Archives mensuelles: mai2014

Ecrire pour vider votre coeur

Vous êtes triste, ça saigne à l’intérieur, et vous avez besoin de vider votre cœur ?

Les amis ne sont pas toujours disponibles, et contrairement à ce qu’il faudrait, ils répondent souvent aux abonnés absents quand vous auriez besoin d’eux.
La famille ne comprend pas toujours ce que vous pouvez ressentir à l’intérieur, car bien souvent elle ne connait pas tous les tenants et aboutissants de votre histoire. Elle n’est tout simplement pas vous. Chaque être réagit en fonction de son histoire, de son vécu. Ce qui peut paraître anodin pour l’un revêtira une importance considérable pour un autre.
Aussi comment vider votre cœur avant que telle une cocotte la pression ne fasse tout voler en éclat en vous et autour de vous ?

Je vous suggère d’écrire pour vider votre cœur. L’écriture est  un bon exutoire. Elle permet de coucher sur du papier ou sur un écran toutes ses émotions, toutes ses souffrances, mais aussi toutes ses joies. On peut choisir d’écrire quelque chose que personne ne lira, que vous relirez ou pas, plus tard, quand les choses se seront apaisées.
C’est ainsi que l’adolescent tiendra régulièrement son journal intime, c’est ainsi que d’autres continueront tout au long de leur vie, ou dans des passages de leur vie souvent douloureux à répandre sur du papier leurs émotions parce que c’est un bon moyen d’évacuer ce que l’on a en soi, et de ne pas s’effondrer.

Ecrire pour vider votre cœur, c’est aussi écrire une lettre destinée à  la remettre à la personne concernée. Il est parfois plus facile de trouver les bons mots en écrivant une lettre que par la voix en face l’un de l’autre ou au téléphone. Les mots peuvent être plus réfléchis et choisis. Je pense à une lettre pour un ex par exemple ou pour un(e) ami(e).

Mais pour vider votre cœur, vous pouvez aussi choisir d’écrire une lettre avec tout ce qui brûle en vous, et de brûler cette lettre. Une façon de sortir le mal, la souffrance et symboliquement de la détruire à jamais. Cela paraît ridicule, mais je l’ai déjà fait, et cela m’a aidée.

Alors voilà, ne gardez pas en vous ce qui est lourd à porter, et ce pour lequel vous n’avez personne pour partager, pour vider votre cœur, un stylo, un carnet, un clavier, un écran, et vous verrez qu’au fur et à mesure que les mots se coucheront sur  le papier, ou apparaîtront à l’écran, votre peine s’apaisera. C’est ce que je suis en train de faire là…
A bon entendeur salut….

Christine, le 29 Mai 2014

On arrête de s’empiffrer et on pense à son joli maillot de bain, ok?


Vous vous souvenez, il y a quelques temps, je vous disais que le dicton « En Mai, Fais ce qu’il te plait », ce n’était même pas vrai !!!
Je ne me suis pas trompée !  Il est où le soleil de Mai ?
Nous aurait-on menti alors que tout petit déjà nos parents nous bassinaient avec cette phrase toute faite?
Je me voyais déjà en Mai dans mon joli maillot de bain sur  la terrasse à savourer les premiers rayons qui me transporteraient dans des rêves de vacances…

Bah pour le coup, ce n’est pas vraiment ça ici en Bourgogne avec cette humidité et froid omniprésents, je me suis remise à cuisiner gratins, quiches, et autres plats qui réchauffent. Les appartements sont froids. On se réchauffe par un bon plat chaud.
Idem à midi, au bureau, au lieu de me diriger au rayon salades fraîcheur, et fruits au sirop comme c’est normal de le faire quand on est une nana, et que  beaux jours sont enfin là, je me retrouve bien souvent à la caisse avec un bon plat de lasagnes, un bon couscous histoire d’avaler un truc chaud !

Résultat : lorsque mon fils me dit un de ces derniers jeudis fériés « Maman, on va à la piscine ! », je me suis trouvée bien enquiquinée parce que le joli maillot de bain tout mignon de l’année dernière, et ben, il est comme qui dirait un peu serré….. (et il n’y a pas que mon joli maillot de bain qui tiraille ! la séance d’essayage des petites robes ressorties de l’armoire d’été fût quelque peu contrariante !).

Alors, comme suis une vraie « gonzesse », comme j’aime bien changer et être quand-même un peu fashion, cela m’arrange un peu d’avoir une bonne excuse pour changer mon maillot de bain ! Il me reste plus qu’à me balader en ville ou sur le net pour voir la collection 2014 et ses tendances. Cette année, il semblerait que les imprimés et modèles vintage ont la côte. Les imprimés ethniques sont en vogue, et le fluo est toujours là au rendez-vous. Le maillot de bain une pièce revient de pièce. On ne l’associe plus à un maillot de nageuse, on le stylise, on trouve des modèles très échancrés, très décolletés, hyper sexy.

