Tous différents? Certes!


L’être humain à la critique rapide. Pour la réflexion et l’action, il est cependant un peu moins rapide.
Certes, nous sommes tous différents l’un de l’autre, voire très différents.
Certes, nous avons des caractéristiques propres à chacun qui « révèlent » des traits de notre personnalité, de notre classe sociale, de notre ouverture (ou fermeture même !) d’esprit, de notre orientation sexuelle, etc…

Certes en étant tous différents, on parlera de façon différente, on s’habillera différemment, on vivra différemment.
Chaque individu se développe et évolue en fonction de ce qu’il a vécu depuis son enfance, du milieu dans lequel il a vécu ou vit, et tous ces paramètres font de chaque être humain un être unique. Qui dit unique dit différent de soi-même…Nous sommes donc forcément absolument tous différents.

Seulement voilà, pour certains, le fait d’êtres tous différents fait peur !

Pourquoi la différence fait peur?
La différence est une richesse. Ne dit on pas que deux êtres qui sont différents se complètent ?
Pourtant, on a tendance au quotidien pour chaque individu que l’on croise consciemment ou inconsciemment à lui coller une étiquette pour marquer sa différence avec soi. C’est comme si c’était un besoin de qualifier l’autre.
Pourquoi ce besoin de mettre l’autre dans une case? Lire la suite

Christine, le 22 Mai 2014

Ponts de Mai: Non! tout le monde ne part pas au soleil!


Les ponts de Mai sont une période appréciée par les actifs français, redoutés par les patrons français et étranger, car faire du business en France et avec la France en Mai devient un enfer!

En effet, je suis bien placée travaillant à l’exportation pour vous dire combien les ponts de mai enquiquinent nos clients et fournisseurs étrangers. La France est comme paralysée économiquement. Les camions ne roulent plus, les entreprises sont fermées… La France est figée économiquement….

Maintenant, j’ai envie de pousser un petit coup de gueule contre les clichés!

Selon les médias en exagérant un peu, ce serait tous les français qui prendraient la route pour le Sud pour à l’occasion des 4 jours des ponts de Mai!

Si l’on regarde les pubs de la SNCF, des voyagistes, tout le monde aurait son petit budget “ponts de mai”….

Non, Messieurs les Journalistes! Non les voyagistes! Vous vivez dans quel monde là?

Beaucoup de français, comme vous certainement et comme moi ne partiront pas dans le Sud à l’occasion des Ponts de Mai (et n’en seront pas pour autant malheureux!)

Vous paraissez surpris quand vous nous annoncez que les restaurateurs ne font pas terrasse pleine de nos jours au printemps ? Mais dans quel monde nous fait on croire que l’on vit ?

Tout d’abord:

- primo parce que tous les patrons n’accordent pas les ponts de Mai à leurs employés pour des raisons économiques,

- deuxio parce que certaines professions telles que les professions médicales, les employés de la grande distribution doivent rester actifs pour que les chanceux “faiseurs de ponts” puissent continuer à être pris en charge en cas de problèmes de santé, et pour qu’ils puissent continuer à aller flâner dans les supermarchés!

-  tertio parce que la politique économique de notre cher gouvernement a réduit considérablement le contenu du porte-monnaie des français, et notamment la part réservée aux loisirs! Les français doivent penser à manger avant d’aller prendre des couleurs dans le sud.

Alors peut-être que oui, les français se serreront la ceinture toute l’année pour s’offrir une semaine de vacances cet été, mais non, tous les français ne sont pas concernés par les départs au Soleil, à la Mer pour les ponts de Mai! Et alors?!! Ce n’est pas dramatique

Les français vont tout simplement profiter de leurs  4 jours de repos des ponts de mai s’ils en bénéficient pour se vivre au ralenti, profiter de leur famille, de leur jardin, de leur terrasse, de leur balcon( !!! et oui tout le monde n’a pas une maison) si le temps le permet.

Vous et moi allons prendre le temps de vivre. Faire ce que nous n’avons pas le temps de faire quand nous bossons.

