Premiers amours: au secours, ma fille est amoureuse!

Toutes les mamans qui me liront savent de quoi je parle quand j’affirme que l’on voit toujours nos enfants comme nos petits. Ils ont beau avoir 15 ans, 20 ans, 30 ans, 40 ans, ce sont nos petits. Personnellement, je me surprends souvent à dire « mes petits » en parlant de mes enfants. Pourtant, ils ont respectivement 15 ans et 13 ans…. L’âge des premiers amours, et oui! Va falloir gérer!

Je n’ai pas vu grandir mes enfants. Tout a passé si vite.
Ma fille de 15 ans vient d’intégrer le lycée. Certes, j’ai réalisé en l’inscrivant au lycée que les années avaient bel et bien passé, mais avant quelques semaines encore, je la voyais comme une petite fille. Et ce, malgré son goût pour le maquillage, malgré l’attention portée à son look, malgré son corps de gros bébé devenu celui d’une magnifique jeune femme. Je ne voulais pas voir que ma fille avait grandi. Pour mon fils, c’est pareil. Je le vois toujours petit. Pourtant, il y a cette voie grave qui me surprend toujours chaque matin depuis quelques mois! Et oui, mon fils mue!
Tout cela pour dire que les mamans ont du mal à voir que leurs enfants sont sortis de l’enfance, et qu’ils deviennent de jeunes adultes doucement. D’ailleurs, quand vous allez quelque part, au cinéma, dans un park, au restaurant, après 12 ans, ils sont catalogués dans la catégorie des adultes! qu’on se le dise!

Pour en revenir à ma fille, et bien, je n’y échappe pas. Elle est bel et bien dans l’âge des premiers amours, Rien à voir avec moi qui était une enfant peu sûre d’elle, aux milles complexes (ma foi, justifiés!!!) qui n’osait pas espérer qu’un garçon puisse s’intéresser à moi. Ma fille est une très belle jeune fille, assez sûre d’elle et qui osent soutenir le regard d’un garçon qui lui plaît. Les temps ont changé, les filles sont plus libérées, moins dans la passivité, et plus dans l’action. Attention! Mon Dieu, je ne suis pas en train de vous dire que ma fille est délurée et « dragueuse », je dis juste qu’elle est depuis pas mal de temps entrée dans cette période de séduction, de flirt.

Jusqu’à présent, ces « petits copains » passaient, puis disparaissaient quasi aussi rapidement. Quand je parle de petits copains, je pense à des petits flirts hypra légers, à des prénoms que j’entendais quand elle était au téléphone avec ses copines, ou alors à des prénoms que je voyais écrits sur la couverture de son agenda… Ce n’était pas « du sérieux » comme on dit! C’était ses premiers amours, ou plutôt ses premières petites amourettes plus précisément!

Mais là! attention danger! Ma fille me dit avec toute la vigueur et l’insolence de son âge « Là, Maman, je l’aime vraiment, et lui aussi!. C’est du sérieux là Maman! ». Fini l’âge des premiers amours, voilà mon aînée dans la phase de son premier grand amour!!! Ni plus, ni moins! C’est une étape à passer, une prise de conscience que mes enfants quittent l’enfance que je le veule ou non. Et un psychologue dirait certainement que c’est aussi une prise de conscience de son propre avancement dans l’âge.

Il ne s’agit pas pour moi d’interdire. Et d’ailleurs, au nom de quoi interdire?
L’amour est la plus belle chose qui soit. Au nom de quoi empêcherais-je mon enfant d’aimer et d’être aimée? Parce que j’ai peur? Parce qu’elle est jeune?
Il n’y a pas d’âge pour aimer.
Je voudrais juste être en mesure de fixer des règles à mon enfant encore mineur, à mon enfant qui a sa vie à construire. Je voudrais que cet amour qui fait battre son coeur soit du bonus dans sa vie, et non un frein à ses études.

Aussi, en bonne maman, je voudrais pouvoir la mettre en garde, la raisonner, lui dire d’y aller mollo comme on dit, mais je n’ai pas de poids face à la force de ses sentiments. C’est effrayant pour une maman de voir sa fille AIMER profondément. Mais c’est très beau aussi. Cet amour brûle par sa pureté. Moi qui suis une femme, qui ai connu des chagrins d’amour comme nous toutes, moi qui du haut de mes 40 ans bien passés, ai une expérience de la vie, du genre masculin aussi (!),voudrait pouvoir lui parler de ce que je sais, ou crois savoir. Mais en fait, les enfants ne nous écoutent pas. Ils doivent vivre ce qu’ils ont à vivre. Une maman voudrait tout faire pour empêcher son enfant de souffrir d’un chagrin d’amour, mais son enfant n’est pas disposé à entendre.Et c’est mieux ainsi, je pense! Ma fille veut vivre, veut croquer la vie à pleines dents sans une mère qui lui rappelle qu’elle peut souffrir. Elle n’a pas envie d’entendre cela, et je la comprends.

Quand effrayée par le fait qu’elle « passe à l’acte », je tente de la mettre en garde sur l’importance de patienter avant d’aller au delà du « flirt bisou », elle m’envoie balader en me disant que pour l ‘instant elle n’y pense pas du tout, qu’elle a le temps! (bon, ben si elle le dit! c’est que c’est vrai!!! mais d’un autre côté, cela arrive vite ses choses là!)
Concernant ses études, je tente de lui rappeler l’importance de rester régulière dans ses efforts scolaires mais une fille amoureuse n’écoute plus. Elle est devenu sourde à tout ce qui n’est pas la sonnerie de son téléphone portable quand elle reçoit un texto ou un appel de l’heureux élu!
Alors, de temps en temps, la maman que je suis tente de placer un petit conseil avisé par ci, un autre par là. Pas facile pour les parents de gérer les premiers amours de ses enfants!
Si vous avez des conseils, suis preneuse….

 

Christine, le 11 décembre 2014

Le blog de Femmes et Compagnie

Laisser un commentaire