C’est marrant comme pour nous les femmes, ce petit bout de tissu revêt une importance capitale ! Notre joli maillot de bain, c’est un peu notre carte de visite de l’été. C’est dans cette tenue qu’on déambulera dès les beaux jours sur notre terrasse, balcon, à la piscine, au camping, à la mer. Une femme a besoin de se sentir bien dans son maillot de bain. C’est la pièce textile qu’elle choisit avec le plus d’attention.  C’est celui dans laquelle la midinette séduira, celui dans laquelle la femme mure se sentira bien malgré ses 40 ans passés. Et heureusement pour nous, de nos jours, on peut dire qu’il existe un modèle pour chaque morphologie, chaque tour de poitrine. Les veinardes, les minces n’auront que l’embarras du choix : deux pièces, une pièce, forme shorty, très échancré, tout leur ira. Celles qui n’ont pas de poitrine trouveront le petit maillot avec soutien gorge à bonnets push-up. Les plus en chair trouveront de magnifiques maillots une pièce qui aplatira le ventre et mettra leur poitrine généreuse en valeur.
Mais ce n’est pas une raison pour continuer à s’empiffrer, à prendre des desserts, à goûter avec les enfants le soir! Ce n’est pas parce que de nos jours on est quasi certaine de trouver dans n’importe quelle Boutique Maillot le modèle de joli maillot de bain qui saura cacher nos petits « défauts » et mettre en valeur nos atouts qu’il faut continuer la débandade les filles !
Nom d’un chien, mais arrêter donc de vous resservir deux fois, arrêter de grignoter, cesser de manger du pain en début de repas, bouger vous les miches, et rapidement. Même si Mai est capricieux, l’été sera vite là et vous vous en mordrez les doigts !

Allez au régime, au sport ! On se bouge !!! Après, ce sera trop tard !
Faudra pas venir vous plaindre, je vous aurais prévenues !
Bon allez, j’vous laisse, j’vais goûter !!! (Oups ! euh, me suis trompée, vais faire des abdos !)

Christine, le 28 Mai 2014

Celles qui n’ont pas besoin d’avoir des enfants pour être heureuses…


En ce jour de Fête des Mères, j’ai  une pensée certes pour toutes les mamans du Monde.

Pour ma part, et je précise bien POUR MA part, je suis ravie d’être mère, cela m’a permis de toujours garder le cap, de traverser tous les océans seule aux commandes de mon rafiot avec la responsabilité et le devoir d’arriver à bon port.

Mais  j’ai aussi une pensée pour toutes les femmes qui souffrent du regard des autres quand elles ont le courage de dire que non elles ne désirent pas avoir des enfants, et surtout quand elles doivent s’en justifier… Je respecte le choix de ces femmes, et j’aimerais que la société évolue aussi en ce sens.

Avoir des enfants entre sous le sens pour la majorité d’entre nous. C’est comme une évidence. On s’aime, on se marie ou pas, et on décide de fonder une famille et d’avoir des enfants.

C’est écrit, c’est comme ça.

Cependant, une récente étude de l’INED révèle que 4,3% des femmes ne ressentent pas l’envie ni la nécessité d’avoir des enfants. 

Avouez que cela dans notre inconscient et nos schémas bien rodés, cela dérange !

Pourquoi le fait de ne pas ressentir le besoin d’avoir des enfants contrarie-t-il l’opinion publique ?

Je serais tentée de dire que parce que cela démonte l’image même de la femme faite pour enfanter et qui prend plaisir à materner, et s’épanouie pleinement dans son rôle de mère.

En effet, la femme serait censée n’être accomplie et n’atteindre la plénitude du bonheur terrestre que par le fait d’avoir des enfants.

Oh ! calmos , là !

La femme a mille autre façons de nos jours de s’épanouir : elle peut exercer un job qu’elle adore et qui lui prend beaucoup de temps, elle peut avoir une passion très prenante, elle peut avoir ce besoin d’indépendance, de liberté.  Elle peut avoir ne pas envie d’être responsable d’enfants, d’avoir à choisir entre ses passions et ses enfants, son travail et ses enfants. Cela ne fait pas d’elle une mauvaise personne.

De là à savoir si une femme qui aujourd’hui  à  30 ou 40 ans passés regrettera plus tard de ne pas avoir des enfants est une autre question. Cette question se posera plus tard, car sinon cela reviendrait à dire qu’avoir des enfants n’est pas forcément un besoin qui vient des tripes, mais plutôt une précaution pour ne pas être seule en vieillissant…..