Nous allons profiter de nos enfants, jouer avec eux, aller au ciné, au parc, à la piscine, recevoir des amis, ou leur rendre visite.

Non! nous les heureux chanceux faiseurs de ponts comme moi ne seront pas frustrés de ne pas avoir les moyens de pouvoir partir dans le Sud!

Pas du tout! Nous pourrions, nous le ferions volontiers.

Mais cessons de croire Bison Futé qui nous alarme que les routes seront chargées au possible les week-ends de mai….

Marre de nous faire croire que les Français ont le porte-monnaie bien rempli!

Vous avez certainement reçu cette semaine la jolie feuille bleue de 4 pages pliées en deux dans une enveloppe estampillée du Trésor Public! Vous êtes certainement au courant que cette année, des petites nouveautés viendront augmenter la « douloureuse »!!!

Alors les Ponts de Mai, c’est cool, on apprécie quand on bénéficie, mais ce n’est pas synonyme de mini-vacances au soleil!

C’est juste synonyme de repos et moments entre personnes que l’on apprécie!

Basta! Et c’est un privilège bien appréciable, croyez moi!

Christine, le 30 avril 2014

Respire l’alternance……(autrement dit adapte toi à la circulation alternée…)


Demain, nous roulerons de façon alternée, hier, notre esprit alternait entre politique de droite et politique de gauche, aujourd’hui, j’alterne même mes envies et assume mes choix. Vous l’avez compris, notre vie toute entière semble régentée par l’alternance, et donc une certaine forme de changement !

Et heureusement, rien n’est figé. Ce qui pourrait laisser penser que l’on prend en main notre destin et que l’on tend à changer les choses. D’ailleurs, qui de nous pourrait envisager une vie figée, sans changement de trajectoire ? Cela serait-il si monotone ?

En tous les cas, les Français devront s’adapter à ce que l’avenir leur réserve et aux mesures que le gouvernement a enfin décidé de mettre en place avec les derniers relevés statistiques des pics de pollution qui pèsent depuis plusieurs jours sur une partie du pays. La circulation alternée est mise en place. Vous ne pouvez pas l’avoir loupé, à peine sorti de chez vous, ou le nez par la fenêtre, si vous apercevez à l’ordinaire le sommet de la Tour Eiffel ou l’Hôtel Hyatt de la Porte Maillot, il vous faudra plisser les yeux pour en discerner les formes, et pas seulement parce que les fines particules vous titillent les paupières…

Phénomène étrange, auquel on n’était pas vraiment habitué, sauf peut-être à la télé lorsqu’on regarde un reportage sur la Chine avec sa population, masquée.

Et là, on prend conscience à quel point au fil des ans, notre environnement mue! Rien ne nous est épargné, tout peut arriver. Alors pour prendre les devants, ou rattraper le retard – chacun se positionnera où il estime que le curseur a été posé par le gouvernement – une première mesure a vu le jour ce week-end. Elle n’aura échappé qu’à quelques touristes sans doute, un peu perturbés par ces grands portiques ouverts, et ces agents d’information transformés en agents de contemplation derrière leur vitre. Tous, aussi dubitatifs que la plupart des parisiens, qui ne se sont pas longtemps posés la question sur quoi faire, pourront bénéficier de la gratuité des transports. Cela part d’une intention réelle, mais malheureusement, on se rend compte que ça ne suffit pas. Les attachés à leurs habitudes, ceux qui ne peuvent faire autrement ou encore ceux qui n’ont jamais mis un pied dans les tunnels éclairés de Paris et qui n’ont pas envie de profiter de cette occasion pour ajouter à leur « to do liste » cette expérimentation, l’ont déclaré devant les caméras sur toutes les chaines : « non, nous ne renoncerons pas à utiliser notre voiture », ou encore : «  je ne ferai pas 20 kilomètres à pieds pour contribuer à l’écologie de la planète. » Et sans remords !

