Vacances Maman solo avec ados…tout un programme….

L’été est bien entamé, et les enfants ont fini l’école.
Bien que le moral soit en berne, car maman solo fraîchement séparée, j’ai décidé de me secouer les puces et de partir en vacances quand-même avec mes deux ados. Car finalement, eux, ils n’ont rien demandé.
Maman solo ou pas, ils apprécient une semaine de vacances au soleil loin de l’appartement. Surtout que celui que j’ai choisi propose un club ados.

Alors ce matin, toute maman solo que je suis, j’ai pris le volant à l ‘aube pour 450 km.
Inutile de vous dire que sur l’autoroute aussi bien sur la voie de droite, de gauche, au péage, je n’avais l’impression de voir que des couples, des familles. Il y a même un moment où j’avais le cœur si gros, que bien que le soleil ne soit pas encore levé, j’ai mis mes lunettes de soleil sur le nez, car je sentais que ces premières vacances seules sans mon amoureux définitivement perdu n’allaient pas être faciles.
En effet, quand vous êtes une mère solo célibataire, vous n’avez le sentiment d’être entourée que de gens heureux, épanouis, bien dans leur vie.
Votre statut de maman solo vous pète en pleine figure, et vous avez mal. L’impression que tout le monde est heureux, que seule vous êtes seule….

J’ai tenté de discuter avec mes enfants, mais les deux avaient le casque enfoncé sur la tête, et la musique de leur ipod à fond les ballons dans les oreilles. Je me suis donc mis France Info en boucle, puis Nostalgie histoire de me rendre un peu plus nostalgique et triste que je ne l’étais déjà…..

Puis, j’ai décidé de me forcer à inverser les choses, à les voir différemment et à me dire que je ne suis pas une femme seule, juste une maman solo mais une femme libre. Tout est dans la façon d’appréhender ce statut de femme célibataire, de maman solo. De ne pas le voir comme une tare, mais comme un avantage.

 
Nous sommes arrivés au camping après 7 heures de route….. (et oui, les bouchons, la jambe qui enfle et les crampes qui menacent, car bien sûr qui dit maman solo, dit conducteur unique!!!) Dès les 200 premiers kms, j’ai eu droit dans la voiture aux traditionnels “Maman, on est bientôt arrivé?”….Tout pour calmer le jeu dirons-nous!

On est arrivé au camping. Les clés du mobilhome nous ont été confiées.
A gauche, un couple de personnes âgées qui semblent amoureux comme au premier jour.
A droite, un papa, une maman, deux enfants, un scénic…!!! Tout pour le coup qui donne vraiment le sentiment d’une famille unie…
Au milieu, moi la maman solo avec ses deux enfants et son coeur lourd!

Et puis, nous y voilà, je suis là à vous écrire dans le mobilhome ouvert de part et d’autre pour faire de l’air tellement il fait chaud.
Les enfants se chamaillent sur la terrasse. Il y a une piscine, mais forcément non, ils ont envie de jouer avec leur tablette… Grrrr! esprits de contradiction!
Ce soir, à 19 heures, il y a un cocktail de présentation des nouveaux arrivants.
Il est évident que j’ai décidé bien entendu, vous l’aurez compris, de me doucher, de me pomponner un peu pour y assister.
J’ai bien sûr en tête la robe que je vais porter, les chaussures également. L’impression d’aller à un entretien d’embauche!
Bah oui, désolée, mais bien que maman solo,  je n’ai pas envie de passer mes vacances toute seule à broyer du noir.
Surtout que ce camping, je l’ai choisi pour son club ados, pour faire plaisir à mes enfants, donc il est certain que je vais me retrouver seule très souvent….. j’angoisse déjà!!!

Donc autant sympathiser s’il y a moyen de le faire avec d’autres potentielles mamans solos (bien que depuis ce matin, sur 450 km, je n’en ai pas vu une seule!), autant mettre tous les atouts de mon côté pour faire des rencontres…féminines, mais pourquoi pas…..masculines aussi!!!!

