Archives mensuelles: août2013

Savourez votre dernier dimanche avant la rentree des classes!


La rentree des classes, c’est pour la semaine prochaine, moment attendu par certains et redouté par d’autres. Bref, chacun y trouve son lot de galères et/ou de soulagement.

Alors avant que le rythme infernal ne reprenne dans la maisonnée, pensez à vous pour ce dernier week-end « de vacances » dirons-nous.
Détendez-vous, faites-vous bichonner, tentez d’être le plus zen possible pour appréhender la rentree des classes calmement, au top de la forme! D’accord ?

Un bon bain avec des sels parfumés, une belle petite coupe de cheveux (on le sait, cela détend les femmes), un moment passé à boire le café chez une amie, votre série « matée » tard devant la télé samedi soir…enfin, bref, pensez à vous ! Rien qu’à vous !  Prenez des forces !

Voici une petite liste des choses qui vous attendent  dès le premier jour de la rentree des classes, des fois que vous auriez oublié ce qu’était le rythme d’une mère durant l’année scolaire…

1 – Reprendre le rythme (fini les dodos à 21h30-22h) il faut réapprendre les enfants à aller au lit de bonne heure (bon courage !!!!).

2 – Arracher les marmots du lit de bonne heure : reprise des crises de nerfs le matin pour partir à l’heure et remuer les réticents.

3 – Arriver devant l’école et retrouver toutes les mamans qui vont vous mettre en retard au boulot en vous racontant leurs vacances.

4 – Arriver à vous détacher de vos marmots en larmes, et ce, sans aucun sentiment de culpabilité et sans avoir mal au cœur pour le reste de la journée.

5 – Arriver le soir, pour récupérer vos enfants et retrouver les mamans que vous n’avez pas vues le matin (et qui vous raconteront leurs vacances), puis récupérer votre progéniture, les yeux rougis par les pleurs de la journée (pour les plus jeunes), énervés et fatigués, bref, que du bonheur !

6 – Partir faire les photos d’identité, braver la foule pour acheter les fournitures manquantes et remplir la paperasse administrative.

7 – Recommencer à bouillonner d’idées pour faire des repas équilibrés et rapides pour le soir parce que marmot n’aura pas bien mangé à la cantine.

8 – Prendre un peu de temps pour que votre marmot vous raconte sa journée sur l’oreiller, juste avant ou après l’histoire du soir.

9 – Lutter une fois de plus pour que vos enfants s’endorment de bonne heure, surexcités par une épuisante journée d’école.

10 – Recommencer la routine d’une journée type avec les caprices pour aller au lit, ceux pour se lever, les pleurs, les cris et tout le tralala pendant au moins 10 jours

On l’attend souvent de pied ferme cette rentree des classes, mais elle est malgré tout une étape (et non des moindres) pour les enfants mais aussi (et j’ai un peu envie de dire surtout) pour les parents !
Bon courage à toutes…
Vous n’avez que 10 mois à tenir….

Christine, le 31 août 2013

A lire aussi:
Rendez-vous sur le blog sujets psychologie féminine
Retour sur le blog
Société
Education
Famille 

Couples
Au travail
Sexualité
Rencontres Internet, réseaux sociaux

Rentree scolaire: société de surconsommation, quand tu nous tiens!


La rentree scolaire est là, pas moyen de pas le savoir vu les messages radios, vu les entrées des magasins bardés d’affiches de fournitures. Je sais pas vous, mais moi j’ai la boite aux lettres qui explose depuis deux semaines remplie par les prospectus pour les cartables, les fournitures, les meubles de chambre d’enfants, etc…

Ah là, on peut dire que les grandes enseignes oublient complètement leurs engagements écologiques. Peu importe les tonnes de papiers imprimées qui vont finir dans nos poubelles! les arbres, tout le monde s’en fiche carrément là. Ce qui compte, c’est inciter à la vente, faire envie pour vendre un point c’est tout!

Et oui, la rentree scolaire tout comme Noël, la Chandeleur, Pâques, les vacances sont vraiment des périodes où on réalise combien nous sommes embourbés jusqu’au cou dans une société de consommation qui nous emporte dans son élan.