On a le sentiment que les Français ne cachent plus leurs convictions les plus intérieures, ils affirment pleinement aller à l’encontre de la voix générale (de la raison ?). N’y aurait-il pas une forme de message subliminal ? A l’heure où tous les sujets sont intimement mélangés dans le grand saladier des questions de société, à l’heure où l’on n’attend plus grand-chose, la contradiction n’est-elle pas une façon de dire « ras le bol » à tout le reste, à tout ce qu’on nous impose, à tout ce qu’on nous cache, à tout ce qu’on nous dit ? L’écologie est pourtant un sujet sensible, parmi tant d’autres, mais une partie de la population est peut-être prête à accepter son sacrifice, et à ne pas céder.

Deuxième mesure marquante, qui ouvre une nouvelle opportunité de suivre le mouvement, la circulation alternée, dès lundi matin. Selon votre numéro de plaque minéralogique et du jour de la semaine, vous pourrez circuler ou non. Alors comment vont-ils s’organiser ces réfractaires d’hier ? Sans doute, de la même façon que les autres jours, prendre leur voiture et aller travailler, point. Mais ne recouvrons pas d’un mur de fumée supplémentaires les quelques doutes, et attendons de voir les résultats.

Espérons que le soleil qui refait son apparition à l’arrivée d’un printemps si attendu, percera non seulement les nuages mais aussi les esprits.

SABY, le 16 mars 2014

https://twitter.com/sabinefavris

Expression, libère-toi ? ou pas…


La liberté d’expression, la liberté de pensée sont-elles à l’heure de connaître leurs limites ? Je me suis entendu dire que la liberté de pensée devrait se substituer à la liberté d’expression, comprenez par-là, on ne contrôle pas les pensées d’autrui et on ne pourra jamais exercer quelque forme de censure que se soit sur les opinions, en revanche, on peut exercer un contrôle dès lors qu’on les exprime, pour soi et pour les autres. Et dans ce sens, seules les pensées peuvent être libres, totalement insoumises. L’expression, elle, ne l’est pas tant que ça.

L’art, la liberté d’expression, le droit à la parole, sont des sujets dont la définition et la valeur ont été relancées par certains propos et actualités récentes. On peut juger les propos, s’interroger sur ce qu’ils déclenchent, renferment, s’ils sont sincères, dits avec conviction ou second voire troisième degré, mais surtout, s’étonner des motivations de celui ou celle qui les fait circuler. Et aujourd’hui, la société s’interroge, mais moins sur les buts, lucratifs, protestataires, irrévérencieux, voire indécents, que sur la forme. Là est la première limite. Et là où les limites sont posées, des questions se lèvent, mais bien souvent, tout cela ne crée qu’une chose, un dilemme.

Peut-on tout faire passer, dans un environnement clos, dédié à un public averti, et parler d’art parce que la construction de la pensée est l’œuvre d’un travail réfléchi de longue haleine ? Et la liberté du public à même de juger, en applaudissant ou en boycottant une fois sorti, a-t-elle aussi un poids dans la balance ?

De la même façon, quelle est la portée de propos similaires qu’on pourrait lire ou entendre sur les canaux de communication, télé, radio, journaux ? Et pourrait-on laisser ces propos passer sur les médias ? Pas si sûr… L’environnement aurait-il donc un impact bien plus sournois que la loi ne lui en prête, en affirmant qu’il n’y a pas de différence entre un propos public et privé ? Certes, mais l’auteur s’appuie souvent sur le contexte pour adapter le discours… comment faire pour gérer tous ces facteurs ?

Je m’interroge aussi. Comment peut-on contrôler la parole, alors qu’elle n’est que la continuité d’une pensée déjà bien ingérable par notre subconscient ? La parole semble parfois aussi spontanée que les images que notre cerveau dessine. Sans compter les règles que chacun se fixe, artiste, politique, journaliste, leader d’opinion, vous, moi… Le contrôle se fait d’abord par soi et le travail d’expression, parce qu’il est là un véritable travail que de formater son expression, de l’adapter, de la rendre accessible, compréhensible mais surtout correcte, doit être plus réfléchi. Chacun sait faire la différence entre le possible et l’impossible, le rêve et la réalité alors pourquoi pas différencier les mots entre eux ? Les mots sont un tel terrain de jeu à ciel ouvert, qu’il est un plaisir immense de réinventer de nouvelles combinaisons, et surtout d’en maîtriser les règles !