Je pense que la femme du  XXIè siècle n’a plus ce besoin de remplir un vide et de le combler par l’enfantement. Il faut cesser d’exercer une pression sur les femmes qui assument leur choix de ne pas être mères. Ne pas juger.

Avoir des enfants n’est pas une obligation ni  une fatalité. La vie de chacun lui appartient.

Chacun est maître de sa vie, il me semble et qui même une mère, ou une belle-mère peut se permettre de porter un jugement sur le choix de sa fille ou de sa belle-fille de ne pas avoir des enfants ?

Combien d’enfants se retrouvent en foyer, en famille d’accueil pour cause de désamour ? Combien d’enfants sont maltraités ? Je pense qu’il est beaucoup plus honnête de ne pas avoir d’enfants si on ne se sent pas capables de les élever, de leur offrir une vie correcte, si on a peur de les délaisser par manque de temps. C’est une belle preuve de grandeur d’esprit. Beaucoup plus belle que la femme qui fera des enfants, parce qu’en gros « il faut  avoir des enfants ».

Respectons les femmes qui font le choix de vivre comme elles le désirent, qui s’assument entièrement en tant que personnes et n’ont pas besoin d’être mères pour être entières et épanouies.

Acceptons aussi de dire et d’entendre qu’avoir des enfants n’est pas toujours tout rose, et l’assurance d’une vie remplie de bonheur.  Il y a des contraintes quand ils sont petits, il y a parfois des blessures quand ils sont adultes et qu’ils ne mènent pas vraiment leur vie comme on l’aurait rêvé pour eux.

Trois cas volontairement extrême :

  • pensons aux mamans d’enfants gravement malades qui voient leur vie bouleversée et qui donnent tout leur temps pour apaiser les souffrances de leurs enfants
  • pensons à la souffrance de ces mères de ces enfants non musulmans par exemple qui partent s’enrôler dans la Charia en Syrie… Etre mère, est-ce dans ce cas là la plénitude optimale ?….
  • pensons aux mamans de délinquants, aux dealers, à ceux qui meurent sous les balles dans les règlements de compte….

Non, être mère et avoir des enfants n’est pas synonyme d’être forcément la plus heureuse des femmes.

Les temps ont changé.

La femme a d’autres aspirations que de trouver le prince charmant et d’avoir des enfants.

Non, elle n’est pas égoïste et carriériste si elle n’a pas le désir d’être mère. Elle est elle tout simplement, et pas celle que la société voudrait qu’elle soit en tant que femme.

J’avais écrit il y a quelques temps un article et j’ai plaisir à vous le faire partager. Je l’avais intitulé « le diktat du « Femme, sois mère et tais toi ! » 

Christine, le 25 Mai 2014

Tous différents? Certes!


L’être humain à la critique rapide. Pour la réflexion et l’action, il est cependant un peu moins rapide.
Certes, nous sommes tous différents l’un de l’autre, voire très différents.
Certes, nous avons des caractéristiques propres à chacun qui « révèlent » des traits de notre personnalité, de notre classe sociale, de notre ouverture (ou fermeture même !) d’esprit, de notre orientation sexuelle, etc…

Certes en étant tous différents, on parlera de façon différente, on s’habillera différemment, on vivra différemment.
Chaque individu se développe et évolue en fonction de ce qu’il a vécu depuis son enfance, du milieu dans lequel il a vécu ou vit, et tous ces paramètres font de chaque être humain un être unique. Qui dit unique dit différent de soi-même…Nous sommes donc forcément absolument tous différents.

Seulement voilà, pour certains, le fait d’êtres tous différents fait peur !

Pourquoi la différence fait peur?
La différence est une richesse. Ne dit on pas que deux êtres qui sont différents se complètent ?
Pourtant, on a tendance au quotidien pour chaque individu que l’on croise consciemment ou inconsciemment à lui coller une étiquette pour marquer sa différence avec soi. C’est comme si c’était un besoin de qualifier l’autre.
Pourquoi ce besoin de mettre l’autre dans une case? Lire la suite

Christine, le 22 Mai 2014

T’as la santé? Oui? Alors la vie est belle, crois moi…


Ce week-end, alors qu’il faisait un temps magnifique, j’ai rendu visite à une personne âgée atteinte d’Alzheimer dans un établissement spécialisé. J’avoue avoir eu un électrochoc devant tous ces malades âgés assis dans la salle commune où il faisait très chaud à attendre quoi… je ne sais pas…. rien en fait…. que le temps passe tout simplement.J’ai éprouvé une profonde admiration pour les employées dévouées qui tantôt servaient à boire à un patient, tantôt récupéraient une Mamie qui se mettait à sortir toute la vaisselle du vaisselier, tantôt tentaient de calmer un Pépé certain que son père venait le chercher…..
Je me suis dit intérieurement: mon Dieu, Christine, tu as la santé, tu as tout, savoure! la vie est belle…

Oui, la vie est belle!
C’était une évidence si forte en moi  lorsque je suis sortie de l’établissement et que j’ai senti  les rayons du soleil traverser mes vêtements, lorsque j’ai réalisé que moi je pouvais marcher, courir, chanter, penser, rire, m’amuser, voir du monde, me promener….et ne pas être âgée et enfermée dans un établissement entourée de malades profondément atteints.