Souvenez-vous, quand nous étions enfants, aviez-vous à chaque rentree scolaire un nouveau cartable, une nouvelle trousse, une nouvelle chaise de bureau (si tant est que nous avions toutes une chambre équipée d’un bureau et d’une table, ce qui n’est pas encore certain pour les plus “âgées” de nous!) ?
Bien sûr que non!
Si le cartable, la trousse était encore en bon état, il faisait la nouvelle rentree scolaire, n’est-ce-pas?

Aujourd’hui, c’est presque une obligation d’acheter un nouveau cartable, une nouvelle paire de baskets, etc… à l’occasion de la rentree scolaire.
Nos enfants sont nées dans cette société, et si nous parents, nous tentons de ne pas adhérer au diktat de la société de consommation,nos enfants nous feront la tête, et limite nous prendrons pour des “radins” parce qu’ils ne se sentirons pas comme les autres à la rentrée! En gros, avoir deux ans de suite le même sac de cours au collège, ça ne le fait pas!

Mais où va t-on?
Quand va t-on s’insurger contre cette société de surconsommation et revenir à une consommation adaptée à nos besoins, et pas aux envies que les grandes marques font naître en nous ?
Je crains que ce ne soit jamais… car nous sommes carrément pris dans ce système qui dicte notre comportement. C’est une triste constatation, une désolation même.

Christine, le 1er septembre 2013

A lire aussi:
Rendez-vous sur le blog sujets psychologie féminine
Retour sur le blog
Société
Education
Famille 

Couples
Au travail
Sexualité
Rencontres Internet, réseaux sociaux

Dedipix: les risques de cette pratique adolescente


Dedipix, c’est le nouveau phénomène chez les jeunes. Il a envahi les réseaux sociaux depuis 2009: le principe est simple: son corps contre un commentaire. On écrit une dédicace sur une partie de son anatomie, on poste la photo et on attend les commentaires. Bien entendu, les plus osés déclenchent le plus de retours.

Du simple prénom marqué sur l’épaule ou sur le ventre sur les photos qu’on pouvait voir  il y a quatre ans, les dedipix ont bien évolué. Ils sont devenus très sexys, voire presque pervers.  Vous avez peut-être entendu parler d’Anicha White, une jeune strip-teaseuse de 22 ans qui a fait le buzz sur twitter avec ses dédiboobz.  Elle inscrivait ses dédicaces sur sa poitrine généreuse et les postait par tweets. Pour Anicha, on peut trouver l’histoire potache ou bien se dire que si elle en a fait un business, tant mieux pour elle. Mais quand des adolescentes, bien souvent mineures font la même chose, on n’a plus vraiment envie de sourire.

Le besoin de plaire, l’envie de montrer son corps et de le découvrir est assez normal à l’adolescence. Seul hic, ces jeunes ados – ce sont majoritairement les filles qui se prennent en photo, laissant aux garçons le plaisir de commenter – s’imaginent qu’elles sont protégées, que leur image et leur identité sont préservées puisqu’on ne voir pas leur visage. Elles se cachent même derrière des pseudos osés. Le danger des dedipix est là et il est double. D’une part, la plupart des jeunes, bercés par les réseaux sociaux dès leur plus jeune âge, ne réalisent pas qu’Internet n’est pas simplement virtuel et que les informations sont facilement recoupées.

Alors ce n’est pas parce qu’on ne voit pas un visage sur un dedipix qu’on ne sait pas à qui appartiennent telles fesses ou tels seins. Et surtout, même si des modérateurs existent sur le net, il est très difficile de se recréer une virginité numérique. Une fois postée, une photo est bien difficile à effacer définitivement…

Claire, le 30 août 2013
clairementblog 

A lire aussi:
Rendez-vous sur le blog sujets psychologie féminine
Retour sur le blog
Société
Education
Famille 

Couples
Au travail
Sexualité
Rencontres Internet, réseaux sociaux

Rentrée: apprenez à reseauter et servez vous-en!


