon cœur.
Momo, cet article t’es dédié à toi et ta petite famille.

La vie est surprenante, la vie est déroutante. Rien n’est le fruit du hasard. Ce qui devait arriver arrive. Je me réjouis chaque jour Momo de t’avoir rencontré. Toi si discret, si droit, toi qui a dérouillé dans la vie au plus haut point me fait apprendre chaque jour. Travailler en ta compagnie est une richesse. Ton calme, tes valeurs, tes croyances si différentes des miennes m’amènent souvent à réfléchir. Comme disait Descartes, “je pense donc je suis”, et avec toi, le dialogue, les débats sont nombreux. De ce fait, tu m’amènes à penser, et donc à être. Je crois en la pluralité, en la richesse d’une société mixte. Chacun de par sa culture apporte à l’autre une vision différente. Les choses ne sont ainsi pas figées et évoluent. Tes mœurs liées à tes croyances sont différentes des miennes, mais au fond, tu es comme moi Momo Mon Ami, tu es un papa, je suis une maman. Avec toi, j’apprends sur l’homme et sur l’Homme (espèce  humaine!). Nos discussions sur la place de la religion dans la vie quotidienne sont passionnantes, même si nos opinions sont catégoriquement opposées. Ta femme est voilée à son initiative, je suis une femme à la chevelure rousse longue ondulant sur les épaules, aux robes légères, mais comme toi, je partage des valeurs sûres telles que le respect, le partage, le sens de la parole donné, la fidélité. Tu vois, nous sommes différents mais nos principes sont identiques.
C’est cela que j’aime en toi, tu es un Ami tolérant, et tu es disposé à écouter cette amie insolente et folle que je suis. Tu vois mes yeux quand ils sont tristes, mais tu ne poses pas de questions. Tu me souris et je sais que tu as compris.
Nos différences entraînent des discussions qui loin de nous écarter révèlent nos ressemblances. C’est extraordinaire.
Je voudrais dire à tous ceux qui ne croit pas en la pluralité, à tous ceux qui parlent des “maghrébins”, des “fous de Dieu”, des “Islamistes” à tous ceux qui mélangent tout, qu’avoir un ami différent est une grande richesse. Ne jugez pas, ne cataloguez pas, ne mettez pas “tout le monde dans le même panier”. Faites l’effort d’aller vers l’autre qui vous semble différent. Discutez avec lui, écoutez-le, respectez-le et vous verrez qu’il n’est pas si différent que cela.
On n’apprend pas grand chose avec des gens qui vous ressemblent. Par contre, auprès de ceux qui perçoivent l’homme, la vie, l’amour, la mort avec d’autres yeux que les vôtres, vos idées se confrontent, vos cerveaux se mettent en marche et vous grandissez, vous évoluez.
Je me souviendrai toujours que c’est avec moi que tu as partagé les mois de grossesse de ton épouse, que c’est à moi que tu as confié tes craintes, tes espérances. J’étais flattée Mon Ami par ta confiance, et par tes confidences. J’ai vécu ces 9 mois à côté de toi. J’ai été honorée que tu me préviennes dès que tu as pu quand ta femme a mis au monde tes deux petites merveilles. J’ai été ravie de pouvoir lui rendre visite et pouvoir porter dans mes bras tes petites puces. C’est encore à moi que tu montres les vidéos de leurs gazouillis maintenant.
Tu vois Momo, je ne suis peut-être pas Musulmane, je parle parfois ou ris de blagues légères, je m’habille assez femme et sexy, mais je suis là pour toi même si je suis tout le contraire de ce que la femme doit être dans ta Religion.
Tu acceptes ma vision de la vie, mes croyances.
Moi, jamais je ne reviens sur tes convictions, et toi jamais tu ne portes de jugement sur ma façon d’être, c’est à dire une femme moderne, sexy en France en 2013. Nos religions sont différentes, mais notre respect l’un pour l’autre est semblable. C’est ce qui nous lie, et c’est pour cela Momo que tu es Mon Ami…
Merci d’être entré dans ma vie.

“La publicite m’a ‘tuer’”…


Vous êtes vous déjà demandés quel était le véritable impact de la publicite diffusée  à la TV sur vous ? Je veux dire sur vos habitudes, votre façon de vivre, votre comportement au quotidien?