Bah oui, cela fait plus de 4 mois que je m’interdis d’approcher un homme, ou plutôt que je refuse les opportunités qui me sont offertes, car finalement quelque part, mon cœur est encore pris. Mais là, j’ai décidé de profiter des vacances pour redevenir une femme, de nouveau me laisser approcher, cesser de m’enfermer dans un passé qui me cloisonne et m’interdit tout moyen de m’échapper vers une nouvelle vie.

Non, rassurez-vous, je n’ai pas l’intention de sauter sur tout ce qui bouge, mais je crois que le moment est venu d’accepter les rencontres que la vie va mettre sur mon chemin. Je suis certes une maman, et qui plus est une maman solo, donc une maman fort occupée, mais je n’en reste pas moins une femme.
Et qui dit femme de la quarantaine, encore envie de plaire, d’être “draguée”, séduite, envie d’aimer de nouveau un jour j’espère…
Et si cette expérience de vacances seule avec mes enfants en camping était le premier exercice pratique nécessaire pour passer le cap et ne plus dire: je suis seule, mais comme je vous le disais plus haut: JE SUIS LIBRE, COMPLÈTEMENT LIBRE…..
Appréhender la vie autrement, et me dire qu’elle est bel et bien devant et non plus derrière! Qu’on se le dise!

Je vous raconterai semaine prochaine si j’ai réussi à mettre en pratique mes bonnes intentions….
D’ailleurs, j’ai déjà repéré qu’il y avait deux soirées dansantes, dont une demain soir….. (hi hi hi…!!!!) Limite si je ne suis pas déjà prête pour aller danser!!
Suite au prochain épisode…

Christine, le 5 Juillet 2014

Gérer son temps: ou tout ce qu’une femme peut faire de 5 à 7!

Au titre, vous pourriez penser que l’été me donne des idées coquines. Non, même pas vrai! Quoi que, je devrais peut-être!
Non, je fais plutôt allusion à tout ce qu’une femme est capable de faire dès sa sortie du travail et ce, jusqu’au repas familial!
Je me demande vraiment si les hommes ont une idée de comment la femme doit gérer son temps….
Je me suis souvent entendue dire par un homme qui a partagé ma vie: oui, mais toi, tu finis à 17h00!!!! Il s’imaginait quoi? Que je rentrais me tapais une bonne petite bière les pieds sur la table basse?

Bon allez, entrons dans le vif du sujet! Gérer son temps est une vraie compétence pour toute mère de famille. Un art dans lequel elle excelle.
Voilà la soirée type du mère ordinaire: En fait, je vous raconte tout ce que je me suis tapée hier en moins de deux heures:
- 16h45: sortie du bureau (j’y étais depuis 7h45 le matin)
-16h50: j’ai effectué un passage express à la poste pour poster une facture
- 16h57: j’ai foncé dans la ville pour aller récupérer mon fils au collège
- 17h00: arrivée au collège, limite arrêt au frein à main!
- 17h02: puis à peine avait-il les fesses dans la voiture que le moteur vrombissait pour retraverser toute la ville pour se rendre chez le kiné comme chaque mardi soir
- 17h15: arrivée chez le kiné
- 17h16: je respire 5 minutes, et tente de me détendre pendant que mon fils fait sa séance pour reprendre des forces pour la suite des événements
- 17h40: départ de chez le kiné et je prends la route pour rejoindre le cabinet du docteur pour que mes deux enfants se fassent vacciner, et faire un bilan sur leur taille, poids, et autres sujets me concernant
- 17h55, arrivée chez le docteur, nous attendons ma fille qui nous a rejoint à pieds
- 18h00: nous entrons dans le cabinet du docteur
- 18h40: nous ressortons de chez le docteur
- 18h45: je fais la queue à la pharmacie pour récupérer ce que le docteur m’a prescrit en ordonnance
-19h20: je sors de la pharmacie et grimpe dans ma voiture
- 19h45: OUF! je suis chez moi!!!!!