On ne peut pas faire comme si les réseaux n’existaient pas. Ils sont là, ils existent, autant s’en servir. Que ce soit pour atteindre vos objectifs professionnels, ou personnels, il est bon d’apprendre à reseauter (venant du mot nework, réseau en anglais)

En effet, être présent sur un réseau social, c’est avoir un profil et être en relation avec des gens que vous appréciez, qui connaissent donc vos projets, vos objectifs, et qui eux aussi ont des contacts. On appelle cela réseauter.

Le fait de tisser des liens avec elles, et inversement fait que chacun peut essayer d’entrer en relation avec les contacts de l’autre. Cela peut être pour une demande de conseil, pour partager un projet, pour une recherche d’emploi, pour une recherche de clients, de fournisseurs.

Réseauter ouvre beaucoup de portes. Cela permet d’échanger, de dialoguer, de partager, de conseiller, d’écouter, de trouver.

Il ne faut pas y voir de l’opportunisme et de la malhonnêteté. Ceux sont des outils mis à notre disposition et il faut savoir en profiter.

Je ne parle pas de réseauter seulement sur facebook ou twitter seulement, vous l’aurez compris.
Je fais allusion aux autres réseaux professionnels par exemple tels que viadéo, linkedin bien sûr, mais il existe aussi d’autres réseaux pour la recherche d’emploi, de stages, de formation par exemple. Yupeek a été créé pour les jeunes diplômés, Digika pour les pros du web, Agrilink pour le secteur de l’agriculture.
Bref, selon le cabinet Link Humans, affirmerait sur son blog qu’il existe plus de 60 réseaux spécialisés?

Parmi les femmes adepte des sites féminins , il y a forcément des personnes en recherche d’emploi, ou des femmes en réflexion sur une autre orientation à donner à leur carrière. Profitez de votre temps à la maison pour réseauter en bon intelligence. Facebook pour la détente, et les autres réseaux professionnels pour votre recherche d’emploi, d’informations, d’opportunités de formations, de stages. Ne lésinez pas ces outils. Constituez vous des profils avec soin, constituez vos listes de contacts de façon rigoureuse. Ne vous amusez pas à demander tout le monde, et à accepter tout le monde. Vous avez une image de marque à donner. Votre profil, c’est votre vitrine (OK, vous n’êtes pas une marchandise, mais bon…)

Allez, on est à l’ère du net, les réseaux existent et nous lient tous les uns aux autres. Profitez-en ! Réseautez un max’ !

Christine, le 30 août 2013

A lire aussi:
Rendez-vous sur le blog sujets psychologie féminine
Retour sur le blog
Société
Education
Famille 

Couples
Au travail
Sexualité
Rencontres Internet, réseaux sociaux

Rentree des classes : J -5 et 5 bonnes raisons de se dire que c’est bien!


Bon allez, cette fois, c’est imminent. Dans une semaine, toute la maisonnée aura repris le rythme infernal. Faire la queue dans la salle de bains parce que notre collégienne investit la salle de bain des heures, conduire le petit dernier à l’école, se coltiner la “corvée” des devoirs le soir. La rentrée des classes sonne le glas final des vacances, de l’été. Même si l’automne, ce n’est que le 22 septembre, la rentree des classes marque dans nos esprits la fin de cette belle période estivale qu’on a tellement attendu après ces hiver et printemps longs, humides et froids.

Alors voilà, à quoi penser pour chasser les idées grises (pas noires, faut pas exagérer!) liées à la reprise de septembre.

Voici 5 bonnes raisons pour appréhender la rentree des classes avec sérénité:

- Bah, on peut toujours se dire que deux mois de vacances pour les enfants, c’était long à gérer pour nous, et que maintenant finie la galère de savoir où les faire garder pendant qu’on est au boulot! La rentree des classes, cela a au moins ça de bon!

- Disons nous aussi que le soir, on ne va plus galérer pour obliger les petits à ne pas veiller trop tard. Là, avec l’école le lendemain, c’est au lit, un point c’est tout! Pas de négociation possible du style “oui, mais demain on peu faire la grasse matinée!”