Alors, dans un tel monde, nous pourrions donner aux mots un pouvoir, parfois bon, parfois aussi fort qu’une arme, dangereuse. Alors oui, ils pourraient être utilisés à mauvais escient. Et dans ce monde, la liberté de pensée prendrait le dessus sur la liberté d’expression. Nous jugerions ainsi les prises de position exprimées, nous redonnerions à nos pensées profondes, leur statut de secret le plus intime, et un secret, ça ne se partage pas avec tout le monde.

En condamnant les mots – âmes rêveuses et sensibles s’abstenir, oui on peut condamner les mots, ceux qui nous ont pourtant construits, quand rappelez-vous, nous avons décrypté notre première phrase dans un livre d’enfant – on ne fait que découvrir ou rappeler combien leur pouvoir est grand.

Quant à ceux qui restent éternels incompris, inconnus, imprononçables, la curiosité peut nous pousser à les approcher, mais dès lors que l’instinct se réveille et crie « danger », mieux vaut à demi-mot, se tourner vers le bon mot …  qu’avoir le fin mot.

SABY, le 22 Janvier 2013

https://twitter.com/sabinefavris

Schumi, Hollande: déballage public de la vie privée!

Vendredi matin, les ondes se faisaient l’écho de la soi-disant infidélité de notre Chef d’Etat…
J’ai cru halluciner lorsque j’ai entendu cette information relayée par toutes les stations. Je m’interroge sur le respect de la vie privée de ces hommes dits “publics”.

Je n’ai pas spécialement d’affinité pour cet homme, et donc je ne réagis pas en fonction du personnage, mais plutôt des médias qui dérapent complètement là !

En effet, que le Président “faute” n’est certes pas louable, mais avons-nous vraiment à être informés (si toutefois ceci est avéré!) des infidélités potentielles du Chef d’Etat?
Est-ce vraiment le rôle des médias?
Cet homme public a une vie privée comme chacun d’entre nous, et je trouve minable de rendre publiques ses soi-disant “coucheries”.
Que l’on apprécie ou pas le personnage de par sa personnalité, son travail, je pense que la vie privée de chacun doit rester privée.
Je me souviens, il y a quelques temps, on nous informait qu’Hollande avait subi une intervention chirurgicale il y a quelques années….
Mais bon sang! On s’en fout et contrefout !
Qu’est-ce que cela peut apporter aux Français?

Certes, la Constitution prévoit je crois qu’un chef d’état en fonction doit faire état de son état de santé, mais je crois qu’il y a des limites. La santé relève de la vie privée, et je ne vois pas ce que cela vient faire dans les actualités….

L’info de la prétendue infidélité de notre Président me donne envie de rebondir sur le cas Schumacher.
Certes cet homme compte des milliers de fans dans le monde entier. Certes, son état de santé soucie les aficionados.
Mais je pense qu’à un moment, il faut que les médias restent à leur place et respectent la vie privée de la famille de cette personne publique.
Je pense que l’on va trop loin.

J’écoutais un enfant parler sur France Info et critiquer le fait que l’on ne parle que des accidents survenant aux personnes célèbres. Ce gamin du haut de ses 10 ans a vu juste!
Parle-t-on encore de la dizaine de skieurs qui a perdu la vie ces dernières semaines dans des avalanches?  non!!! bien sûr.

Alors, tout cela me “fout” en colère!
la vie privée de Hollande, de Schumi doit le rester.
Certes, ces personnes sont connues, mais le moindre détail de leurs faits et gestes, de leur état doit rester privé.
Il y a des limites.
On est là dans l’indécence la plus complète:

1- pour ces hommes publics qui bien qu’ayant des responsabilités et soient connus, n’en restent pas moins des hommes comme tout citoyen ayant le droit à une vie privée

2- pour les gens lambda comme vous et moi dont on ne parlera jamais s’il nous arrive un accident, un malheur

3- parce qu’il y a à mon sens des sujets bien plus importants qui intéressent les français comme la question de savoir comment ils vont finir la fin du mois !

