La chirurgie esthétique chez les adolescentes

Ne soyez pas choqués en lisant ce titre.. c’est une bien triste réalité : les ados sont les premiers clients de l’industrie du bistouri.
Complexes, envie de changement, caprices, bref, toutes les raisons sont bonnes pour faire craquer les parents. Certaines n’hésitent pas à faire pencher la balance, pourtant fermement bloquée sur le « non » , en utilisant des méthodes radicales voire dangereuses comme les fugues voire pire, la tentative de suicide.

Il y a peu encore, le caprice des ados était le piecing ou le tatouage. Même si cela reste toujours d’actualité (mais à un âge plus précoce), elles ont aujourd’hui des goûts beaucoup plus osés lorsqu’il s’agit de tendances.
Dès 15 ans, pas encore formées et la croissance en cours, les petits seins, nez crochus, petits ventres, sont prétextes à changements, pourvu que les midinettes ressemblent à leurs idoles de télé réalité.
La pionnière de ce genre d’artifices a été Loana dans l’émission du Loft qui s’est fait connaître par son attitude osée mais surtout par sa plastique « de rêve ». Evidemment, les garçons (et les hommes !) fantasmaient sur elle, ce qui fait penser que c’est ce genre de cliché qui ouvre les portes dans la vie. Puis ont suivi pas mal de poupées gonflables qui enflent d’émissions en émissions jusqu’à trouver aujourd’hui des Nabilla ou Ayem, refaites de la tête aux pieds dans le but de « percer » dans le monde des paillettes. Des seins surdimensionnés (les tee shirts en souffrent cruellement d’ailleurs), des bouches repulpées (qui font certes fantasmer les hommes mais qui au final, déforment le visage) et pour couronner le tout, des minis (que dis-je) micros vêtements en taille 4 ans pour « sublimer » ce qui finit par devenir vulgaire. Et si en prime, elles ont des QI de moules défraichies au soleil, alors c’est du pain béni !
Ces femmes renient ce qu’elles sont pour rechercher la lumière du projecteur pensant qu’elle réchauffe plus que celle du soleil et n’hésitent pas à utiliser leurs attributs pour arriver à leurs fins. Et cela semble fonctionner car les jeunes hommes en sont raides et les jeunes filles veulent à tout prix leur ressembler.

Oui.. nos chères filles ne veulent plus ressembler à leurs mamans mais bel et bien à leurs « stars » (qui de notre génération auraient été assimilées à des stars de porno vu le style).. La spirale dévastatrice a pris le pouvoir et le contrôle. Aujourd’hui on se refait faire le nez ou les seins comme si l’on allait chez le coiffeur (sans compter les piqûres d’acide Hyaluronique ou de botox dès 30 ans pour éviter les rides).. Des parents contractent des crédits à la consommation pour que leurs enfants ressemblent à des poupées en série.. bref il faut tenter de recentrer la réussite sur ce qu’elle est vraiment et non sur ce qu’elle semble être, il en est de notre devoir de parent. Alors certes, notre vie est certainement moins glamour que celles de ces femmes, mais nous avons pourtant bâti ce que nous avons sans artifices et en restant ce que nous sommes. L’apparence n’a rien à voir avec la réussite mais le talent et l’audace en sont les maîtres mots. Par pitié mesdames, protégez vos filles de ces clichés, surtout que ces opérations ne sont pas sans risques !

Les laisser vivre en ayant en tête que réussir, c’est passer à la télé, avoir de gros attributs et perdre une moitié de sa cervelle… c’est quand même régressif et nos enfants méritent largement mieux, vous ne pensez pas ?

Nathaly pour LuluBoudu.com

Laisser un commentaire