- Consolons -nous aussi en nous disant que fini d’entendre les enfants se plaindre “Maman, je m’ennuie! Vivement la rentree des classes que je retrouve mes copains!”
- On peut aussi dire que la rentree des classes sonne le glas pour nous aussi des “bêtises alimentaires” de l’été, et que ça y est, on va se reprendre en mains pour retrouver sa ligne d’avant l’été, et puis qu’on va peut être se mettre au sport.

- Dans la même lignée, convainquons-nous que c’est le moment aussi de se fixer des bonnes résolutions qu’on va pour une fois (!) essayer de tenir!

Bon allez, on positive!

Toutes les bonnes choses ont une fin. La rentree des classes, c’est la fin des vacances, l’entrée dans l’automne, mais c’est aussi une période de renouveau, de redémarrage, et ces périodes là sont toujours propices aux grandes intentions, au changement. Et le changement, l’évolution, on le sait, c’est la vie, c’est comme cela qu’on avance. Rien ne se fait dans l’habitude, tout se fait dans le mouvement.

Alors, en selle les filles. Savourez les derniers jours, prenez des forces, et P.O.S.I.T.I.V.E.Z!

Christine, le 29 août 2013

 

A lire aussi:
Rendez-vous sur le blog sujets psychologie féminine
Retour sur le blog
Société
Education
Famille 

Couples
Au travail
Sexualité
Rencontres Internet, réseaux sociaux

Reforme des retraites: la bonne nouvelle de la rentrée !!!…..


Bon, ben la reforme des retraites est signée!
En gros: vous  n’aviez déjà pas trop de fric, vous trouviez que vous payiez trop d’impôts, vos parents retraités aussi avaient du mal à boucler les deux bouts. Vous pensiez que la reforme des retraites allait changer les choses ? (non, c’est pas vrai, vous y croyez encore, vous?)

Et bien, non seulement cela va continuer, pas de dépaysement en vue! mais en plus, vous allez avoir encore moins de fric, vous allez payer encore plus d’impôts et taxes et vos parents âgés vont devoir encore plus mettre la main à la poche!
C’est pas génial tout ça?!!!

Voilà, notre gouvernement a décidé de trouver de l’argent en augmentant (encore!) les charges sociales, patronales et en taxant encore plus les retraités!
Et puis, comme une bonne nouvelle ne suffisait pas dans cette reforme des retraites, il nous a rajouté quelques petites années à travailler, des fois qu’on est rien foutu pendant 40 ans et qu’on ait envie de vivre nos derniers jours au boulot!!!
Pour ceux nés après 1973, il leur faudra bosser 43 ans:
Vous savez en quelle année je suis née?
En 1972! Ouf! je l’ai échappé belle!!!!
Sarkozy disait “travailler plus pour gagner plus” (moi, perso, jamais vu la couleur d’un centime en plus) mais là cette fois, la citation pourrait être “travailler plus pour gagner moins!!! ” (bah oui, payer plus d’impôts et bosser 43 ans!)

A part ça tout va bien!
Bonne rentrée les filles !!!!
Vive la reforme des retraites! grrr!!!  ☠ ☠ 

Christine, le 28 août 2013

A lire aussi:
Rendez-vous sur le blog sujets psychologie féminine
Retour sur le blog
Société
Education
Famille 

Couples
Au travail
Sexualité
Rencontres Internet, réseaux sociaux

L’hypersexualisation de la société: un danger pour nos filles


La publicité, le cinéma, la télévision et les médias de toute nature influencent notre perception de la sexualité et des relations entre les deux sexes.  Pour vendre un parfum, une voiture, une tondeuse, on va mettre en avant le corps de la femme, des filles et parfois des hommes mais plus rarement. Le corps de la femme est assimilé à une marchandise que l’homme peut convoiter. La jeune fille, la femme est montrée comme étant disponibles, ouvertes, et prêtes à être l’objet des fantasmes masculins.
Tout cela, c’est ce qu’on appelle l’hypersexualisation.