bon, ben voilà, trois heures se sont écoulées, et je suis vannée de chez vannée!!!!
Un homme s’imaginerait bien sûr que je vais mettre mes pantoufles et me mettre sur le balcon tranquillement devant un petit COSMO ou autre!!!
Non non! Messieurs! Gérer son temps pour une femme est synonyme de ne jamais s’arrêter, absolument jamais! Juste pour aller se coucher!
Je retire donc mes souliers et m’attèle à la préparation du repas.
Je secoue mes deux ados pour qu’ils aillent se doucher, et daignent mettre la table tandis que je me douche (ouf, 10 min pour moi!), puis nous passons à table.
Il est 21h00 quand nous sortons de table.
Résultat: je finis de débarasser et de faire la vaisselle seule.
Je prépare la table pour le petit déjeuner seule… Il est 21h30!!! Je me pose enfin!!!
C’est dommage, le film est commencé!
Je n’ai plus qu’à errer sur le net, lire ou aller tout simplement me coucher et prendre des forces pour la journée de demain qui sera à l’identique de celle de ce jour!

Voilà la soirée type d’une femme active qui rentre le soir! J’ose espérer que celles qui ont un homme à la maison ont moins de tâches à faire, partage des tâches oblige…., mais je crois que je mets le doigt dans l’œil bien profond!

Gérer son temps pour une femme, c’est une course sans fin contre la montre tous les jours. Elle a plus besoin d’entraînement, elle excelle, elle est sur-entraînée..

Christine, le 25 Juin 2015

Le rangement de la maison, l’affaire de tous!!!

Au secours, cela ne fait pas une semaine que l’école a repris et déjà, vous êtes débordées. Vous êtes irritables comme c’est pas possible parce que la maison dès le lundi matin est un champ de bataille. Chacun laisse traîner ses affaires: le mari, ce sont ses magasines, ses papiers, sa casquette, ses gants de moto, sa tasse de café, son linge sale (grrrrrr…….) et les enfants leurs jouets, leurs pantoufles, leur brouillon de devoirs. Et qui passent derrière chaque matin avant de partir au boulot ou d’attaquer la semaine pour tout ramasser et tenter de donner un semblant d’ordre, c’est bibi!!! Le rangement, c’est bien connu, c’est la nana qui s’y colle!


Y en a déjà marre! et nous sommes que le 16 septembre, soit 2 semaines après la rentrée uniquement…. Je crois que nous sommes mal barrées et qu’il va falloir réagir rapidos au risque de devenir dingo rapidement!

Comment?
Bon, ben c’est simple. Pour le rangement, c’est soi chacun se prend en main, soit vous faites plus rien, et là ça va donner la même chose que sur  la photo ou pour la première fois la mère a décidé de ne rien faire pour que son homme se rende compte de l’état de la maison avant l’étape rangement intensif!!! ça devrait pas les faire rire si vous vous mettiez à la grève du rangement!

Il suffit d’instaurer la règle suivante:chaque gamin le soir (et le mari aussi) ne se couche pas tant qu’il n’a pas procédé au rangement de ses affaires qui traînent. C’est juste une habitude à prendre.
De même, quand les gamins sortent un jeu, un DVD ou boivent un verre de coca, c’est tellement simple dès qu’ils ont fini qu’ils rangent le jeu, le DVD et le verre dans le lave-vaisselle.  Tout de suite sans attendre! Le rangement, c’est chacun au fur et à mesure, sinon, c’est encore vous, moi qui allons nous le taper en parlant poliment!

Préparez-vous moralement, parce qu’au début, cela va leur faire drôle, vous allez passer pour un tyran, le tyran du rangement (!!), mais peu importe, il vaut mieux passer pour un tyran 15 jours qu’être une esclave toute l’année scolaire…

Question linge sale: si vos enfants sont des ados et qu’ils laissent traîner leur linge sale dans leur chambre, n’allez SURTOUT pas le chercher, ô Bonne Mère!!! ça va pas la tête?
Quand ils n’auront plus rien à se mettre du tout, et qu’ils viendront se plaindre à “l’intendance”, vous lâcherez le morceau et réexpliquerez que le linge ne saute pas tout seul dans la corbeille, et qu’en aucun cas, c’est vous qui bossez à l’extérieur qui allez vous déplacer pour aller le chercher….
C’est comme ça, pas autrement!
Je vous promets que cela va marcher!

Et puis, entre nous, on a déjà assez de gérer l’espace commun (cuisine, salon-salle à manger, salle de bain, WC), vous n’allez pas encore vous amuser à aller ranger les chambres des enfants !!! Vous êtes pas bien!