Alors STOP!
Cessons d’écouter ces conneries!
Messieurs les journalistes, je vous en prie! Alors que le nombre de chômeurs a dépassé les 3 Millions, alors que près d’un million de personnes se rendront aux Restos du Coeur cette année, par pitié, donnez-nous des infos intéressantes.
On se fout de savoir avec qui le Président couche!
On désire certes que Schumi s’en sorte, mais laissez sa famille tranquille!
Le peuple Syrien se meurt, la République centre africaine aussi, alors que peut bien nous faire le fait qu’Hollande s’envoie en l’air avec une minette de presque 20 ans de moins!

C’est mon avis, mais vous qui me lisez, peut-être avez-vous un autre avis?…..

Christine, le 12 janvier 2013

La revente des cadeaux de Noël, vous en pensez quoi ?


Noël est passé et le Père Noël a déposé ses présents préparés avec amour.
Pourtant, malgré tout l’amour qu’il a mis dans la préparation de ses cadeaux, parfois, il arrive qu’il se soit trompé pensant faire plaisir. Il a soit amené deux fois le même présent, soit certains n’apprécieront pas le cadeau  offert…..et le mettront en ligne sur un site de revente des cadeaux !

Les sites avec possibilité de revente de cadeaux de Noël sont très nombreux sur la toile, et ne manquent pas de faire de la publicité en ce sens.
Personnellement, peut-être un peu vieux-jeu, cela me choque. Je ne me vois pas revendre un cadeau.Je ne voudrais pas paraître rabat-joie, mais il y a me semble-t-il quelque chose d’immoral dans la démarche. Comme un manque de respect pour celui qui m’a fait le cadeau.

Alors, OK! Le vase couleur kaki que ma belle sœur a pu m’offrir ne me plait pas vraiment et ne va pas du tout avec mon intérieur. OK, votre fille adolescente a reçu de la part de sa tante une doudoune d’une autre époque. Ok, votre garçon a peut être reçu un petit tractopelle miniature alors qu’il est le pro des jeux vidéo sur sa PS2….
OK, OK! on compatit!
Mais, est ce que cela justifie la revente des cadeaux de Noel? Je m’interroge.

Comme je pense qu’il n’y a que les c…s qui ne changent pas d’avis, je voudrais connaître votre opinion sur ce geste à première vue immoral que peut sembler la revente des cadeaux de Noel.
Vous en pensez quoi ? Vous l’avez déjà fait ? Etes-vous d’accord pour que vos enfants le fassent ?

Des paroles et des actes…. rarement les deux en même temps!


Dans la vie, il y a ceux qui jugent et ceux qui agissent.
Tout comme, il y a des paroles et des actes concrets. Les articles que j’écris me sont toujours inspirés par mon expérience, par mon observation de ce qui se passe autour de moi.

Ce week-end, j’ai pu constater une fois de plus qu’il y a des paroles et des actes. Rares sont hélas ceux qui parlent et agissent. Ceux qui agissent sont généralement ceux qui ne parlent pas… A méditer.

Vendredi soir, j’apprends qu’une amie proche se retrouve “à la rue” avec ses deux ados, et enceinte du troisième de surcroît, lâchement mise à la porte par son compagnon.
Bouleversée, je poste sur ma page facebook perso une annonce pour tenter de récupérer un maximum d’affaires pour cette maman qui n’a PLUS RIEN. Je propose même de passer faire une tournée en camion pour récupérer les dons.

Je reçois aussitôt des commentaires, des « ô Mon Dieu », tout comme mon amie en a reçus par texto depuis quelques semaines. Je me dis, c’est super, la solidarité est là et va fonctionner.
Le week-end s’est écoulé. Chacun a été pris par sa vie, par ses préparatifs de Noel, et tout le monde a sans le faire exprès……oublié… Triste constatation !
Je n’en veux à personne, vraiment, mais cela me rend bien triste.
Il faut donc bien se rendre à l’évidence qu’il y a bel et bien des paroles et des actes !