C’est bien connu, la publicite c’est une Activité dont le but est dinciter les consommateurs à consommer les produits ou les services d‘une entreprise (définition de l’internaute). En gros on nous montre des produits censés être trop cool, qu’il faut absolument avoir sous peine d’être considéré comme un pestiféré. Si on a pas la dernière tablette-écran-tactile-qui-fait-barbecue-même-qu’on-peut-y-faire-cuire-un-œuf, on est pas « hype ». Mais c’est la facette la plus connue de la publicité. Je veux vous parler ici d’un aspect caché encore plus vil de ce procédé.  Oui je vous parle de l’effet de la publicité sur notre vie sociale et Dieu sait qu’elle fait des dégâts.

Pour preuve en voici quelques exemples :

-          On vous regarde bizarrement quand vous dites « ça me fait penser que j’ai pas pris mon goûter ! »

-          Allez expliquer aux gamins qu’une vache violette cela n’existe pas

-          Les chats qui vont chez le garagiste avec un accent londonien/autrichien non plus

-          Vous avez des slogans bien intégrés dans votre tête (personnellement c’est « la vida es chula »)

-          Certains prénoms sont désormais condamnés à être vannés par les collègues et amis, RIP Olivier, Cerise, Chantale, Maurice entre autres

Un autre aspect tout à fait sympathique des publicités c’est les heures à public ciblé. Si au moment de Noël voir 8 pubs sur 10 vous démontrer les bienfaits d’une poupée-vaudou-coupe-au-bol-qui-porte-un-sac-à-dos-rose ne vous dérange pas, il n’en est peut être pas de même de celles que l’on peut régulièrement voir les midis. Quoi de mieux, lors d’un repas, que d’entendre un combo problèmes d’érection/diarrhée aigue/ fuites urinaires ?

Cependant, on peut aussi dire merci aux publicitaires. Parce que lorsque l’on a pas l’arrêt sur image avec sa TV, on peut toujours faire sa pause pipi/goûter au milieu de son programme favori (chose qui n’est plus possible le soir sur les chaînes du service public), et ça, ça n’a pas de prix !

Sophie Masset, le 26 juin 2013


Phototgraphies © Sophie Masset

Lancement des soldes d’été: le jour où la femme mute en tigresse!


Aujourd’hui, c’est le lancement officiel des soldes d’été en France.

Un jour attendu de pied ferme par la gente féminine! Ce jour là, les plus douces, les plus mielleuses vont révéler leur vrai jour et se transformer en tigresse prêtes à attaquer et briser toute personne qui se mettrait entre leur proie et elles…

Entendre par proie cette magnifique paire de sandales compensées en taille 38 tant convoitée mais qui restait définitivement trop chère, ou alors ce joli panier idéal pour la ville qui leur fait les yeux doux, ou alors ce magnifique bijou vu en vitrine dont il ne restait que deux exemplaires….
Le jour des soldes est un jour de fête chez la femme!

Oserais-je dire que pour certaines le plaisir ressenti lors de l’acquisition d’un article tant désiré est égal ou supérieur à celui d’un gros câlin ?
Oserais-je dire que si la femme devait choisir ce 26 juin entre une partie de jambes en l’air majestueusement orchestrée où Monsieur se plie en quatre (sans jeu de mots) pour faire plaisir à Madame et une journée soldes, Madame choirait les SOLDES sans hésitation, aucune ?! Et bien, oui, J’OSE LE DIRE!

La femme est une espèce animale unique dans le monde qui deux fois par an effectue une mutation biologique la transformant de blanche colombe à tigresse redoutable.

Qui ose se mettre au travers de l’animal se heurte à des représailles sanglantes !
Les scientifiques ont abandonné les recherches depuis longtemps, car le cas est désespéré.
C’est étrange comme ce besoin de posséder normalement assimilé à l’homme se révèle puissant et destructeur. Personne ne peut s’y opposer, ni par la  négociation, ni par la douceur. La tigresse n’entendra rien et vous crèvera les yeux si vous mettez sur son chemin.
Rien ne peut venir à bout d’une femme ayant jeté son dévolu sur un objet en soldes.

