Quand le désir de grossesse survient très tôt?


(Trop) jeune Maman???
La question de l’âge pour enfanter est un éternel débat. Je ne le poursuivrai pas ici. je vous parlerai d’autre chose. Le désir d’enfant, ne prévient pas… Il arrive parfois d’avoir un très fort sentiment, besoin de tomber enceinte et surtout de donner la vie !! Et c’est comme cela que l’on vit sa première grossesse très tôt, et que l’on devient donc une « trop » jeune maman vis à vis de la société! Intéressant comme phénomène, de nombreux scientifiques et psychologues en tout genre s’y sont intéressés, je ne le ferai pas non plus…

Je veux vous parler d’un phénomène, qui en France est courant, mais méconnu et très mal compris par la société. Les mamans étudiantes, rares sont ceux qui veulent les comprendre.

Beaucoup pensent que toutes les filles qui se retrouvent enceintes pendant leur études sont de pauvres victimes qui n’ont pas pu avorter, mais qui souffrent.

Pour preuve, souvent, ces jeunes filles racontent que la première des choses que leur demandent les curieux c’est: “il était voulu ? pourquoi tu l’as gardé ? Pas trop dur ?” avec ce regard de pitié qui les fait enrager…

Eh oui, il faut savoir que pour beaucoup d’entre elles existe un besoin et un désir très fort d’avoir un enfant et parfois elles décident avec leur compagnon de concevoir un bébé. Cette grossesse est donc voulue.

Pourquoi faut-il les plaindre ? Elles sont heureuses et vont l’être encore plus ! Il faudrait plutôt les envier non ?

Ainsi, en France est-il difficile de connaître ses droits et ses possibilités en tant que maman ou parents étudiants, or il existe certaines mesures. Mais en général l’administration (des universités, des écoles ou encore des services sociaux) est très sévère face à ces jeunes futurs ou déjà parents en leur reprochant d’avoir été égoïstes et de ne pas avoir mesuré les conséquences d’un tel acte.

Or, de nombreux exemples prouvent que des couples d’étudiants, ou des filles étudiantes ont su mettre au monde et élever comme il faut leur bébé, sans catastrophe ! Il faut arrêter de tomber dans le piège de cette société machiste (qui ne dit pas son nom), qui oblige les femmes à ne pas faire d’enfants, ou alors de le payer chèrement (carrière brisée, retard, reproches…).

Mais en y réfléchissant bien, une femme qui décide de faire son bébé lorsqu’elle est étudiante a tout compris, puisque le moment où elle devra entrer sur le marché du travail, son ou ses enfants ne seront plus à faire, ils seront peut-être même en âge d’aller à l’école, ce qui déjà enlève une grosse épine du pied !

Laissez donc les filles, mûres, et responsables, faire leur choix, décider de leur avenir et si elles sentent qu’elles peuvent enfanter tout en continuant leur études, tant que ce projet est réalisable, ne pas les décourager ou les obliger à avorter… Ce serait trop triste et elles vieilliraient en portant le poids de ce geste, et en devant gérer l’absence de ce bébé qu’elles pourraient avoir eu.

Jeune mariée, j’ai souvent été victime de ce préjugé assez insupportable lors des entretiens d’embauche: “vous êtes mariée ? Vous n’avez pas d’enfant ?” Vous pensez que vous pourrez mener votre carrière avec des enfants plus tard ? Quand pensez-vous que vous commencerez à faire des enfants ?” Bref, on sent qu’ils paniquent lorsqu’ils voient une jeune mariée qui postule chez eux… Parfois j’ai envie de leur crier: “On n’a pas besoin d’être mariée pour faire des enfants !!”

Parce que du coup dans mon entourage, on m’a souvent dit “ne te marie pas tout de suite, tu seras perdante, pour les concours, les recruteurs, etc. ils ne voudront pas te prendre parce que tu es mariée”….

Vous rendez-vous compte de la situation  ? Je sais bien que ces personnes me donnaient des conseils sincères, elle-mêmes motivées par l’idée de me mettre en garde, voire de m’aider, mais moi je refuse de me plier à cela, je refuse, parce que chaque fois qu’une femme accepte ce système et s’y plie, elle empêche au moins une dizaine d’autres d’être elles-mêmes et de faire ce qu’elles veulent.

Il faut arrêter de subir le système et le rendre plus juste. La justice n’est jamais synonyme d’égalité stricte, par contre, il faut que chacun ait le choix de sa vie ! De ne pas être obligé de se sacrifier pour “plaire” à un recruteur…

Il faut chercher à se plaire avant tout, et pour l’avoir cru pendant longtemps, je vous assure que vouloir se plaire en plaisant aux autres est une très grave erreur !!

Habiba H., le 4 août 2013
http://vos-menus-plaisirs.com
http://mesmenusplaisirs.com
Twitter: @Ha_biba
www.facebook.com/MesMenusPlaisirs

2 commentaires sur “Quand le désir de grossesse survient très tôt?

  1. Difficile ce sujet, hein?
    Alors, moi je serais tentée bien sûr de dire que la première réaction que l’on peut avoir en tant que mère d’une étudiante enceinte serait de la mettre en garde sur les conséquences de la décision qu’elle va prendre dans un sens ou dans un autre. Pour ma part, je devrais encaisser le coup, c’est sûr, mais je ne tenterais ni de l’orienter dans un sens ni dans l’autre. Cette décision d’avoir ou de garder un enfant est personnelle et je crois que personne ne peut prendre la décision à la place de la jeune femme, personne à mon sens n’en a le droit. C’est une décision personnelle qui influera sur le reste de la vie de la jeune femme. Garder l’enfant entraînera des sacrifices certes, mais n’est pas un obstacle à la poursuite des études si la volonté est bel et bien là. Interrompre la grossesse peut être un fardeau que la jeune femme portera toute sa vie. Et imaginons qu’elle ne réussisse plus jamais à tomber enceinte…..
    Je ne veux pas orienter qui que ce soit par mes propos, mais je peux dire que je ne suis pas opposée à l’avortement, et que parallèlement, j’ai un profond respect pour la vie… Difficile ce sujet Habiba!

Laisser un commentaire