J’ai compris la beauté de la vie, la valeur inestimable de la jeunesse et de la santé.
J’avais envie d’hurler que la vie est belle!

Je crois que nous devrions de temps en temps regarder un peu des émissions sur la vie au sein des établissements hospitaliers ou maisons médicalisées. Je sais, ce n’est pas très gai. Quelque part, on n’a pas envie de les regarder ces reportages là. Pourtant, je peux vous dire que cela vous fait vraiment un électrochoc et que vous relativisez vos petits soucis quand vous voyez de vos yeux la détresse des patients “enfermés”

Là, c’était des malades atteints d’Alzheimer, mais le pire, c’est quand vous êtes dans un service de gériatrie ou de cancérologie, et pire encore d’enfants malades.
Cela vous ouvre le cœur et l’âme au possible.
Plus question de se plaindre pour ses petits bobos, de geindre au moindre “pet de travers” comme on dit très familièrement!

Alors les filles, si comme moi, vous avez la forme, si vous avez un job, des enfants (ou pas), la santé surtout, alors répétez le vous sans cesse : OUI LA VIE EST BELLE !

Oui, on a des soucis, oui on est en pleine rupture, oui on a des ados qui nous parlent mal, oui on est surbooké au travail, mais que sont ces tracas face à la maladie ?
Peanuts, Nada, nichts, rien !!!!!!!!
La vie est belle les filles, vraiment très belle.
Il suffit de vouloir le voir.
Moi, comme disait Voltaire, j’ai décidé d’être heureuse parce que c’est bon pour la santé !

Tolérance? Oui! Mais pas pour tout…bah oui j’avoue!


Facile de dire, “je suis pour la tolérance, l’absence de jugement hâtif, l’ouverture d’esprit”, mais dans les faits sommes nous capable de faire preuve de tolérance, d’ouverture d’esprit dans tous les domaines?Celles et ceux qui répondront oui me surprendraient…

Personnellement, je n’ai aucune honte à avouer que malgré ma volonté de faire preuve de tolérance envers tout ce qui est différent de ce que je pratique, de ce en quoi je crois, j’ai parfois des idées bien arrêtées sur certains points, des jugements bien hâtifs! C’est ainsi. Par contre, j’aime à débattre avec mon entourage, et je crois pouvoir affirmer sans rougir que je sais reconnaître que j’ai pu me tromper dans mon jugement.
Le fait de ne pas faire preuve de tolérance tout le temps, est ce une imperfection de l’être humain?

Ou alors est-ce tout simplement une façon également de ne pas dire oui à tout, de ne pas laisser la porte ouverte à ce qui peut en absence de dosage vite devenir des dérives, et d’ouvrir le débat?
Même les religieux dans leur vie au quotidien ne font pas preuve de tolérance.
A l’intérieur même des écrits de la Bible, du Coran, il y a des versets, des allusions emplies d’intolérance, de jugement.
Ne parle t-on pas de Jugement Dernier dans la Bible? Le mot est lancé “Jugement”….

Revenons à moi.
Je risque de ne pas me faire que des ami(e)s, mais pas grave. Dans la vie, on décide de parler franchement ou pas! Je suis de celles-là.  Je ne vais pas écrire des choses “pour faire plaisir”.
Défaut ou qualité: je suis franche et directe, mais juste je crois. Cela ne m’empêche pas de respecter les convictions religieuses, politiques de chacun (sauf celles qui incitent à la haine raciale, à la guerre).

Alors voici les sujets pour lesquels j’ai du mal….Considérons cette liste comme un moyen d’ouvrir le débat.

Les raccourcis trop faciles sur les acteurs de la délinquance en France

- je ne fais preuve d’aucune tolérance et d’absolument aucune ouverture d’esprit pour toute démonstration de racisme ou tentative de prouver que seuls les immigrés ou étranger sont des délinquants. C’est à mon sens un raccourci trop court qui ne fait preuve d’aucune réflexion sur la politique française menée (ou pas)  d’insertion des étrangers en France depuis les années 60, période où la France a fait appel à la main d’oeuvre étrangère. Parquer les gens dans des blocs, est-ce un moyen d’insertion?