C’est comme cela…
Inutile Messieurs si certains nous lisent de chercher à comprendre.
Il n’y a rien à comprendre ! Deux jours dans l’année où les femmes sont à fuir comme la peste. Je vous conseille Messieurs d’aller boire une bonne bière chez vos potes et de vous changer les idées.
Inutile espérer un câlin ce jour, ou alors à moins que vous ne cédiez votre carte bleue à Madame qui pourrait se montrer peut-être plus docile histoire de vous remercier…(ouh, pas joli ça !! et guère flatteur pour Monsieur ! Serait-ce à dire que les galipettes sont une corvée ? Si oui, alors rendez-vous dans la rubrique SEXO RIGOLO et plus particulièrement sur nos pages dédiées aux missions boosto libido 1 et 2 déjà en ligne….)

Bon allez, je vous laisse les filles ! Faut que j’aille…..faire les SOLDES !

D”ailleurs dans la boutique de Femmes et Compagnie, tout le site est à 50% !!!
Profitez-en! Munissez-vous du coupon SOLDESETE2013

Pourquoi la drague sur internet ?


La drague sur internet est un vrai phénomène.

Oui, en fait, la question aurait pu être « pourquoi avons-nous besoin de séduire »… Ce qu’il y a de pratique avec Internet, c’est que cela peut tout à fait rester virtuel, qu’il n’y a pas (ou très peu) d’effets collatéraux et que le choix est large (merci réseaux sociaux). Toujours est-il que si la séduction est un besoin naturel, nous avons toutes besoin de savoir que nous sommes désirables, lorsqu’elle devient irréelle et compulsive, généralement, c’est qu’il y a anguille sous roche. Loin de moi l’idée de porter quelque jugement que ce soit, nous avons toutes une façon plus ou moins glamour de gérer nos « petits manques », cela va du fait de s’envoyer trois douzaines de macarons devant Vampire Diaries (non, ce n’est pas une série pour ados !), au fait de se jeter à corps perdu dans son boulot en passant par la drague de parfaits inconnus… On fait ce qu’on peut !

Globalement, on pourrait parfaitement se dire qu’il n’y a rien de grave, que l’on fait de mal à personne (parce que finalement, même si on est en couple, après tout, nous ne passons pas à l’acte…), que vraiment, il n’y a aucune raison d’arrêter. Reste qu’il y a une personne à qui cela fait du mal, indéniablement, c’est vous.

Que cherche-t-on dans ce genre de relation ?

La principale raison qui vous pousse à draguer sur Internet est la sensation que cela leur procure. Il est clair que c’est extrêmement agréable d’être dans la séduction, et dans ce genre de relation, une fois cette phase terminée, on passe à quelqu’un d’autre, et de fil en aiguille, on parvient à rester dans cet état d’euphorie régulièrement. On se sent vivre, on a la sensation d’être importante, on attend, le cœur battant, un message de son amoureux virtuel, on se sent belle, forte, intéressante tout cela remet un peu de folie et de gaité dans notre vie…  On pourrait donc penser que c’est positif…

Il s’agit en fait d’une façon rapide et « facile » de redonner un peu de goût à son existence, preuve indéniable qu’en ce moment, ça ne va pas fort… S’il est vrai qu’il vaut mieux trouver un palliatif autre que des psychotropes ou que de se coller une bonne petite dépression, sur le long terme, ça ne règle aucun problème, cela va même très clairement en rajouter.

Les conséquences, sur le long terme…

L’ennui, c’est que cela a au moins deux conséquences auxquelles on ne pense pas tout de suite, mais qui peuvent, à la longue, être sclérosantes…

La première, c’est que dans les relations de ce type, généralement, on est sur quelque chose de relativement expéditif. C’est cru, rapide, sans émotions autres que des sensations fortes, plaisantes, certes, mais épuisantes à la longue… D’autre part, vous jouez un rôle qui ne vous reflète pas pleinement, en prenant le risque de vous faire croire à vous-mêmes, qu’il n’y a que comme cela que vous pouvez plaire… Autrement dit, cela peut, à terme, renforcer cette sensation que vous essayiez de fuir au départ, cette sensation qu’au final, vous allez finir seule, avec au mieux, un chat roux et borgne comme seul compagnon.

