Prise de contact sur internet: les aventures d’Alex


Par ce billet, Lucie nous conte avec humour et tellement de réalité la façon dont la plupart des rencontres virtuelles démarrent.
Quelque chose de drôle et un peu pathétique quelque part.
Je vous laisse lire. Bien vu, Lucie, en tout cas ! Merci pour cet article sur les prises de contact sur internet.

Attention, je ne dis pas que les rencontres internet sont vouées à l’échec.
Phénomène en continuelle expansion, les rencontres en ligne traduisent l’augmentation du nombre de célibataires et quelque part la difficulté que rencontrent des millions de personnes à trouver l’âme sœur.

Internet devient un outil de rencontre, un moyen.
Toutefois, il n’en demeure pas moins un outil d’approche, qu’il faut rapidement abandonner pour passer à une vraie relation où les yeux se croisent, où les émotions se lisent sur les visages, où le timbre de la voix et la gestuelle remplacent les mots sur l’écran.
Je cède la place à Lucie…

– – – — – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Pour une fois je ne vais pas vous parler d’un sujet mais plutôt vous laisser découvrir l’aventure d’Alex (personnage tout droit sorti de ma grande imagination) :
Alex, parisien, 32 ans. (Non ne cherchez pas il est tout aussi fictif que des soldes chez Chanel)

« Si vous allez sur un moteur de recherche et que vous tapez « rencontre » vous remarquerez comme moi que tout existe, le meilleur, le pire et… surtout le pire en fait.
Je ne sais pas vous, mais moi quand je ne sais que choisir, j’opte pour le N° 1, et me voici sur LA page d’accueil qui est sensée changer ma vie, c’est coloré et ludique, marketing impec !
Au moment de m’inscrire j’ai un peu l’impression de répondre à un sondage, mais après tout, il faut bien que je dise quel homme merveilleux je suis… (si si, demandez à ma mère).

« Photo, pas photo, allez photo, la moins pire, heu, je vais demander à une copine de choisir. Et puis de m’aider pour l’annonce aussi tiens, les filles connaissent les filles non ? »

Quand une fille me plait dans un bar, j’ai toujours un tic débile qui consiste à la regarder du coin de l’œil en me balançant sur mes deux jambes, ce qui me fait passer pour un autiste, voire un psychopathe, voire les deux.

Il m’a fallut deux jours pour comprendre le fonctionnement, et deux de plus pour m’apercevoir que personne ne me parle… Même ici il faut faire le premier pas, j’ai sous mes yeux hallucinés une liste de photos et de pseudos, il y a de tout (et n’importe quoi), je clique sur un « profil », une fille souriante, son annonce est longue mais je la lis, pas envie de passer pour un mufle !
Deux solutions, soit je lui envoie un mail, soit je tente un tchat, au hasard…Le mail…Un râteau ok, mais en différé…

Ok mail envoyé !
ARGGGHHH, je fais quoi ??? Elle répond à mon mail via le tchat!

Elle : Bonjour,
Moi : Bonjour, (original !)
Elle : Je viens de lire ton message…
Moi : Ah… (Au secours !)
Elle : Tu es occupé ?
Moi : Non! Je (heu) termine une conversation téléphonique !
Elle : Ok, j’attends.

Appeler la copine qui m’a déjà aidé, non, elle va hurler, attendre qu’elle s’impatiente et se déconnecte, non, envie de la connaître, Axel, lance toi, tu négocies des millions au bureau, tu ne vas pas flancher devant une femme ! (si ?)

Moi : Re (nul…)
Elle : Je suis là
Moi : J’ai peur (je n’ai pas dis ça…si ?)
Elle : ?, de ?
Moi : Des filles, de passer pour un con, je me balance sur mes jambes quand je suis nerveux, je suis nouveaux ici, je suis sensible (arrête !), je ne veux pas souffrir, tu comprends je suis trop gentil et je me fais bouffer (ta gueule !), mais j’ai du caractère hein ! C’est juste que…ben tu m’impressionnes… (Je veux mourir…)
Elle : …
Moi : …
Elle : Tu es libre demain midi ? !
Moi : Oui !

Ca y’est, je me balance… »

Lucie Mariotti
Love is in Paris 

Laisser un commentaire