Famille recomposée: en mode vacances


Les vacances s’achèvent pour beaucoup et l’heure est déjà aux souvenirs, aux soupirs nostalgiques… Mais avant d’en arriver là, remontons un peu le temps et rappelons-nous l’organisation de ces vacances, le départ, les bons jours et les autres, plus gris. La famille recomposée, en vacances, ce n’est finalement pas de tout repos, ni pour les nerfs, ni pour le cœur.

Les vacances, en famille recomposée, s’établissent dans un premier temps en fonction d’un planning, d’un programme sur lequel deux personnes se sont mises d’accord, parfois dans la douleur, parfois très simplement. Pour les premiers, il est question de compromis et de frustration, pour les seconds, de tranquillité.

Le départ en vacances, pour cet enfant issue de famille recomposée qui transite entre les vacances « avec maman » et celles « avec papa », équivaut parfois à un nombre de kilométrages impressionnant. Imaginez, Mini-Pouce prend la route avec maman pour un trajet Marseille- Nantes, puis il revient sur Marseille pour partir avec papa pour le voyage Marseille- Le Touquet. Les vacances de Mini-Pouce ont aussi lieu dans les voitures… Et imaginez encore, ce petit sac de voyage qui transite lui aussi, ce doudou précieux qui pourrait, par mégarde, rester au point B et se rappeler au bon souvenir de l’enfant une fois ce dernier arrivé au point D… Le drame… Bien sûr, il y a les trajets en avion, en train, qui facilitent la logistique. Mais impossibles si l’enfant est petit et compliqués quand le budget est déjà serré…

Quand « vacances » rime avec frustration pour l’enfant dans une famille recomposée

Et puis voilà, les vacances commencent enfin, avec l’un ou l’autre. Le parent est heureux de retrouver son enfant et de pouvoir passer du temps avec lui. On pense notamment au papa, qui envisage de passer des journées entières et consécutives avec son Mini-Pouce. Mais c’est sans compter les cousins, très attractifs, aux jeux incessants… Aux taties, tontons, papys et mamies qui eux non plus ne voient pas ce bout de chou très souvent, la faute à un planning très restrictif. Alors, le papa ne croise plus l’enfant, n’ose pas l’accaparer: passer des vacances avec ses cousins créent tellement de bons souvenirs…

Et vient la fin de l’été, Mini-Pouce reprend la voiture pour la énième fois, avec doudou, Papa ou Maman soupirent devant ces jours qui ont filé à la vitesse de la lumière. Finalement, on en vient presque à dire que le quotidien, malgré les devoirs, les activités et les contraintes de chacun, est un peu plus serein…

Nathalie Macoux, le 26 août 2013
http://www.sowe.fr/

Laisser un commentaire