Le second risque, à terme, est de voir votre rapport aux hommes « de la vraie vie » s’étioler un peu plus. Si vous êtes en couple, pensez aux tensions innombrables que cela va générer… Face à ce déchainement de votre libido au moindre petit bip de votre messagerie, vous risquez de trouver chéri bien terne, voire carrément pas glamour… Dites-vous bien que le bel Apollon, qui vous couvre de messages érotiques, a lui aussi ses petits travers, mais que vous n’y aurez droit que si vous passez le cap des trois ans, c’est-à-dire, lorsqu’il vous paraîtra aussi attirant que votre Jules à cet instant précis. De toute façon, si vous n’avez pas quitté votre amoureux, c’est que vous savez au fond de vous qu’il vaut bien mieux que le beau gosse qui vous fait palpiter. Au fond de vous, vous savez que c’est du flan, que ça ne rime à rien, mais une chose est certaine, vous êtes en manque… Et pour l’instant, ces petits coups d’adrénaline que cela vous procure vous permettent de rester en vie.

Si vous êtes célibataires, cela risque fort de vous permettre de le rester. D’abord parce que vous serez tellement mieux devant votre ordi  que dans un resto avec des amis (où vous pourriez éventuellement rencontrer l’homme de votre vie), ensuite parce que même si vous réussissez à vous extirper une soirée, histoire de voir ce que réservent les gens en chair et en os, vous risquez fort de trouver les relations humaines bien moins faciles que celles par écrans interposés, ce qui vous poussera à retourner bien sagement devant votre pc.

Et quoi qu’on en dise, cela n’a rien d’aussi enrichissant qu’une véritable relation, faite de séduction, certes, mais aussi de soirée pizza -canapé-pyjamas…

Quelles sont les alternatives ?

Parce que c’est bien beau de faire le constat que vous devriez faire autre chose que de jouer à « chat » avec tous les beaux gosses des réseaux sociaux, pour vous tenir éveillé, mais en même temps, là, tout de suite, vous ne voyez surement pas que faire d’autre…

Que vous soyez célibataire ou en couple, vous devez impérativement vous occuper de vous. Cela peut sembler paradoxal, mais généralement lorsque l’on a un besoin aigüe de séduire et d’être séduite, c’est que l’image que l’on a de nous-mêmes n’est pas super flatteuse, et étrangement, la seule personne qui peut y remédier, c’est vous-mêmes. Aucun compliment, ni aucune flatterie, ne vous y aidera véritablement, sur le long terme.

Il se peut que votre boulot ne vous remplisse pas, parce que finalement, vous ne vous y épanouissez pas, que vous ne vous y retrouviez plus non plus dans votre rôle de maman ou d’épouse attentionnée, bref, il vous faut un hobby, du sommeil, des soirées copines, du temps pour vous, pour vous faire du bien. Si vous ne parvenez pas à vous passer complètement (et radicalement) de vos séances de « remontage de moral » virtuelles, continuez, mais à petites doses (n’oubliez pas que les effets sur le long terme ne sont pas bons pour votre bien-être, celui là même que vous essayez de préserver en agissant ainsi), petit à petit, insérez dans votre vie des moments rien que pour vous, essayer de voir ce que vous avez réussi de bien, regardez aussi votre couple, si vous en avez un, essayez de percevoir tous ses côtés positifs, et vous verrez que dès que vous serez un peu mieux dans vos pompes, cela vous paraîtra bien surfait !

 

Marie May, le 25  juin 2013
“L’objet de mon désespoir”, aux Editions Apopsix, mai 2013
L’objet de mon désespoir, le blog

Hymne à l’amitié


Je me suis souvent interrogée, même bien avant la naissance de Femmes et Compagnie sur ce que serait mon existence sans mes ami(e)s.
Certains se targuent de s’assumer, de ne pas vouloir dépendre des autres, de ne pas avoir envie d’être déçu, d’avancer seul pour ne rien devoir à personne. Que d’erreurs !
L’amitié, c’est tout sauf une dépendance à l’autre, c’est tout sauf devoir quelque chose à l’autre, l’amitié c’est une des formes de l’amour universel.

L’amitié est un bien précieux à conserver précieusement, à  ne pas perdre surtout.
L’amitié, c’est simple comme bonjour, c’est tout sauf compliqué, c’est un échange, un partage gratuit, libre de droit.

Je crois pouvoir dire que tu peux passer sans « crever » de solitude plusieurs mois, ou années sans compagne ou compagnon, par contre, je crois qu’il est absolument impossible de vivre sans ami.