Mon amie a peint ce week-end seule enceinte de 5 mois son appartement trouvé en catastrophe vendredi par les services sociaux. J’ai halluciné ce soir quand je suis arrivée chez elle pour lui apporter tout ce que j’ai pu trouver chez moi qui pourrait lui servir, et que je l’ai vue seule avec son ventre rond et son appart fraichement peint SEULE ! Pas d’électricité, nous avons déballé les « maigres bricoles » que je lui ai apportées à la lampe torche ! Elle était très digne, ne s’est à aucun moment plainte. J’étais plus en colère et révoltée contre l’égoïsme commun qu’elle. Elle accepte son triste sort sans rien attendre de personne, et cette force qu’elle dégageait m’a émue au plus haut point.

Mon Dieu ! Mais que se passe t-il ?
Sommes-nous tombés si bas dans notre société au point de laisser une femme enceinte  seule repeindre son appartement ? au point de ne pas pouvoir réunir quelques meubles, un peu de vaisselle ?
Où étaient donc tous ceux qui étaient stupéfaits par ce qui lui arrivait ?
On en revient toujours au mêmes : des paroles et des actes ! Rarement les deux !

Face à toutes les catastrophes naturelles, les guerres, les famines, tout le monde s’insurge, semble choqué, outré, mais qui agit concrètement? Qui ouvre son porte-monnaie? Qui se bouge?
Exprimer son désarroi ne suffit pas à aider celui qui a besoin que tu lui tendes la main.

Je suis triste !
A la veille de Noel, j’ose espérer que les gens vont ouvrir leur cœur et enfin associer les paroles et les actes….

RER, seras-tu à l’heure? : la France et ses grèves des transports….


Ça bouge dans le transport ces derniers temps, c’est l’impression que l’actualité nous donne. Et pourtant, les mouvements sont paradoxaux. La SNCF fait parler d’elle avec ces grèves des transports, quelques temps après les contrôleurs aériens, quand Paris et Barcelone se rejoignent en TGV en moins de 6H.

Une fois de plus, les débats sur les grèves des transports sont relancés. Car ceux qui devraient être au-devant de la scène, sont les deux acteurs principaux, d’un côté celui qui défend sa réforme, de l’autre, celui qui s’y oppose. Mais à chacune de leurs parties, le gouvernement et les syndicats font rentrer un troisième en jeu, l’usager. Et c’est bien la guerre usagers-cheminots qui est mise en avant, à chaque fois.

On pourrait se demander d’ailleurs, si la médiatisation du ras-le-bol de l’usager face aux légendaires grèves des transports ne sert pas les intérêts du gouvernement, qui maintient le déroulement de son calendrier, comme on ouvre chacune des petites fenêtres du calendrier de l’Avant, ne pouvant changer le cours du temps qui défile jusqu’au Jour-J, sans pour autant connaître la surprise qu’on va trouver derrière.

Le voyageur, lui, comprend que derrière une révolte, il y a une cause, mais il ne connaît pas les enjeux de ces grèves des transports. Qui de nous sait de quoi est constituée cette fameuse réforme ferroviaire qui enflamme les syndicats ? D’autre part, il est pénalisé par ces perturbations entravant le bon fonctionnement de son quotidien. Le voyageur doit programmer de partir plus tôt le matin en période de grèves des transports, il n’est pas assuré de pouvoir rentrer chez lui le soir, il arrivera sans doute en retard au travail ce qui perturbera tout le reste de sa journée, il voyagera dans des conditions stressantes, dans des rames saturées, il sera même tenté de s’allier à l’opinion qui n’en peut plus. Et tout ça parce qu’il ne se sent pas concerné, et qu’il ne peut à son niveau, pas défendre des intérêts pourtant communs à ceux des cheminots. Mais faire la part des choses, mettre son propre temps sur pause pour celui des autres, comment faire ? Là est la difficulté car pour alerter sur le risque qui court sur leur emploi, les salariés de la SNCF, tout comme les routiers, les taxis, le personnel navigant le feraient, n’ont d’autres recours que de stopper leur activité, sans doute pour montrer l’impact qu’une refonte de leurs structures aurait à échelle nationale et à long terme. Mais cette action de grèves des transports s’adresse au gouvernement, pas aux usagers qui n’ont pas le pouvoir de renverser l’ordre mais plutôt celui de le porter. Le mécontentement affaiblit la crédibilité, et met à mal les décisions de l’Etat qui se doit d’assurer la continuité de son activité économique et sociale dans les meilleures conditions qui soient. L’usager durant les grèves des transport est un levier avec bien plus de pouvoir qu’il ne le pense, mais il se sent plutôt comme un sujet avec lequel on joue.