Les ordres débiles…

- aucune tolérance face aux ordres “débiles”. Il me serait impossible d’exécuter un ordre auquel je ne crois pas. L’armée type force commando, la Légion Étrangère, ce ne serait pas pour moi. Attention, je ne dénigre pas ces deux institutions porteuses de valeur. Je dis juste que ce n’est pas pour moi. J’ai le défaut de ne faire bien que ce en quoi j’adhère.

Ce que j’appelle les “ordres cons” (pardon pour la vulgarité, mais je n’en trouve pas d’autres) émanant de la Direction sont pour moi difficiles à suivre, même si comme tout un chacun, je tiens à mon poste.

Les homosexuels: le mariage et les enfants

- j’ai du faire de beaucoup de tolérance pour accepter le mariage homosexuel, mais ça y est. Cela devient doucement, tout doucement un fait que je ne juge plus comme contre nature.
Je n’ai rien contre l’amour de deux personnes du même sexe, mais j’avoue que je considérais le mariage comme une institution, comme un lien unissant depuis toujours un homme à une femme.

- je n’ai pas encore suffisamment d’ouverture d’esprit pour pouvoir me prononcer haut et fort en faveur de l’adoption ou de la procréation médicalement assistée par un couple homo.
Je ne pense absolument pas un quart de seconde que deux hommes ou deux femmes n’ont pas suffisamment d’amour pour aimer un enfant.
Je pense juste à la construction mentale de l’enfant qui selon moi (et là, je peux me tromper) a besoin d’un référent féminin et d’un référent masculin pour se construire.
On en parle? 

La sexualité et le rapport à la nudité

- je fais preuve de tolérance pour toute sorte de fantasmes sexuels, ou pratiques sexuelles tels que l’échangisme, le triolisme, le mélangisme, et j’en passe (!!!) dès lors où cela reste discret et transparent pour les enfants.
Par contre, bien que je tente de comprendre le naturisme et le bien-être qu’il procurerait soit-disant, j’ai beaucoup de mal à accepter de voir les plages naturistes de plus en plus nombreuses (et pas les plages les plus moches!!!) se développer le long des côtes. Des campings entiers naturistes voient le jour. Des criques magnifiques pleines de naturistes.

Je suis désolée si je vous choque, mais bien que plutôt sexy et ouverte comme nana, j’ai du mal avec tous ces corps nus, bien souvent pas très gracieux d’ailleurs qui se baladent les seins à l’air, les attributs qui sautent lorsqu’il font un beach volley, les gars qui dans les supérettes tâtent les pêches et melons pour choisir le bon alors qu’ils sont culs nus!!!!  Pardon, mais là, je n’y arrive pas!!!!

En effet, vous me direz que cela ne devrait pas me dérangent pas dès lors où ils sont entre eux…., mais…

Et enfin, concernant le naturisme, la chose qui me choque le plus, c’est que les naturistes viennent avec leurs enfants et les “condamnent” à pratiquer la nudité aussi. Je ne suis pas sûre que tous les adolescents fils et filles de naturistes soient ravis à 15 ou 16 ans de devoir se f… à poil devant des centaines de personnes. Pardon, mais la pudeur fait partie de l’adolescence (je suis bien placée pour le savoir quand j’observe mes ados et que je me documente un peu sur le sujet)
Après à vous de me convaincre que la nudité est un faux débat, et qu’en effet, à la base l’homme naît nu…et donc que la nudité ne doit pas être un tabou

J’ai encore plein de sujets pour lesquels je ne parviens pas à faire preuve de tolérance, mais je m’arrête là pour ce jour.
Et vous, sur les sujets évoqués que j’ai du mal à tolérer, vous en pensez quoi?
Y a t-il d’autres sujets que vous ne tolérez pas?

Christine, le 16 Mai 2014

J’ai un côté femme enfant, ne vous en déplaise…


Vous savez quoi?

Je l’avoue, j’ai beau avoir 42 printemps, et toutes mes dents: je suis parfois (peut-être même souvent!) une femme enfant et je le revendique. C’est bon de garder son âme d’enfant, vous trouvez pas?

Et je crois bien que parmi toutes celles qui me liront, il y en a aussi qui vont se retrouver.

Je me surprends depuis ce matin à laisser mes pensées s’envoler au point de ne pas être concentrée du tout! Et vous savez pourquoi?

Parce que ce soir, mes enfants et moi allons chercher un chaton que nous attendons depuis deux mois!!!!

La femme enfant que je suis resurgis et s’affirme ce jour encore. C’est du grand n’importe quoi!

Plus de mec, mais un petit chat qui va arriver ce soir, et mon cœur s’emballe! On fait comme on peut, avec ce qu’on a, non?

