LA PERTE D’UN ENFANT

Je n’ai pas écrit cet article, je le relaie tout simplement suite à une demande qui m’a été faite ce 1er février 2013 par une maman ayant perdu son enfant et qui m’a profondément émue.
Ce site est un site qui se veut gai et convivial, mais nous devons être capable aborder tous les sujets avec sérénité, même s’ils sont douloureux.
Aussi, je choisis de diffuser cette demande sans modifier aucun mot, aucune virgule.
Il gardera ainsi toute son authenticité.
Je vous laisse découvrir.

« Bonjour,

J’ai perdu ma fille, mon premier enfant, il y a 18 ans déjà. Depuis, je suis allée sur des forums de discussion afin de pouvoir aider un peu des parents dans la peine. J’y ai connu des femmes formidables qui sont restées mes amies.

J’ai donc écrit deux livres, qui viennent tout juste de sortir, mais j’aurais besoin d’aide pour les faire connaître. Pourriez-vous diffuser les liens ou, si vous le souhaitez, lire les livres au préalable et en parler ?

Le premier livre, « Princesse des étoiles »http://www.edilivre.com/princesse-des-etoiles-karine-gilloppe-briend.html est mon témoignage sur le décès de mon bébé, mon parcours en quelque sorte après. Ce n’est pas un mode d’emploi sur la façon de faire son deuil, mais juste pour montrer aux parents que l’on peu arriver à se reconstruire.

Mon deuxième ouvrage, « Gremlin’s attitude » est d’un ton complètement différent, mais il est en quelque sorte la suite logique du premier, puisqu’il s’agit de ma vie avec les petits frères et soeur de ma princesse des étoiles, qui sont nés après elle. Des récits de tranches de vie, de façon humoristique et des situations quelquefois embarrassantes pour les parents (mais pas toujours faciles, comme le fait de pouvoir expliquer aux petits qu’ils ont eu une grande soeur, avant…) :http://www.edilivre.com/gremlin-s-attitude-1c33808228.html

Je vous remercie de l’attention que vous accorderez à mon message.

Je vous souhaite une belle journée. »

10 commentaires sur “LA PERTE D’UN ENFANT

  1. PrincesseGremlins on a écrit:

    Christine, encore une fois merci d’avoir relayé mon message. Je voulais juste ajouter qu’aujourd’hui, je savoure mon bonheur d’être maman, même s’il m’arrive régulièrement de penser à ma Princesse des étoiles (surtout ces derniers temps, avec la sortie de mes livres, puisque je dois en assurer promo). Mon quotidien est peuplé de moments qui peuvent paraître ordinaires à d’autres, mais que moi je déguste à n’en plus finir… L’enfance est une source de joies, de peines, de rires, de larmes… de fatigue aussi pour les parents, il ne faut pas se leurrer, mais ô combien passionnante.

    • luluboudu on a écrit:

      Bonsoir

      Que dire… c’est un sujet grave qui laisse des cicatrices à vie.. J’ai perdu un frère il avait 6 mois (ce qui veut dire que par la force des choses, ma maman a perdu un de ses fils).
      Elle l’a perdu le jour de son anniversaire (à elle) et j’avais 3 ans et demi. J’étais l’ainée. Après moi, mes parents ont eu des quadruplés. Bien sûr la grossesse a été difficile et l’accouchement également. Mes frères et soeurs ( 2 filles et 2 garçons) sont nés à presque 7 mois viables et restés en couveuse : 2 mois pour les deux plus résistants et 3 mois et demi pour les deux plus faibles.
      Nous avons été une famille de 7 pendant très peu de temps… mais chaque année qui passe, et surtout à chaque fois que ma mère prends un an de plus, la cicatrice se réveille.. et toujours cette même phrase qui revient tous les ans : « Mais madame, pensez à toutes ces femmes qui perdent un enfant unique ! vous, il vous en reste encore 3 + 1 grande ! »
      On oublie pas ce genre de chose. On vit avec et je dirais même qu’on survit avec. Bien sûr la vie continue mais elle n’est plus la même. Un enfant qui s’en va, c’est une partie de soi qui s’éteint.. et qui ne se rallume jamais malgré les sourires et les bons moments que la vie offre…

      • Mon Dieu, je vois que beaucoup sont touchées par la mort d’un enfant. Je ne me rendais pas compte que cela pouvait être si fréquent. J’imagine la douleur lancinante de ta maman chaque année à cette date là qu’elle doit détester. Je crois qu’on n’a jamais assez conscience de la chance que l’on a d’avoir des enfants en bonne santé.
        Je ne parviens pas à envisager survivre à mon enfant. Merci pour ce témoignage.

  2. lailalet on a écrit:

    bonsoir
    c est juste trés émouvant mais aussi je ne peux que la féliciter pour son courage une amie à moi a perdu son bébé suite à une méningite et elle le pleure encore et encore mais elle ce qui fait sa force ceux sont ces 3 enfants merci pour ce message et pour votre courage

  3. emma59620 on a écrit:

    mon dieu que cela doit etre dur, j ai faillit perdre mon maxence l année derniere en novembre a cause d une satané gastro, hospitalisé une semaine en soin intensif et cette phrase de ce medecin du smur qui m a dit : « madame il etait temps sinon vous perdiez votre enfant », ba je l aurais toujours en tete, j ai cru mourrir a ce moment la, je suis retsé 4 jours sans dormir a veiller pres de lui, je vous avoues que les jours suivants me suis ecroulé, j ai beaucoup de peine pour ces mamans qui perdent leur enfants, moi sa me touche beaucoup meme si c un enfant que je ne connais pas, 2 bébés sont dcd dans ma famille, un bébé de 12 semaines en fevrier 2012 et un bébé de 6 mois fin fevrier 2012, deux bébés de 2 cousines differentes, sa m a beaucoup touché et rendu malade, suis de tout coeur avec ces mamans la ……

    • Je crois qu’il n’y aucune souffrance psychologique pire au monde que de perdre un enfant. J’en suis convaincue.
      Je connais une maman ayant perdu ses deux grands garçons dans deux accident de la route à 2 ans d’intervalle. Il y a 20 ans. Elle pleure encore tous les jours.
      La vie lui a pris ses enfants, et à ce jour, à presque 60 ans, elle est privée de petits enfants également.
      Elle, c’est la foi chrétienne qui lui a permis de s’en sauver.
      Chacun fait comme il peut pour survivre à une telle souffrance.

Laisser un commentaire