L’APPARENCE AVANT TOUT : ETRE BELLE, PULPEUSE ET SEXY

Les médias divulguent en permanence dans leurs messages des références à la sexualité où la femme est forcément présentée comme étant belle, pulpeuse, sexy. Les petites filles reçoivent en cadeau des poupées barbies ou autres aux yeux fardés, à la bouche pulpeuse, leur petit postérieur bombé moulé dans des slims et leur poitrine avantageuse débordant de leur débardeur sexy.
Ainsi, la petite fille dès son plus jeune âge reçoit des messages lui dictant les attitudes et comportement sexués à avoir pour « être dans la norme ». Tout est basé sur l’apparence, sur la séduction. Cela les poursuivra plus tard où la presse va continuer à la bombarder de clichés concernant leur ligne en leur proposant des régimes à tout va, des opérations d’augmentation du volume des seins, des remèdes magiques pour rester « jeunes et belles »

L’HYPERSEXUALISATION VESTIMENTAIRE
Aujourd’hui les jeunes filles ont un mode vestimentaire très hypersexualisé. Pour appartenir au groupe, à la société, pour ne pas être en dehors, hors norme, elles suivent le mouvement. Les grandes marques de marketing l’ont bien compris et en jouent ! Les jeunes filles se mettent à porter des pantalons taille basse laissant dépasser leur string (et oui, vous avez bien lu, j’ai écrit « string » et non culotte, car les jeunes filles portent des strings de nos jours…). Elles arborent des tee-shirts à large encolure dévoilant leur bride de soutien gorge et leur épaule nue.

LES CONSEQUENCES DE L’HYPERSEXUALISATION
Les conséquences de l’hypersexualisation sont graves dans le développement des petites filles, mais aussi de la société.  Les jeunes filles prennent des raccourcis vers l’âge adulte sur le plan de la sexualité. C’est dommage. Elles brûlent les étapes, en se comportant  comme une sorte d’adulte sexué et sexuel miniature.
Quant à notre société, elle condamne la pédophilie à juste raison qui consiste à se servir du corps de l’enfant pour assouvir des pulsions sexuelles (les films pornos à caractère pornographique), mais en même temps, la publicité se sert de plus en plus des enfants dans ses spots où ceux-ci adoptent des postures provocatrices relevant de la sexualité adulte.  Il y a 30 ans encore, on jouait enfants au papa et à la maman, de nos jours la petite fille joue le rôle de la femme fatale à 8 ans ! Les temps changent !

UNE DÉCOUVERTE DE LA SEXUALITÉ DANS DES MAUVAISES CONDITIONS
En fait, tous ces messages sexuels envoyés par la société ont pour conséquence que les jeunes adolescentes adoptent des attitudes et comportements sexuels jugés trop précoces. Cela se caractérise concrètement par un usage excessif de stratégies axées sur le corps, dans le but de séduire. Cela est un modèle réducteur. Ce modèle de la fille pulpeuse, sexy s’inspire des stéréotypes véhiculés par la pornographie qui se développe de plus en plus selon les statistiques et dans laquelle l’homme est le dominateur et la femme une femme-objet séductrice et soumise dont l’homme peut disposer à souhait. Ce qui est redoutable, c’est que le sexe est devenu pour les jeunes garçons comme pour les jeune filles une banalité. Bien souvent, les jeunes découvrent la sexualité par la pornographie omniprésente sur le web, à la télé, sur les smartphones.  La vision que les jeunes ont de l’acte sexuel n’a plus rien de romantique et d’amoureux. Ce ne sont que des pratiques hard et violentes, ce qui a de quoi être traumatisant inconsciemment pour le jeune. Dès leurs plus jeunes âges, les filles et les garçons entendent parler de fellation, de sodomie, de tournantes, de « tape ».

ET NOUS , FEMMES, MERES QUEL ROLE JOUONS-NOUS ?
Entre nous, interrogeons nous un peu ?  En tant que mères, ne nous est il pas arrivé de maquiller notre petite, de lui offrir un petit gloss, un petit top moulant prétextant que « cela te va trop bien ma fille », à leur concéder pendant les vacances un petit tatouage au henné, à leur acheter un petit soutien gorge push-up…et j’en passe !