La réforme quant à elle, au cœur de tout ce remue-ménage quasi devenu phénomène habituel d’avant fêtes comme l’ont remarqué bon nombre d’utilisateurs, devenus les observateurs du premier plan des élans de notre société, sera débattue prochainement au Parlement. Et même si elle vise à stabiliser la dette du réseau, en prévoyant entre autres mesures, la création de trois entreprises publiques, dont une missionnée pour la gestion des deux autres, on s’inquiète pour les conditions de travail, et le remaniement complet du secteur. Comme issue, certains syndicats veulent un retrait du texte, d’autres optent pour des amendements. Un début de réponse sera envisagé sans doute après les municipales.

Mais le principal défaut du voyageur, c’est qu’il s’adapte, toujours. Il subit les grèves des transports, mais il s’adapte. Alors tant qu’il n’a pas le choix, tant qu’il est dépendant d’un système dont il ne peut se passer, sa voix peut bien porter jusqu’aux hautes sphères, elle retrouvera vite sa raison, se dit-on.

Alors est-ce une impasse ? N’existe-t-il aucune solution, aucune médiation tripartite ? Une évidence à ce jour, acquise par tous : à chaque grève, l’usager devra prendre patience et le cheminot rendre son action toujours plus légitime pour être entendu par les instances et compris par ses voyageurs, dont les files représentent comme des passerelles entre le monde d’en bas qui crie son désarroi, et celui d’en haut qui n’entend pas.

SABY, le 16 décembre 2013

https://twitter.com/sabinefavris

Simplifiez-vous la vie pour les cadeaux de Noel ! Faites comme moi, faites-les sur internet !


Je sais pas vous, mais moi, comme chaque année, je suis à  la bourre pour faire mes cadeaux de noël. Pas par désintérêt, mais par manque de temps. Je cours, je cours du matin au soir. Et même dans mes rêves, je cours aussi ! Je n’ai donc pas envie de courir encore pour faire mes cadeaux de noël. Cela doit rester un pur plaisir (là, j’exagère un peu !!!)

J’ai  donc décidé de faire un maximum de choses cette année sur le net. C’est pratique : tu es assise dans le canapé avec l’ordi ou la tablette sur les genoux, tu es au chaud, pas bousculée. Tu peux trier par tranche de prix, par marque. C’est rapide : tu reçois tes cadeaux de Noel sous 48h, parfois même pour une participation minime emballé avec un petit mot pour l’heureux destinataire du colis.

Que demande le peuple !

Enfin, et désolée de parler argent en parlant cadeaux, mais le budget cadeaux de Noel se réduit pour tous les ménages d’année en année. Avec internet, vous êtes quasi certaine de pouvoir trouver quelque chose dans votre budget sans faire des kilomètres et des kilomètres les samedi après-midi ou le soir après le travail.

Parmi la multitude de sites qui s’offrent à nous, il y en a un qui a retenu toute mon attention (et Dieu sait si je suis exigeante !) :

-          Les Galeries Lafayette qui cette année, crise oblige, ont conçu leur site de façon à ce que vous puissiez trouver des cadeaux de Noel pour tous pour moins de 50€. Vous choisissez par tranche de 0 à 15€, de 15 à 30€ et de 30 à 50€, ensuite vous déterminez pour qui les cadeaux de Noel sont destinés (hommes, femmes, enfants, etc…), enfin par type de produits.

Un site clair, net et je pense que le sérieux, la qualité des produits Galeries Lafayette n’est plus à faire !  Personnellement, les cadeaux de Noel de mes deux belles-sœurs, de ma meilleure amie et de ma fille sont faits, emballés. Un souci en moins.