Le rangement, c’est pas un un don féminin, tout le monde doit s’y mettre. L’époque est révolue de la petite femme ménagère. Au secours! Oubliez tout cela, et mettez les un peu au boulot à la maison!

Christine, le 16 septembre 2013

Une famille recomposée, c’est quoi ?

Savez-vous qu’en milieu urbain un mariage sur trois se solde par un divorce ?
Autant vous dire que de plus d’un enfant sur quatre a un père une mère, un beau-père, une belle mère, des demi-frères, des demi-sœurs. Un sacré chamboulement tout cela quand-même ! Le modèle de la famille d’antan n’est plus du tout la référence.
C’est la famille monoparentale et la famille recomposée qui sont devenues les normes.
Parlons ce jour de la famille recomposée.
Les embûches auxquelles vous êtes susceptibles de vous heurter en famille recomposée peuvent être les suivantes (au secours, la liste est longue)

- Votre enfant déteste votre compagnon ?
- Votre enfant ne s’entendra peut être pas avec sa belle-mère, et inversement.
- Votre enfant ne sera pas accepté ou ne s’entendra tout simplement pas avec ses demi-frères et demi-sœurs.
- Votre ex sera peut-être omniprésent ne se faisant pas à la rupture. Ou alors ne s’investira plus du tout dans l’éducation de vos enfants et ne prendra pas les petits régulièrement un week-end sur deux, ou « oubliera » de vous verser la pension, jaloux que vous ayez refait votre vie.
- Vous aurez du mal à organiser les vacances scolaires pour que cela cale avec votre ex, avec l’ex de votre nouveau chéri, avec la compagne de votre ex, avec l’ex de la nouvelle compagne de votre ex….Oh, la la, quelle prise de tête.
- Vous étiez trois vos deux enfant et vous, et d’un coup, vous êtes 6 (vous, votre chéri, vos deux enfants , les trois siens)…. Euh, on gère comment le passage dans la salle de bain ?
- Vos beaux-enfants en pleine crise d’ado vous rappellent que vous n’êtes pas leur mère.
- Votre nouvelle belle-mère vous vante sans cesse les qualité de son ex-belle fille.
- Vous avez appris à vos enfants à finir leur assiette, ceux de votre conjoint laisse leur assiette à demi pleine sans que cela ne choque leur père. D’où le regard tueur de vos enfants qui eux sont obligés de finir leur tranche de rôti !

Bon, maintenant que vous savez tout cela, vous êtes toujours partante pour emménager avec votre cher et tendre et ses trois enfants ?….. La tâche ne s’avère pas aisée, n’est-ce-pas ?
Si oui, armez-vous de patience, de courage, et surtout que l’amour triomphe !  car ce n’est pas tous les jours une partie de plaisir. Soyez prévenue, et lorsque vous réussirez ce challenge, ce sera une belle victoire. C’est possible d’y parvenir, mais il faut beaucoup, beaucoup de compromis.

Faites  nous part de vos témoignages sur votre expérience de la famille recomposée.
Dites-nous que c’est possible.

Congé parental au 3ème enfant : toi ou moi ?

 Contexte: Un foyer issu de la classe moyenne vient d’accueillir son troisième enfant.
La maman est assistante de direction dans un grand groupe et ramène un salaire loin d’être mirobolant mais correct 600 euros de plus que le SMIC.
Le papa a toujours travaillé depuis l’âge de 16 ans, mais sans qualification particulière et bien que très travailleur et courageux travaille comme ouvrier en 2/8 pour 200€ de pus que le SMIC…

Qui devrait prendre le congé parental dans la logique des choses ?
La femme est-elle disposée à céder sa place et à laisser son mari garder les enfants ?
Le choix de ce ménage ne va t-il pas être influé par le regard des autres sur eux ?
L’homme est il prêt à mettre de côté son rôle de “celui qui ramène pitance” à la maison pour s’occuper de ses enfants ?
Comment vivrait-il que sa femme parte au bureau le matin et que lui reste à la maison à s’occuper des enfants et gérer les tâches ménagères ?
Notre société est-elle prête intellectuellement à cette adaptation ?