Connaissez-vous le film SEUL AU MONDE  avec Tom Hanks? L’histoire d’un homme d’affaires, cadre de Fedex dont l’avion s’écrase en pleine mer la veille de son mariage, et qui est le seul survivant sur une île déserte sans rien.
Il y restera plus de 4 ans, et pour ne pas crever et devenir dingue de solitude, il prendra un ballon de volley-ball, qu’il a trouvé dans un colis ayant échoué sur son île, lui dessinera avec son propre sang (belle symbolique) des yeux, des cheveux et une bouche et le gardera toujours à côté de lui, lui parlant pendant toutes ces années de survie. Il ira même jusquà lui donner un prénom, Wilson, celui de la marque du ballon, et à vivre comme un vrai deuil lorsque son ballon sera emporté à  jamais par les vagues  lors d’une tempête.
Ce Robinson des temps modernes met le doigt sur le fait que l’homme à  mon sens n’est pas fait pour vivre seul et ne peut vivre seul sans devenir fou. Son aptitude à communiquer, à réfléchir, à aimer fait de lui un être qui a besoin de partager.  La beauté d’un lieu invite au partage des émotions, des ressentis. (si parmi celles qui liront cet article, certaines étaient douées en philo, je voudrais bien que l’on échange sur le sujet: “l’homme a t-il la faculté mentale de vivre seul ?” (que cela soit subi ou choisi).

Ne trouvez-vous pas que c’est bon de dire « Regarde l’arc en ciel ! », « Regarde le coucher de soleil »… Quand c’est beau, tu as plaisir à partager.

L’ami est celui que tu as choisi, contrairement à un frère, une sœur,  un père, une mère. Tu l’as choisi donc tu sais qu’il y a quelque chose entre vous, une attirance, une entente. C’est en cela que ce lien est à mon sens un lien d’amour. Et un lien d’amour plus fort que le lien d’amour qui unit deux êtres qui s’aiment d’amour psychique et charnel.
Pourquoi  l’amitié est-elle  un amour plus fort que n’importe quel autre amour ?
Parce que, un chéri, un mari, une femme, ça peut s’en aller. Mais un vrai ami, une vraie amie, normalement, c’est pour la vie. Même un silence imposé par la vie aux deux amis (mutation professionnelle, obstacle empêchant l’amitié) n’est pas un motif de rupture. Les vrais amis se perdent, se retrouvent et là, ne se lâchent plus
L’ami est celui avec qui tu partageras les moments beaux de ta vie, mais il est aussi celui qui t’accompagnera  dans les moments de souffrance.
C’est celui qui sera là sans doute pour te donner la main sans que n’aies besoin de le lui demander.

Alors un conseil « d’amie » les filles, ne négligez jamais vos ami(e)s lorsque vous faites une rencontre, ou lorsque tout roule pour vous. Préservez vos amitiés, bichonnez-les. Prenez en soin comme d’une relation amoureuse. Accordez à vos amis du temps,  de l’écoute. J’allais dire comme dans toute relation amoureuse… mais C’EST UNE RELATION D’AMOUR, MAIS UN AMOUR DIFFERENT !!!

Le mythe de l’uniforme, oubliez les filles, c’est juste un mythe !


Quelle fille dans son inconscient le plus refoulé n’a pas eu un jour un instant le désir enfoui de flirter avec un homme en uniforme ?….Ou alors, quelle femme n’a pas un jour, sans s’en rendre compte, au volant de sa voiture, tourner la tête au feu rouge parce qu’un beau militaire, ou marin s’apprêtait à traverser ?Allez soyez franches un peu ! Tom Cruise et ses collègues dans Top Gun ne vous ont jamais un peu “émoustillée” ?

Je me souviens de l’enterrement de vie de jeune fille d’une amie il y  a 20 ans déjà (au secours, suis plus toute jeune!) où un strip-teaser habillé en marin avait rendu les yeux de mon amie encore plus lumineux qu’ils ne l’étaient déjà par les rosés pamplemousse de début de soirée!

Bon, ben écoutez, je suis au regret de vous dire que le mythe de l’uniforme pour moi est révolu ! bah oui!
Pourquoi ?