J’ai l’impression d’être une vraie gamine. J’attends cette petite boule de poils avec encore plus d’impatience que mes propres enfants.

Tout est prêt pour l’accueillir, limite s’il n’y a pas son nom sur la boite aux lettres!

Par femme-enfant, on pense des fois à une femme qui aurait oublié de grandir, qui refuse de vieillir. Cela peut-être le cas pour certaines femmes. Mais en ce qui me concerne, je pense être une femme enfant dans le sens où je me réjouis de choses simples, où j’aime à oublier que j’ai 4 décennies derrière moi, où j’ai gardé une insouciance, une naïveté que je cultive subtilement pour ne pas voir la société individualiste dans laquelle nous vivons. J’aime tenter de croire que nous vivons dans un monde de bisounours, j’aime croire encore au Père Noel….

C’est ainsi. Vous pouvez essayer de me faire changer, c’est fichu maintenant!

Attention, je ne suis pas une écervelée qui plane.Je connais exactement la réalité de notre société, j’ai conscience du temps qui passe, j’ai conscience de la gravité des choses, mais tenter de les voir avec un regard d’enfant, c’est un peu dédramatiser et positiver pour moi. Je vous rassure, je ne m’émerveille pas pour un rien, je ne suis pas la ptite fofolle qui lors d’une soirée est pompette à la deuxième coupe de champagne et se met limite à danser sur la table…

Il y a en effet le stéréotype de la femme enfant du style niaise, naïve à gogo, légère, frivole, facile, et cela entretient le mythe et fait fantasmer les hommes.

Je ne suis pas de celles-ci du tout, mais cependant, je l’avoue, la femme enfant est casse-bonbon pour son entourage.  Mes enfants confirment! (mais faute avouée est à demi pardonnée, non?)

Allez, je me confesse. Voilà ce qu’est une femme enfant version Christine.

Manque de confiance en soi

- La femme enfant version moi est une femme qui n’a pas forcément confiance en elle (et oui, cette fichue estime de soi) et qui s’auto-persuade qu’elle ne parviendra pas à faire ça ou ça, alors qu’elle en fait dix fois plus bien souvent  que celles qui se la  jouent femmes d’expérience, femmes mures.(non je n’ai pas les chevilles qui enflent!)

Propension à se plaindre

- La femme enfant modèle Christine 2014 est une femme qui ronchonne avant d’accomplir une tâche “chiante”, rechigne, geint, même si elle sait pertinemment que cela sert à rien, et que ce qui est à faire est à faire. Elle aime un peu à vrai dire se faire plaindre. Pas bien, ça! je sais….

- La femme enfant se lève et se plaint dès son petit déjeuner à son entourage des tâches galère de la journée. Comme si elle voulait en faire porter une partie du poids aux membres de la famille, ça c’est bien “chiant!”

Bavarde

- La femme enfant version moi a besoin de partager, d’échanger, de piailler comme des poules entre elles.  Exactement comme les gamines dans la cour de récré! Elle raconte à sa meilleure amie son rêve de la veille, sa dernière nuit d’amour, le dernier texto tendre reçu…

Fragile

- la femme enfant version Chris est une femme qui cache sa fragilité derrière une pseudo détermination inébranlable. En réunion, elle ne laissera rien paraître et prendra la parole avec assurance, en négociation, elle sera ferme et catégorique.

- la femme enfant type Christine est parfois triste et rien n’apaise son chagrin. Elle n’hésitera pas célibataire à dormir avec son nounours en quête d’affection, de douceur.

 Une grande amoureuse

- La femme enfant que je suis est une amoureuse de l’amour…

C’est pour cela qu’elle a parfois du mal à trouver le prince charmant. Parce qu’elle veut y croire bien qu’elle sait parfaitement qu’il n’existe pas! Elle est d’ailleurs pas prête de le trouver, on sait toutes qu’il n’existe pas!

- La femme amoureuse idolâtre son amoureux, et le porte aux nues. C’est forcément le meilleur de tous les hommes de la terre.

- La femme enfant a besoin d’être protégée par son homme

 A besoin de compliments, les adore….

- La femme enfant se nourrit de l’affection qu’on lui porte. Elle croit qu’elle n’est rien sans les autres. Elle fait fausse route. Les compliments lui font un bien dont vous n’avez même pas idée! Comme un enfant, elle a besoin de reconnaissance.

Bon allez, j’arrête sinon, vous allez penser que suis une grande malade!

Je résume, j’ai bien 42 piges et je les assume, mais j’ai en moi ce côté enfant qui peut agacer. Pour faire simple, la femme enfant peut être géniale si on fait l’effort de percer qui elle est, de creuser pour comprendre les richesses de sa personnalité. C’est souvent quelqu’un de généreux, de profondément gentil. Et vous direz ce que vous voulez, mais moi, je suis sûre et certaine que je suis une nana super sympa! Na!