La conclusion est que nous aussi, nous sommes victimes de cette hypersexualisation de la société, et nous-mêmes femmes, mères nous sommes tombées dans le piège sans veiller à vraiment protéger nos propres filles de cette hypersexualisation.

Christine, le 29 août 2013 

 

A lire aussi:
Rendez-vous sur le blog sujets psychologie féminine
Retour sur le blog
Société
Education
Famille 

Couples
Au travail
Sexualité
Rencontres Internet, réseaux sociaux

Ces personnages de romans qui s’invitent durant nos vacances


Durant mes deux semaines de vacances en Espagne, j’ai trouvé le temps de lire 4 romans. Bah, oui, j’ai lâché prise, et j’ai décidé de…ne rien faire ! à part me détendre !
Ce week-end , en rangeant mes romans dans la bibliothèque, je me faisais la remarque à savoir combien chacun des personnages a su trouvé sa place durant mes vacances.

Je me suis surprise à ressentir un plaisir fou à les retrouver chaque jour. Je dirais même que parfois , c’était limite une impatience qui s’emparait de moi pour rentrer dans la vie des personnages, à moins que ce soit eux qui ne rentrés délicatement dans la mienne ayant su s’inviter durant ma semaine espagnole…
C’est étrange comme ces personnages virtuels de roman d’été deviennent quasi réels. Leurs problématiques deviennent les nôtres. Entre chaque bain de soleil, je me surprenais à réfléchir à la situation dans laquelle ils se trouvaient et à envisager des solutions.

Certains personnages de romans m’étaient très sympathiques et j’aurais aimé qu’ils sortent de mon bouquin pour venir partager quelques tapas et une sangria avec moi histoire de discuter un peu !

Vous n’avez jamais ressenti une déception quand vous voyez que la fin du livre qui vous a tenu en haleine plusieurs jours arrive à sa fin et que vous allez devoir vous séparer des personnages ? Alors moi dans ces cas là, je m’arrange pour continuer à les faire vivre dans mon esprit en pensant à eux, en les mettant mentalement dans telle ou telle situation.

En fait, je ne sais pas vous, mais moi les romans, je me plonge dedans, je rentre dans le bouquin, je m’imprègne des lieux. Je réfléchis beaucoup à ce que je ferais s’il m’arrivait la même chose. J’ai lu cet été un roman extraordinaire pour lequel je tairais le titre car sinon vous connaîtriez l’issue et n’auriez aucun intérêt à le lire. Dans ce roman, le personnage principal une très jeune femme perd son enfant de 3 ans. Cet évènement dans les circonstances particulières du roman m’a bouleversée en tant que mère. Après avoir lu la dernière page et refermé le roman, je fus prise d’un mal être. Je me sentais tellement proche de l’héroïne du roman que j’avais l’impression que c’était une amie qui avait perdu son enfant. J’en étais bouleversée et la nuit qui a suivi fût hantée par un mauvais rêve où je perdais mon enfant moi-même.
Quand je lis plusieurs romans à la suite, c’est drôle comme les personnages des différents romans restent présents même après la fin de la lecture, et dans mon esprit , je m’amuse à les faire se rencontrer. Ils n’ont rien en commun, ils ne vivent pas à la même époque, dans le même pays, mais c’est pas grave, ils se côtoient dans ma tête et cela donne lieu à des situations cocasses, au point que……je pourrais en faire un roman !!!

Christine, le 28 août 2013

A lire aussi:
Rendez-vous sur le blog sujets psychologie féminine
Retour sur le blog
Société
Education
Famille 

Couples
Au travail
Sexualité
Rencontres Internet, réseaux sociaux

J’adore surfer sur le web, pas vous?


La rentrée c’est aussi une bonne occasion de prendre de bonnes résolutions. Après les éventuels excès des vacances (oui ! je vous ai vu avec la petite crêpe au chocolat au bord de la plage), septembre est une bonne période pour se mettre à la page dans tous les domaines. Pour cela quoi de mieux qu’internet ? En plus de passer le temps (parce que oui quand on ne sait pas quoi faire, ou qu’on s’ennuie c’est pas mal d’avoir quelque chose à aller voir), cela permet d’apprendre beaucoup de choses.