Ben… parce que moi, j’habite en campagne, et chez nous les seules uniformes que nous avons, ce ne sont ni les militaires, ni les marins (dommage…..), mais les pompiers volontaires!
Les pompiers volontaires sont nombreux et très impliqués dans la vie communale. Ils sont d’ailleurs bien reçus dans les familles et partagent facilement le verre de l’amitié, d’où une habilité à lever le coude, à faire des gueuletons, et leur ventre rebondi ne pourra prouver le contraire!!!! Au secours!  Peux vraiment pas, même en me forçant un peu!

Je ne voudrais donc pas vous décevoir, et avec tout le respect que j’ai pour les pompiers car ils m’ont un jour de juin 2003 sauvé la vie, mais je suis au regret de vous annoncer que, désolée, mais vraiment désolée, les hommes en “uniforme” de chez moi, à savoir les pompiers volontaires de campagne (pas les vigoureux pompiers de métier de Paris…) ne me font vraiment pas fantasmer! Le mythe s’écroule…
Dommage, il y en avait pourtant pleins ici!

Alors:

- soit je déménage et je vais dans le sud.  Là, des marins sur la rade de Toulon, attablée en terrasse,  je devrais en voir passer …

- soit, je reste en campagne, et je trouve un autre “homme objet” de fantasmes !

- soit, je suis réduite à guetter la sortie du prochain calendrier des rugbymen…

- soit je me calme, et me dit qu’à 41 ans, faudrait peut-être veiller à  être un peu sérieuse!
Quoi que, ce n’est pas parce qu’on a pris le menu, qu’on a pas le droit de jeter un coup d’œil à la carte!

D’autres suggestions, Mesdames et Mesdemoiselles ?
Et désolée, si j’ai cassé un mythe !

Lettre ouverte à ma penderie…


Sans doute comme une partie d’entre vous Mesdemoiselles, j’ai longtemps entretenu un contentieux avec ce type de vêtement que l’on appelle robe. Pour ma part c’est peut être dû à celles que ma gentille maman me forçait à porter étant petite. Le petit collant en laine bien épais qui allait avec  n’y est pas non plus pour rien. Mais tout cela est une autre histoire.

▪♪♫▪▫♪♫▪ I wore a dress and I liked it ▪♪♫▪▫♪♫▪

Bon la première étape est de savoir quel type de robe est le mieux adapté à sa morphologie, ce que vous pouvez faire en allant ici ou pour celles qui comme moi ne voient pas franchement ce qu’est une silhouette en H, O, ou  V. (N’est pas Cristina Cordula* qui veut)

Toujours est-il qu’après avoir vue une amie en robe, je me suis dit, pourquoi pas moi ? Et puis petit à petit on se rappelle du pourquoi du comment des choses.

Attention ce qui va suivre est bourré de préjugés qui se sont révélés juste au moins une fois :

-          Quand il fait chaud c’est plutôt sympa de ne pas être coincée dans son jean

  • Quand il pleut ou quand il fait froid c’est tout de suite moins cool pour les frileuses

-          On attire plus facilement les hommes, un point positif

  • Bon je vous l’accorde ce n’est pas toujours les plus beaux et les plus équilibrés mentalement

-          S’il y a un courant d’air/une bouche de métro, on peut aisément se la jouer Marilyn Monroe

  • OU PAS

Malgré certains désagréments que l’on peut rencontrer en la portant, la robe reste le vêtement sexy par excellence.  Qu’elle soit droite et noire ou rose à tutu telle l’apparat d’une princesse, rien de tel qu’une petite robe pour réveiller la part de féminité qui sommeille en chacune.

Alors Mesdames, Mesdemoiselles osez les robes ! Votre égo, votre homme et votre penderie vous le rendront bien.

*NDL Si vous ne voyez pas qui est cette personne, vous êtes entièrement pardonné(e)s ! Sachez cependant que la dame a un wiki si cous vouliez en savoir plus.

Sophie Masset

Là, c’est Christine qui vous écrit et vous transmet un message : je sais que Sophie est Etudiante en licence professionnelle, et qu’elle recherche un stage d’une durée de 3 mois qui serait axé dans l’audiovisuel et/ou l’informatique. Si vous avez une piste, je serais ravie de pouvoir l’aider en contrepartie de cet article qu’elle m’a écrit si vite avec tant d’enthousiasme. Faites moi un mail si vous avez un bon tuyau: christine@femmes-et-compagnie.com

Illustrations © Sophie Masset

Avis à toutes les femmes: un Homme vous parle !