Qu’en pensez vous ?


Mon petit frère chéri, je te hais ! ou les relations frères-soeurs

Avez-vous déjà remarqué comme vos enfants se chamaillent, se disputent de façon virulente, s’insultent parfois?

C’est effrayant la façon dont ils se parlent.

J’essaie lors de leurs chamailleries de ne pas prendre partie pour l’un des deux, mais de les laisser régler leur différent eux-mêmes.

C’est pas l’envie qui me démange des fois d’intervenir, mais non, je ronge mon frein et m’atèle à une autre tâche ! Je surveille juste que les coups ne fusent pas. Car hélas, c’est arrivé une fois ou deux ou mon fils a violemment “secoué” sa grande soeur ! Là, j’interviens !

Je pense que la rivalité est nécessaire pour que chacun trouve sa place, affirme ses idées, défende sa personalité

C’est drôle, j’ai remarqué que les rares moments où ils sont unis et très proches l’un de l’autre, c’est quand ils se liguent contre moi !  Zut alors !

En conclusion, je dirais que mes enfants s’adorent purement et simplement. Il suffit de voir comme ils parlent l’un de l’autre quand l’un est absent ou vit quelque chose de difficile. Mais la réalité au quotidien est qu’il ne peuvent pas s’empêcher de se chamailler en permanence !
Il n’y a pas de réelle rivalité entre eux, mais c’est un besoin qu’ils ont de se crier dessus. Au secours !

Et vous, quelles relations entretiennent vos enfants entre eux ?

Intervenez-vous lors des disputes ?

.

Familles recomposées : dur dur d’être la nouvelle belle-mère d’une jolie petite poupée !

Un papa seul avec une adorable blondinette, une maman seule avec deux bambins du même âge.  Un homme cadre d’un bon  niveau social, une femme employée d’un bon niveau de culture aussi se rencontrent.
Pour l’instant, tout va bien. L’amour, la tendresse, les projets, l’envie de vie commune, et puis voilà cela arrive l’achat de la maison et la vie commune.

Du jour au lendemain, il faut faire s’imbriquer toutes les habitudes de chacun, les modes d’éducation de chacun. Et bien triste constatation ! C’est TRES DIFFICILE !
Les familles recomposées sont de plus en plus fréquentes, mais il faut le dire la difficulté vient du fait que justement c’est une famille recomposée, une famille un peu « contre-nature ».

Malgré l’amour des deux adultes l’un envers l’autre, malgré l’affection des enfants qui nait assez rapidement après s’être toisés quelques jours, la vie tous ensemble reste un défi difficile.
Même si tout le monde au fond blessé par son passé a envie que cela fonctionne et voudrait se reconstruire un cocon, une famille unie.

La vie quotidienne « offre » hélas milles occasions de discorde.
Exemple, le repas :
Le papa cadre autorise que la fillette ne finisse pas sa pièce de bœuf, alors que la maman habituée depuis des années à compter sous après sous pour finir la fin du mois ne permet pas à ses enfants cet écart de conduite. On mange ce que l’on a dans son assiette, un point c’est tout ! Et là, c’est la cata, les enfants ne comprennent plus pourquoi il y a deux poids, deux mesures. Les enfants entre eux commencent alors à se jalouser. La maman demande à la fillette « rassasiée » de finir son assiette, sur quoi le père s’en mêle et affirme que si elle n’a plus faim, elle peut laisser… Et là, l’engueulade, le désaccord et la belle-mère qui passe pour une marâtre.

L’épisode est passé, les enfants vont se coucher. Le lendemain, la fillette se plaint de ne plus avoir de petites culottes et de chaussettes propres à se mettre pour aller à l’école. La panique, l’heure qui tourne, le bus qui va passer. La belle-mère rentre dans la chambre, et là au sol un tapis de culottes et de chaussettes au doux parfum….. Tentée de ramasser tout ce linge sale afin de l’emmener à la buanderie, elle se reprend, en complexant, se trouvant égoïste, mais ne cède pas. L’adorable blondinette doit comme les autres mettre son linge au linge sale, sinon pas de linge…..et papa a du mal à comprendre ce qu’il appelle « un acharnement » sur sa fille, il ne comprend pas que sa compagne exige un changement de comportement de son enfant….