Il existe différentes plateformes, consacrées à peu près tout ce qui existe, ci-dessous, voici une petite liste de blogs tout à fait sympathiques quand vous avez un moment pour surfer sur le web :

http://www.julieworldofbeauty.com/

Axé sur la beauté, le make-up, très utile pour « apprendre » à se maquiller, avoir des avis, des retours sur le test des nouveaux produits arrivés sur le marché. Des bons plans et des astuces.

http://www.mapoussedecheveux.com/

Non non vous ne rêvez pas, c’est bien un blog dédié à la pousse des cheveux, bon concrètement le plus intéressant reste les trucs et astuces pour créer des masques et produits naturels. Ici encore, des conseils, bonnes adresses pour un shopping malin et économique !

Vous l’aurez compris, il y a autant de types de blogs qu’il y a de passe-temps et passions, à vous de trouver ceux qui vous conviendront le mieux !

Dans le genre j’ai-deux-minutes-à-perdre, il y a les tumblr. Plateformes de micro-blogging, ces « mini blogs » on pour avantage de présenter un contenu très rapidement, que ce soit une image ou du son. Parmi les plus populaires ;

http://jesuisunevraiefille.tumblr.com/

http://jedeviendraiunefillehype.tumblr.com/

Dans ces deus tumblr, vous retrouverez des anecdotes dans lesquelles beaucoup se reconnaitront, à savoir que la version masculine existe ici

http://jaimejustelaphoto.tumblr.com/

Encore ici, de belles photographies

Pour finir la mise en place de notre programme pour vous empêcher de travailler dès septembre, nous avons Pinterest. Ce concept arrivé il y a quelques mois sur le net se présente comme un tableau d’affichage, sur lequel l’on peut épingler des images. Couplé aux réseaux sociaux, il permet lui aussi de suivre les « épingles » des abonnements et d’avoir des abonnés. Simplement pour organiser sa collection d’images ou pour gérer ses projets à venir en se créant des « wishlist ».

Vous êtes donc désormais paré(e)s à reprendre le travail, et à aménager sereinement vos pauses cafés en vous détendant en surfant sur le web (pour ceux qui ont la chance d’y avoir accès dans leur emploi !)

Sophie Masset, le 25 août 2013

 

A lire aussi:
Rendez-vous sur le blog sujets psychologie féminine
Retour sur le blog

L’expression “la mere ou la catin” décortiquée par un homme…


Mon statut de blogeuse comme on dit m’a permis de faire la rencontre virtuelle d’…..un blogueur!!! Pas si fréquent que cela que les hommes tiennent et alimentent régulièrement un blog parlant des relations hommes-femmes. Son blog est très bien en terme de contenu, mais Mesdames les puristes, fermez vos yeux sur les fautes d’orthographes, on dira que nul n’est parfait!
Son franc parler peut choquer, mais la matière de ce qu’il écrit est plutôt pas mal.

Il se surnomme Trenty, il a une bonne trentaine d’années et commence à se rapprocher de la prochaine décennie. Il est marié et a 2 filles.  Il dit qu’il aime beaucoup de choses, même trop, et précise qu’alors il ne fait rien parce qu’il ne parvient pas à se décider. Il précise qu’il se pose plein de questions sur les relations entre les gens.
Je lui ai demandé d’écrire sur un sujet parmi d’autres et il a choisi de nous parler de sa vision de l’expression “la mere ou la catin”…
Alors, voilà ce qu’il en pense!

Que pensez de l’expression “la mère et la catin” ? est-ce vrai?

Pour répondre à la question, je pense que c’est vrai et oui, puisque je le pense, voilà, j’ai répondu à la question. Non, allez, je vais étoffer tout ça quand même et pas vous laisser sur une réponse de m…e.

Donc oui, cette expression existe et semble plutôt fondé puisque les hommes ont tendance à se marier à la “mère” et coucher avec les “catins”.