Maintenant, qui avoue qu’elle est aussi une femme enfant?

Christine, le 14 Mai 2014

En Mai fais ce qu’il te plaît, même pas vrai!!!!


Je ne sais pas vous mais moi, le temps pourri, le froid, le vent; la pluie, j’en peux plus!!!!  Mine de rien, on est déjà le 13 Mai, et le chauffage coupé dans l’appart, je peux vous dire que le soir, fait pas bon traîner en nuisette! (ça tombe bien, il n’y a personne pour en profiter de ma nuisette!)
Docile comme je suis, et surtout optimiste,  j’ai bien veillé à ne pas me découvrir d’un fil en avril…(oh,je deviens poète, voilà que ça rime!). J’ai dit à mes gamins chaque matin : “Couvrez-vous, on n’est pas en mai encore ! Frustrant d’ailleurs car dans les boutiques, on ne voit depuis deux mois déjà que des vêtements de couleurs gaies, colorés saumon, rocaille, rosé…qui donnent envie de ranger définitivement les vêtements sombres et lourds de l’hiver.”

J’attendais donc le mois de mai avec impatience pour commencer à mettre mes petites gambettes à l’air, sortir mes petits tops sympas.
Mes petits petons sont déjà vernis prêts à se glisser dans mes sandales à talons, mes talons eux sont bien lisses sans corne, rien, magnifiques, mais bon, j’attends, j’attends, et tous les matins quand j’ouvre les volets, ce n’est pas le soleil que je vois, mais la brume, la pluie. C’est donc mon pull, mon blouson, mes bottines que j’enfile chaque jour !
Donc, le en mai fais ce qu’il te plaît, c’est même pas vrai!!!!

Tout bidon le dicton du En Mai fais ce qu’il te plait!!!!!

Alors, je me suis amusée à me dire juste pour le fun et pour me consoler « Et si Christine, le dicton en Mai fais ce qu’il te plait tu tentais de te l’appliquer pour autre chose que pour la météo et la façon de te vêtir!!! Juste pou rire ! »

Et ben, je vous rassure, cela ne marche pas non plus, même en usant et abusant de la pensée positive !

J’ai essayé de faire tout ce que je n’avais pas réussi à faire en avril, ben me suis foutue le doigt dans l’œil, niet, nichts, nada !!!!!

Que des bêtises ces dictons à la c….de “En Mai fais ce qu’il te plait”. J’vous jure !

J’ai écrit la liste de mes envies, et tout ce que je n’ai pas eu en avril, je l’ai inscrit sur la liste de mai !

Ben pour l’instant, c’est pas gagné !

  • Je tente de mieux m’organiser, mais suis toujours aussi débordée !
  • Je gère au mieux mes sous, je ferme mes yeux devant les boutiques, je sors sans CB, mais suis toujours fauchée !
  • Je me fais belle, belle, belle, je souris dans la rue, mais mon chéri n’est toujours pas revenu et je suis toujours seule….
  • Je tente d’être compréhensive avec mes gosses, je tente de parler en langage d’ado pour me les mettre dans la poche, mais à la maison, c’est toujours la guerre !
  • Si je fais ce qui me plait, et que je mange du Nutella tous les jours, et ben, y a pas de mystère, je grossis !

Alors, le en Mai fais ce qu’il te plait, c’est du grand n’importe quoi ! Na !
Qu’on se le dise !
Ces dictons, c’est rien que pour nous faire croire des trucs qui n’existent même pas!!!!!!

Christine, le 13 Mai 2014

Les 5 règles simples pour être femme de la tête aux pieds


Etre femme c’est jouer avec une multitude de petits détails qui constituent un tout harmonieux et féminin. Pas besoin d’être fortunée du tout. Suivez le guide….

Tout d’abord, être femme avec de beaux dessous

Ce n’est pas parce que c’est caché que cela doit être négligé…
Que ce soit pour vous qui vous regardez le matin en vous habillant ou pour faire chavirer votre homme, les dessous sont par essence le symbole de la féminité.
Je préfère avoir peu de lingerie, mais de la très belle lingerie qui met en évidence ma poitrine, mes hanches. En ville, je ne peux m’empêcher de rentrer dans toutes les boutiques de lingerie pour rêver, mais si je dois vous conseiller une boutique en ligne, ce sera sans aucune hésitation Orcanta  Pour moi, c’est le nec plus ultra en terme de choix, de rapport qualité-prix!!!! J’y ai même repéré mon maillot de bain pour les prochaines vacances….