Parfois l’enfant qui reçoit une remarque de sa belle-mère ou de son beau-père pense qu’il est moins aimé et en ressent un sentiment de rejet,  de jalousie par rapport à ses demi-frères et soeurs.
Souvent, il arrive que la fille du compagnon voit en la nouvelle compagne de son père une concurrente (Merci Œdipe !). Tout cela est bien difficile à gérer et génère des tensions. L’enfant ne trouve pas sa place ou a peur de la perdre, et la belle-mère ne s’est plus comment à la fois jouer son rôle de femme auprès de son homme sans blesser la fillette.

Et puis quand la belle fille se lie d’amitié, d’amour même profond avec sa belle mère  (Dieu Merci cela arrive, et j’en suis la preuve vivante), parfois la fillette culpabilise par rapport à sa mère de l’amour qu’elle porte à sa belle mère ayant l’impression de trahir sa propre mère. Elle se met à alors blesser sa belle-mère de façon involontaire, comme une expression de révolte en tentant de mettre la zizanie au sein du couple pour exprimer son mal être.
Je comprends toute cette souffrance que ressentent les enfants issus du divorce, et ces enfants qui du jour au lendemain doivent composer et vivre avec une mère qui n’est pas la leur, et des frères et sœurs qui ne sont pas les siens.  Mais pour nous les belles-mères, ce n’est pas facile non plus de trouver et d’imposer notre place.
Pourtant cette famille unie, nous en rêvons toutes. Nous l’avons attendue et on va se battre pour que cela fonctionne.  Mais en attendant, Mon Dieu, c’est galère.

Comment le vivez-vous si vous êtes ou avez été dans ce cas ?
Comment les choses se sont mises en place ?
Que faire et ne pas faire ?

Euh, femme au foyer, c’est une tarre ou quoi ? C’est synonyme de “fainiasse” dans le petit Robert, ou quoi ?

Je situe la scène: 19h30, la porte s’ouvre et Monsieur débarque ses chaussures aux pieds dans le salon !   (c’est pas comme si pendant que les deux ainés étaient à l’école et que le petit faisait la sieste, sa petite femme n’avait pas passé l’aspiro et le vaporetto !)

Un rapide bisou, et il va s’affaler dans le canapé, en ayant pas oublié de prendre une bière au passage ! Il commence à  raconter à son épous que untel est vraiment trop c…, que son chef commence sérieux à le gonfler, qu’i la eu plus de 3 réunions ce jour !!!! Docile, sa chérie écoute, ou plus sincèrement fait un peu semblant d’écouter. Tous les soirs c’est pareil.

Par contre, étrangement, moi, son Chéri ne lui demande pas si elle est lasse de ceci ou cela, et si sa journée s’est bien passée !

Puis les petits rentrent dans le salon et embrassent leur père, puis l’un deux demande “dis papa, synonyme, c’est bien quand deux mots veulent dire la même chose?” “Oui, mon fils, mais demande à ta mère pour les devoirs s’il te plait!”

Ah bon, et pourquoi donc mon chéri? Pourquoi les devoirs, c’est d’office pour maman ?

  • J’ai rien fait de la journée moi ? demande t-elle
    Je ne suis pas allée remplir le frigoce matin avec le petit dans le cosy solidement fixé au chariot ?
  • J’ai pas fait le repas du midi J’ai pas conduit les petits à l’écolece matin?
  • Je ne puis suis pas retournée à 11h30 les chercher pour les faire mangerce midi ? Je ne les ai pas reconduit à 13h00 àl’école ? Et enfin ne suis pas allée les rechercherà 16h30, juste après la sieste du petit et le rendez vous chez le pédiatre?
  • Les deux panières de linge se sont elles pliées et repassées toutes seules? Et enfin, je n’ai pas préparé le repas du soir ? Et j’oubliais, je n’ai pas donné le bain au petit dernier ?

Ben zut alors, y en a marre que les types des femmes au foyer considèrent qu’elles ont passé  leur matinées ur MSN avec leurs autres copines mères au foyer et leur après midi devant les feux de l’amour !