Quand j’aime moi, je partage ! et comme là, j’aime et bien je vous en fais profiter !

Alors, vous faites comme vous voulez, mais moi c’est décidé, mes samedis de décembre, je ne les passerai pas écrasée, bousculée, chargée comme une mule dans les boutiques à chercher mes cadeaux de Noel. Je serais bien au chaud chez moi à m’occuper de mes petits, à me détendre ! A bon entendeur, salut !

Christine, le 10 décembre 2013

Non à la crise! vendre sur internet et acheter d’occasion (et sans honte!)


Le pouvoir d’achat des français est en baisse, et l’augmentation de l’imposition ne tend pas à améliorer la situation. La crise s’installe durablement et entraîne des milliers de ménages dans ses situations de pauvreté et d’endettement. Aussi, les ménages mettent en place des solutions anti-crise et recourent de plus en plus à des méthodes d’échange, de troc, de ventes dans les brocantes. Les femmes n’hésitent plus à vendre sur internet leurs vêtements, leurs sacs à mains, les jouets des enfants, les affaires de puériculture. Les hommes se mettent aussi à vendre sur internet leurs outils dont ils n’ont plus l’utilité, les pièces de voiture, de moto.  Les site de vente sur internet d’affaires d’occasion se portent très bien.

Il faut savoir qu’en France:

- 2 millions d’individus vivent avec moins de 656€ par mois

- 3,6 millions de personnes sont mal-logées,

- 3,5 millions de personnes survivent grâce à l’aide alimentaire

Ces chiffres parlent d’eux-mêmes.

La France va mal. Tous les postes des ménages sont revus à la baisse. Les foyers consomment moins en alimentation, réduisent leurs loisirs. Beaucoup de femmes, même des femmes très élégantes s’habillent en dénichant de belles pièces d’occasion sur des sites internet. A titre d’exemple, savez-vous que l’arrivée d’un bébé dans un foyer représente un coût de 1200€ en équipement divers ? Et bien, de plus en plus de jeunes couples se procurent poussettes, cosys, chaises hautes, etc…. sur des sites comme ebay, price minister et autres.

Le bon coin est un des sites les plus consultés chaque jour par les Français. On y trouve de tout et cela en naviguant de façon aisée et conviviale. Certains sont même accros à ces sites de vente d’occasion car ils y dénichent de bonnes affaires.

Tout ça pour dire qu’on peut tout vendre sur internet, et par conséquent tout trouver d’occasion en passant par la doudoune pour la classe de neige du petit dernier, par la tondeuse d’occasion, par la robe de fêtes de Madame, par le vélo de l’aîné, par le canapé d’angle….

Acheter sur internet est devenu à la fois un moyen économe de s’équiper dans un foyer en biens divers, en vêtements, en chaussures, mais vendre sur internet est aussi un peu un jeu.

Grâce à tous ces sites accessibles aux particuliers, vendre sur internet est devenu un moyen aussi d’arrondir ses fins de moi en se débarrassant des objets dont on ne se sert plus.

Grâce aux appareils photos numériques, vendre sur internet est un vrai jeu d’enfant. Deux trois clichés, une petite description, quelques minutes seulement et votre annonce est en ligne.

Vendre sur internet est donc une des solutions pour s’en sortir parmi d’autres ! Et côté sympa, vous faites parfois de belles rencontres humaines et ces échanges tendent à contrecarrer contrebalancer l’individualisation que génère notre société de consommation.

Alors, moi je dis haut et fort : je m’habille d’occasion aussi, j’achète d’occasion, et vendre sur internet est un des moyens que j’ai trouvé pour arrondir mes fins de moi et offrir à mes enfants et moi des petits extras ! Et j’aime ça! Même mes petits vendent leurs jouets avec lesquels ils ne jouent plus, leurs jeux vidéos, et ils adorent ça!!! De l’argent de poche facilement gagné!
Disons NON à la crise comme on peut ! Rejetons cette société de consommation!

 

Christine, le 27 Novembre 2013