Buffet à volonté: no comment!

Je suis toujours “estomaquée” de voir les gens se ruer sur la “bouffe” ou les boissons (excusez le mot, il n’y en a pas d’autre!) quand c’est comme on dit “buffet à volonté” ou “open bar”! C’est stupéfiant de les voir se faufiler en jouant des coudes, bousculer pour pouvoir se ruer sur les mets ou les alcools juste parce que c’est soit gratuit, soit en abondance et illimité…

Prenons trois exemples:

Le premier: la cafét’
vous êtes à la cafétéria sans citer de marque où c’est buffet à volonté pour les légumes, et là, si vous observez bien, vous avez l’impression que les clients ne se sont pas alimentés depuis 15 jours. Des assiettes remplies à outrance de frites. Des gens qui viennent se resservir une fois, deux fois, trois fois, la panse prête à exploser. ça me fait halluciner ! (heu?! rassurez-moi, ils ont amené un tupperware, voire une glacière?!!!)

Le second: le club de vacances formule all inclusive
Vous êtes en vacances dans un hôtel type club ou la formule est “buffet à volonté”. Observez bien les vacanciers aller s’empiffrer. Chacun sa technique. Celui qui retourne 3 fois prendre des entrées, 3 fois prendre des frites, et 3 fois prendre des desserts, ou celui qui remplit chacune de ses 3 assiettes à ras bord d’entrées, de viandes et frites et de desserts.
Mais là n’est pas le pire! Ma grande désolation, c’est quand tous ces voraces, ces pilleurs quittent les lieux et que vous découvrez l’étendue des dégâts: des assiettes à moitié pleines sur les tables, des verres de coca, de vin à demi-pleins, des miches de pain entamées non finies….

Quel gaspillage! quel gâchis qui en dit long sur le « je m’en foutisme » de notre société, sur l’absence de prise de conscience qu’une partie du globe meurt la bouche ouverte parce qu’elle ne se remplit jamais. C’est écœurant, désolant !

Le troisième: le pot, le vin d’honneur, le cocktail
Vous êtes invité à un pot de départ, de retraite, à un cocktail de présentation des vœux ou autres. Le discours du « VIP » à peine terminé, ceux qui ont pris bien garde de se trouver à proximité du buffet se ruent sur les verres de champagne, de crémant. C’est la fête: buffet à volonté! Les gens se lâchent, se désinhibent…

Que ce soient des hommes cravatés en costard trois pièces, ou des femmes élégantes, raffinées perchées sur des hauts talons, tout le monde semble oublier son savoir-vivre, et se jette sans retenue aucune sur les amuse-gueules, les petits fours. Buffet à volonté semble être le mot d’ordre.
On se demande même si certains ne se rendent pas à ces événements seulement  pour se goinfrer! De véritables pique-assiettes!

Moi, perso, ça me laisse perplexe!

Comment se fait-il qu’un buffet à volonté provoque un tel déni de toutes règles de bienséance, de politesse, de retenue. Comment le simple fait que la nourriture soit proposée à volonté suffit-il à réduire l’homme à son état d’animal qui en oublie son savoir-vivre?

Tous les protagonistes des trois exemples cités ci-dessus, à savoir : le client de la cafétéria, le vacancier du Club Med ou autre, le type lambda invité au cocktail sont tous les trois des personnes qui mangent à leur faim. Vous êtes d’accord? Des gens qui ne manquent de rien, n’est-ce-pas ? Alors pourquoi, dès l’heure où c’est gratuit, où c’est buffet à volonté, faut-il en profiter au maximum, se goinfrer, se faire exploser le ventre?

Quel est donc cet instinct qui ressort soudainement chez l’homme?
– La peur refoulée un jour de manquer?
– La fascination, l’excitation des papilles devant tant de mets?
– Le besoin de posséder, de se remplir comme pour combler d’autres vides existentiels?

Je ne connais pas la réponse.

Seulement, cela m’écœure, cela me désole quand je pense à la moitié sud du globe qui meurt de faim, et à cet autre hémisphère nord qui se baffe sans faim!
Il est certain que le fait de ne pas se goinfrer quand c’est buffet à volonté ne changera pas la face du monde (joli jeu de mots involontaire), mais on ne peut s’empêcher de se dire que quelque part notre société de consommation fait régresser l’homme plutôt que de le faire évoluer….
Triste constatation!

 

Christine, le 22 Octobre 2013

 

A lire aussi:
Rendez-vous sur le blog sujets psychologie féminine
Retour sur le blog
Société
Education
Famille 

Couples
Au travail
Sexualité
Bien-être
Solidarité
Rencontres Internet, réseaux sociaux
Concepts novateurs
J’aime ça
En bref