Si certaines ont décidé d’être femme au foyer, ce n’est pas forcément un choix, qu’on se le dise !  Avec trois gamins : 1  de 4 ans,1 de 2 ans et 1 de 10 mois, et un salaire de vendeuse dans la supérette du coin de 1000€ à peine, est ce un crime de faire le choix d’élever ses enfants jusqu’aux trois ans du dernier ?
Avec déjà deux enfants, puis l’arrivée de jumeaux par exemple, est ce un crime de devoir rester à la maison ?

Dites nous comment vous vivez le fait d’être de choix ou de “force” mère au foyer ?

Comment le vivez vous ?

Avez vous parfois le sentiment que votre conjoint ne se rend pas comptede la charge de travail réalisée à la maison en une journée ?

Est il conscient de votrefatigue, toute autre que la sienne, mais qui en est une quand-même ?

Et celles pour qui cela se passe bien, et mon Dieu, j’espère qu’il y en a, racontez nous ? Etes vous considérées par vos époux respectifs?

je travaille à domicile, et je suis épouse et maman aussi ! Euh, on gère comment tout cela ?

Dix heures du mat, suis en robe de chambre,les gants Mappa aux mains, je cours dans le salon de long en large ! Je suis en vacances ? non !  Jesuis femme au foyer ? non plus !  Je bosse à domicile Mesdames, etMessieurs ! et oui !

Et c’est bien là, le problème. Commentconcilier travail à domicile et gestion des tâches ménagères ? Comment s’organiser pour que l’un n’empiète pas sur l’autre ? – Style : cas no°1: je délaisse la maison, jefais plus rien car j’ai pas le temps, j’ai ma eboutique à gérer. cas no:2 : je commence à bosser surma boutique vers 11h30 car avant j’ai fait 2 lessives, les ai étendues, ai rangé les chambres des gamins, et ai nettoyé  la salle de bain!

Beaucoup de femmes, de plus en plusfont ce choix de télétravail  à domicile, de e-work, mais est-ce àvoir que une meilleure conciliation de la vie professsionnelle et de lavie privée, ou  est-ce plutôt à considérer comme un envahissementde la sphère privée ? Là est la question.

La femme  pour être à même d’assumerce choix doit être parfaitement organiser en terme d’horaires. Je diraismême que c’est la famille entière qui doit coopérer et respecter les règlesde ce travail que maman occupe.En effet, interdit de pénétrer dans le bureausans frapper, de venir déranger maman pour un rien. Maman est peut êtrephysiquement dans la maison, mais il y a des créneaux horaires où elleest au boulot ! un point c’est tout ! Et cela, c’est difficile à faireaccepter par la famille et par l’entourage proche. Même les copines doivent comprendre que de telle heure à telle heure, onest au boulot !

Quand au mari, ou compagnon le soir,ne vous êtes jamais vous pris dans les dents “t’es pas fatiguée, toi,tu bosses à la maison !” Et les enfants “toutefaçon, depuisque tu travailles à la maison, on peut même plus te parler ! tu fais mêmeplus attention à nous !” Au secours, les reproches pleuvent.Nous qui avions fait ce choix pour une meilleure qualité de vie, c’estparfois vite l’enfer.

Les petits rentrente de l’école à 16h30pour la première, 18h pour les deux autres, et c’est  là que supermaman doit devenir aussi super aide aux devoirs ! Donc, bien sûr gros problème quand unecliente ou un fournisseur appelle à ce moment là avec en bruit de fondles gamins qui se chamaillent !

Et pourtant, toutes on y arrive !!! On jongle avec le temps, avec l’espacedans la maison, on change de pièce, Dans le même espace géographique, on est maman, épouse, et patronne !!!! Dur dur !

Au fait, un petit truc les filles quiont choisi ce mode de travail, n’oubliez pas de rester féminines ! Ce n’est pas parce qu’on est seule à la maison à bosser qu’on doit resteren jogging et tee-shirt large ! OK ! On a déjà plus vraiment de vie socialepour le coup, on voit plus personne de la journée, alors au moins que quandles petits arrivent et surtout quand “Mamour” arrive le soirqu’il retrouve une petite femme séduisante et un brin sexy, une vrai workinggirl ! OK ! Sinon, c’est la cata ! il vous verra comme une femme au foyerqui se néglige. Pensez y les filles.