Ensuite, être femme en prenant soin de son visage, de sa chevelure
Osez  un joli maquillage léger assorti à votre tenue. Vous ne savez pas forcément comment vous y prendre. Rien ne vous empêche de vous rendre chez Sephora, Douglas ou autre parfumerie, et d’oser demander des conseils de maquillages tenant compte  de votre carnation, de votre couleur de cheveux.
Etre femme, c’est aussi veiller à être toujours bien coiffée. Faites vous conseiller par votre coiffeur en exigeant la sincérité sur ce qui va vraiment par rapport à la forme de votre visage.

Etre femme en présentant des mains soignées…
De belles mains avec des ongles ni trop courts, ni trop longs vernis (surtout pas de vernis écaillé, rien qui ne fasse plus négligée) en disent long sur votre féminité

Etre femme en portant les bons vêtements et accessoires

Savoir apprécier ce qui est beau en vous et le montrer . La féminité, la beauté n’est pas synonyme de minceur. J’ai des amies dites « rondes » d’une beauté, d’une féminité extraordinaire et nombreux sont les hommes qui se retournent sur leur passage. Il faut trouver les vêtements adaptés à votre morphologie.

Etre femme avec de jolis pieds….
Et oui, de jolis petits petons avec les ongles bien ronds, bien limés, bien vernis, c’est craquant….
A bas les pieds plein de corne, c’est moche !!!!  Prenez soin de vos pieds en les entretenant vous-même à la maison…. C’est comme vos mains. Vos pieds parlent pour vous avant que vous n’ayez ouvert la bouche.

Voilà quelques idées les filles pour vous sentir femme.
Vous n’avez pas beaucoup de moyens ? Moi non plus, je vous rassure!
Et pourtant, être femme j’y parviens. C’est juste un truc qu’on a en soi, et qu’il faut cultiver. Cela redonne confiance en soi de se sentir regardée, de rester séduisante.  C’est chouette d’être femme, non ? Pour rien au monde, je ne changerais de sexe (ah si, juste pour dire de ne plus faire le repassage!!!)

Christine, le 6 Mai 2014

C’est BON le printemps! Mangez des fleurs!


Le printemps a toujours été ma saison préférée !

C’est celle qui me glisse à l’oreille « courage, l’hiver est fini ! » Adios le froid ! “Bonjour le soleil qui se fait de semaines en semaines plus présents, et nous fait penser aux premiers barbecues, aux apéros en terrasses, aux vacances.”

Le printemps est symbole de renaissance, de renouveau, de nouvelles perspectives.

Mais le printemps, ce sont surtout les fleurs que j’adore !

Les fleurs rendent tout de suite les villes moins sombres, les allées, les parcs se colorent.

Les haies, les jardins sont un régal pour les yeux, pour le nez (sauf pour ceux qui sont allergiques au pollen !!!). Annie, tu ne me contraries pas, toi qui aimes tant les fleurs et les cultives !

A la campagne, les arbres dans les vergers, dans les champs sont autant de tableaux riches en couleurs que je ne me lasse pas de regarder ! Le printemps, c’est une saison où il fait bon rouler la fenêtre ouverte le coude sur la fenêtre.

Mais aujourd’hui, je ne vous conseille pas seulement de rester béa d’admiration en vous promenant devant toutes ces fleurs que Dame Nature nous offre en quantité le printemps venu.

Je ne vous conseille pas non plus de seulement ornées vos tables de fleurs coupées en vase histoire d’amener ces jolies fleurs jusqu’à vos chaumières, mais je vous dis « Mangez des fleurs » !!!  

Non, non, je n’ai pas fumé ! Ni des fleurs, ni autre chose d’ailleurs !

La plupart du temps, lorsque l’on parle de fleurs comestibles, on ne pense qu’à la rose et la violette, dont les pétales font d’excellentes friandises. Mais beaucoup d’autres fleurs se mangent et peuvent ainsi rehausser la couleur d’un plat, salade ou encore d’un dessert. Attention par contre, pour les plus téméraires, sachez que toutes les fleurs ne se consomment pas et parfois, certaines s’avèrent très toxiques pour l’homme.

Dans tous les cas, consommer des fleurs implique qu’elles soient sauvages et/ou non traitées. Celles achetées dans des enseignes de jardinage ne sont en aucun cas « naturelles » et par conséquent, ne sont pas propres à la consommation. Par contre, si vous en trouvez dans un champs à la campagne, dans votre jardin si vous n’utilisez pas de produits chimiques ou dans des zones sauvages, n’hésitez plus !

Voici une petite liste non exhaustive des fleurs comestibles les plus répandues et connues, pour lesquelles il n’y a aucun danger. Lire la suite

Christine, le 5 Mai 2014