Pour comprendre pourquoi, le mieux c’est de définir ce qu’est l’une et ce qui est l’autre.

Pour commencer, la “catin”, bon je n’aime pas trop ce terme (qui n’oublions pas signifie pute et je ne crois que pas que vous apprécieriez d’être traitée de putes). En fait, elles sont aussi appelées “salope”, “allumeuse”, “grognasse”, “cagole” ou “bimbos” (et surement bien d’autres termes).

Souvent ce sont des filles féminines et sexy ayant une grande faculté à s’entendre avec la gente masculine et qui ont la fâcheuse tendance à tourner autour de vos mecs.

Car en fait oui, ce terme de “catin” est donné par vous m’zelles, combien de fois j’ai pu entendre des filles dire :

  • Regarde la moi cette pute, t’as vu comment elle est habillée ?
  • Et t’a pas l’impression qu’elle te tourne autour avec sa mini jupe ? (sous entendu sa mini-jupe de pute qui veut te « pécho »)

De notre côté, ce sont en fait des filles avec qui l’on aime passer du temps, ne pas se prendre la tête, elle flatte notre égaux de mâle. Il se peut que l’on couche flirte avec mais sans vraiment penser à un lendemain avec elle.

Non pas que cette catin fille n’est pas intéressante, mais surtout parce qu’elle ne semble pas avoir besoin de nous pour vivre. Elle s’assume seule et le revendique. Elle veut voyager, bouger, faire la fête. Et les enfants ne sont pas une priorité dans sa vie.
Voilà la catin.

Maintenant, la “mère”, pas la mienne même si elle est dans cette catégorie sont aussi “bobonne”, “ta grosse”, “truc”. Terme donné par vous aussi m’zelle lorsque vous êtes la maitresse d’homme marié à ces mères, mais aussi par certains d’entre nous lorsqu’ils parlent de leur femme à leur maîtresse.

N’avez vous jamais entendu :

  • C’est sympa de la part de bobonne de te laisser sortir pendant qu’elle s’occupe des enfants.
  • Et ta grosse, tu la lâches quand ?
  • Désolé, ma puce, ce soir on ne peut pas se voir, j’ai un “truc” à faire. (mec parlant à sa maîtresse)

En fait, la “mère” pour nous, c’est la fille qui semble prête à fonder une famille, nous faire de beaux enfants. C’est celle qui sera maternelle avec notre future progéniture, mais aussi (et surtout) avec nous (car faut pas oublier, on reste de grand enfant très longtemps).

C’est aussi celle dont on sent ses faiblesses, ses failles, c’est celle qui a besoin de protection. En fait, si vous avez bien lu ce que je viens d’écrire cette expression est surtout féminine. Elle se transmet sûrement de mère en fille, de bouche à oreille dans les soirées entre célibataires.

Car il n’y a pas vraiment de “mère” et de “catin”.
Mais simplement des filles avec l’on a simplement envie de passer du bon temps et d’autre avec qui l’on souhaite faire sa vie.
La “catin” d’un sera la “mère” d’un autre, comme on dit chacun à sa chacune.

Pour ma part, plusieurs filles sont passées dans ma vie sans pour autant que je me vois vivre avec elle, elles sont pourtant toutes super et cette expression les rangerait dans la catégorie “catin”, ce que je ne trouverais pas normal.

Et une seule m’a donné envie de continuer l’histoire, elle est devenue d’ailleurs la “mère” de mes enfants (et s’énerve de devoir être la mienne temps en temps) et elle pense, depuis, que toutes les filles sont des “catins” qui veulent son homme :)

Voilà, ma réponse à la question, cette expression n’est pas à prendre au mot, mais elle a un fond de vérité.

Au revoir,

Trenty, le 24 août 2013
Chronique d’un trentenaire

PS : voilà, mon premier post ici, j’espère qu’il vous aura plu

Ps2 : Raaaahhhh, je devais faire 300 mots et j’en ai fait le double.

A lire aussi:
l’usage des sex-toys par les femmes

la violence, un fléau mixte