Et oui, qui mieux qu’un homme pouvait casser nos idées toutes faites et nous aider à comprendre ce spécimen étrange qu’est l’homme?…. Personne, hein?

Et bien Femmes et Compagnie, le site communautaire féminin de référence l’a trouvé cet homme en la personne de Jean-François pour le plus grand plaisir de ces dames ! 

Il ne mâche pas ses mots, il a de l’humour, il joue franc-jeu, bon, je crois qu’il va éclairer nos lanternes ! C’était un homme comme lui qui manquait à ce site de femmes qu’est Femmes et Compagnie.

Bienvenue à toi courageux soldat ! Seul contre des milliers de femmes, il fallait oser !

Retrouvez-le régulièrement dans sa rubrique “C’est mâle ?” où il abordera tous les sujets qui préoccupent les femmes : les relations hommes-femmes, la sexualité, les enfants…

Dès son premier article intitulé “Mesdames, revoyez vos clichés“, Jean-François a su conquérir et attirer l’attention de ces dames! Bravo, le pari n’était pas gagné!

Maintenant,  je crois qu’on a qu’à bien se tenir, je pense qu’il va nous remettre les idées en place.

Par contre, fais gaffe, Jean-François, ce n’est pas parce qu’on est sur un site féminin, qu’on échange des bons plans beauté, qu’on fait du shopping, qu’on blablatte entre nous, que c’est écrit “pigeonnes” sur nos fronts. Nous sommes prêtes à la discussion, mais attention, on reste des nanas avec notre caractère, avec nos convictions.

Va falloir être persuasif Jean-François….

En tout cas, ravie de t’accueillir chez nous…
Le site communautaire féminin avec déjà en quelques mois plus de 1300 nanas sur la page FB te salue bien bas!

Christine, 17 juin 2013

Ilustration: Photos Libres

A l’école de la vie…


La vie est une école.
On révise une leçon, et allez savoir pourquoi, on se prend une note dont on n’est pas fière du tout, puis un autre jour, alors qu’on a pas révisé du tout, on décroche un 20/20.
C’est la vie avec ses surprises, les bonnes et les mauvaises. Mais c’est ce qui lui donne du piquant.

Une bonne note n’est pas une raison pour rester sur ses acquis, et une mauvaise note n’est pas non plus un arrêt de mort signant la fin de tout.
A chaque événement, réussite ou échec, il y a quelque chose à apprendre, à tirer.
Rien n’est figé, tout est en mouvance.
Rien n’est impossible, tout est envisageable. Il suffit de le vouloir fort, très fort.
J’ai rencontré ce week-end une femme  extraordinaire qui m’a rappelé combien seule la pensée positive était un moteur permettant d’avancer.
Les craintes, les doutes, les peurs n’empêchent pas le danger et freinent l’initiative et la possibilité de réussir. L’esprit d’entreprise, le sourire, le don de son temps, l’écoute des autres ne sont pas du temps perdu, des choses inutiles, ils vous garantissent la réussite à  moyen et long terme.
Osez vivre vos rêves, lancez-vous, battez-vous.
Vous tombez ? Pas grave, vous encaissez le choc, le colmatez, et vous remonter immédiatement en selle, sinon c’est foutu.
J’ai vécu ce week-end un échec cuisant dont je tairais la nature, mais passé le moment de déception et d’écœurement, je me suis dit que ce qui arrive n’est pas un hasard. Il y a une leçon à tirer.
Alors, riche de cet enseignement, j’ai fait abstraction de ce que j’avais perdu, et j’ai plutôt fait la liste de ce que j’avais gagné. J’ai gagné pas en argent, c’est sûr, mais j’ai gagné en rencontres humaines, en maturité, j’ai appris à faire d’un « dit » échec une réussite.
Et aujourd’hui, deux jours après, j’ai une pêche d’enfer et je me dis que sans cette expérience décevante, je n’aurais peut-être pas fait cet effort de réflexion, je n’aurais pas rencontré les personnes que j’ai rencontrées, et vécu ces moments de solidarité unique qui font que je ne regrette nullement mon expérience.
La vie est une école, ne l’oubliez pas. Transformez vos échecs en réussite.
Et à l’école, pas grave si vous avez durant un trimestre un 2/20 et un 18/20, pourvu que vous ayez la moyenne, et pourvu que chaque trimestre votre note générale augmente riche des expériences vécues, et du savoir acquis.