Donc on récapitule: je me lève de bonne heure, j’aide les plus petits à se préparerpour l’école je leur fais un gros bisou je fais le lit conjugal (les petitsont qu’à faire le leur) je lance une lessive Ok que j’étendraisentre midi et deux pendant ma pause que je m’impose !!! et hop, une bonne douche, un maquillagesympa, une belle petite robe, des pantoufles pas trop mémères, type ballerineou petites claquettes et à 8h30 maximum on file dans son bureau,et on en ressort plus avant 12.30h la pause déjeuner où on étend sa lessiveOK, et on mange un petit repas équilibré (c’est important), et on se détend20 minutes sur le canapé tranquille de quoi reprendre des forces. Pourquoipas regarder les infos, ou écouter les infos, histoire de conserver uneconnaissance de la vie politique, sociale et éco de notre monde bien agité! ensuite, on rebosse à 13h30 et ce jusqu’àl’arrivé des petits vers 16h30 pour les premiers Cela fait donc une journée de boulotde 7heures ! On supervise les devoirs des petits, On prépare le repas du soir en en préparantune part de plus pour le lendemain midi Puis on fait un gros bisou aux enfantsà 21h au coucher, puis si rien à la télé, et si chéri est épuisé, on s’autoriseune dernière relecture de ses mails à ce moment là. Par contre, Mesdames, sauf cas exceptionnel, ne délaissez pas trop votremari le soir, car sinon l’écoute, la tendresse et le partage, il se pourraitbien qu’à force, il aille le chercher ailleurs…. Imaginez vous vous-même un homme qui rentrerait du bureau, puis à 21h iraitde nouveau s’enfermer dans son bureau ?……

Racontez nous commentvous gérez votre vie professionnelle à domicile et votre vie de famille?
Quelle organisation avez vous mis en place ?
Les membres de la famille respectent-ils votre choix, votre travail ?
Comment le vivez vous? Comment le vivent les membres de votre famille ?
Quels conseils pouvez-vous nous donner ?

Un bébé à 40 ans passés dans une famille recomposee ? oui, non ?…

De plus en plus de mamans solos rencontrent un homme après des années de galère seule avec leurs petits. Et puis, d’un coup, alors qu’on ne s’y attend plus, le prince charmant, le vrai débarque.  Cette fois, on sent que c’est l’amour, le vrai !
On a déjà des enfants chacun de son côté, mais on a envie de concrétiser cet amour fou qui  nous lie. Faire ce que l’on appel le dernier bébé de l’amour dans une famille recomposee.

La vie au sein d’une famille recomposee n’est déjà pas facile en soi. Il faut faire s’imbriquer deux énormes pièces de puzzle que constituent les deux familles monoparentales qui se rencontrent. Il faut accepter les habitudes de l’autre famille. Il faut faire accepter les siennes. L’équilibre entre les enfants est à trouver. Chacun doit trouver sa place dans cette famille recomposee où les enfants de l’un ou de l’autre se retrouvent devoir vivre avec quelqu’un qui n’est pas leur parent. Pas évident.

Alors quand soudain, le désir d’enfant se fait pour le couple, cela modifie encore la donne pour les parents bien-sûr, mais pour toute la petite famille recompose qui a réussit (ou pas encore!) à trouver un équilibre.

On s’interroge, on a peur étant donné les risques liés à l’âge.
On se demande si les ainés comprendront, et comment ils accueilleront cet enfant ?
N’y aura-t-il pas une jalousie par rapport à ce petit dernier ?
Les enfants de la mère n’auront-ils pas peur que le beau-père soit plus complice avec le dernier qu’avec eux ? et inversement pour les enfants du père qui auraient peur que leur belle-mère les délaisse pour le petit dernier ?
Beaucoup de questions pour accueillir un bébé dans une famille recomposee.

Est-ce une bonne idée d’envisager un enfant dans une famille recomposee après 40 ans ? Est-ce fantasque ?
Qu’en pensez-vous ?
Certaines ont-elles vécu cette situation ? Racontez-nous